Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Aujourd'hui

Témoignage d'internaute trouvé sur jeux_video_com
Mail  
| 181 lectures | ratingStar_267062_1ratingStar_267062_2ratingStar_267062_3ratingStar_267062_4
Le PS peine à redevenir une alternative à Nicolas Sarkozy. Reuters 02.05.09 | 11h50. Par Gérard Bon. PARIS (Reuters) - La gauche retrouve une certaine pugnacité avant la bataille pour les européennes de juin mais peine toujours à apparaître comme une alternative face à Nicolas Sarkozy, pourtant malmené deux ans après son arrivée au pouvoir. Si les efforts du premier secrétaire du PS Martine Aubry pour réparer une machine socialiste longtemps en crise commencent à produire leurs effets, l'horizon semble encore loin d'être dégagé en vue de l'élection présidentielle de 2012. "C'est la bouteille à moitié vide et à moitié pleine", explique à Reuters Jérôme Fourquet, directeur d'études à l'Ifop. "On est encore sur l'idée d'un parti qui est en voie de reconstruction mais qui ne peut pas résorber en quelques semaines ou en quelques mois les problèmes stratégiques qu'il connaît depuis des années", ajoute-t-il. Selon un sondage Ifop, le PS apparaît proche des préoccupations des Français (52%) et même en phase avec les mouvements sociaux (55%). Mais, pour 76%, il serait sans réponse à la crise et 69% doutent qu'il fasse mieux que la droite. Pour Daniel Cohn-Bendit, qui conduit la liste Europe Ecologie au scrutin du 7 juin, la gauche qui, normalement, "incarne le volontarisme" se trouve tout simplement "débordée" par l'activisme de Nicolas Sarkozy, qui a été élu le 6 mai 2007. "C'est pour cela qu'il ne faut pas chercher à faire campagne contre Sarko, il faut se différencier de lui", expliquait-il récemment au quotidien Le Monde, alors que sa liste arrive en troisième position des intentions de vote. SIGNES DE CONVALESCENCE. C'est pourtant le slogan "Stop Sarko, Stop Barroso", du nom du président conservateur de la Commission européenne, que les socialistes ont choisi pour la bataille du 7 juin. Les difficultés de la gauche à s'imposer alarmeraient jusqu'à Nicolas Sarkozy, qui préfèrerait ne pas avoir à affronter le centriste François Bayrou au second tour de la présidentielle dans un duel défavorable à la droite. Parmi les signes de convalescence du PS, Jérôme Fourquet note un "semblant d'unité" après les déchirures de ces dernières années et une certaine combativité, sous l'impulsion notamment de son porte-parole Benoît Hamon. Bousculés, voire concurrencés ces derniers mois par l'extrême-gauche et le dirigeant du NPA Olivier Besancenot, les socialistes ont également réussi leur retour dans les manifestations, en soutien au mouvement social. "Il y a une certaine combativité qui est revenue", souligne le directeur d'études de l'Ifop. En revanche, les Français doutent de la capacité du PS à faire mieux que Nicolas Sarkozy face à la crise et perçoivent mal son projet s'il devait revenir au pouvoir. Son contre-plan de relance est ainsi passé relativement inaperçu. Autre difficulté, le PS donne toujours l'image d'un parti miné par ses guerres intestines, au point qu'une majorité de Français préféreraient choisir eux-mêmes leur candidat à la présidentielle lors de primaires ouvertes. "LE PROBLÈME ROYAL RESTE ENTIER" De plus, des voix discordantes s'expriment toujours, à commencer par celle de l'ex-candidate à la présidentielle Ségolène Royal, qui multiplie les "coups" et apparaît aujourd'hui comme la meilleure opposante à Nicolas Sarkozy. "Le problème Royal reste entier. Près de 80% des Français pensent qu'elle sera candidate quoi qu'il arrive, elle a montré sa volonté d'en découdre. Mais ils sont minoritaires à penser qu'elle sera élue", souligne Jérôme Fourquet. François Hollande, le prédécesseur de Martine Aubry à la tête du PS, estime pour sa part que le parti sera en difficulté s'il ne parvient pas à s'unir d'ici deux ans. "Comment rassembler si nous-mêmes nous ne sommes pas unis, fédérés ? ", s'est-il interrogé récemment sur France 2. Pour Jérôme Fourquet, l'avenir du PS dépendra en partie de la capacité de Martine Aubry à s'imposer comme le leader naturel de la gauche et ce défi passe par les élections européennes. "Si elle arrive à être près de l'UMP, voire à le devancer, je pense qu'il y aura une autorité naturelle et une légitimité qui va sortir renforcée", dit-il. Dans le cas contraire, le PS, qui a échoué trois fois de suite à l'élection présidentielle, risque d'affronter une nouvelle période de turbulences et de contestation. Un récent sondage Ifop donne l'UMP en tête aux européennes, à 26,5% des voix, le PS étant relégué loin derrière, à 22,5%. Le directeur d'études de l'Ifop ne croit pas à l'hypothèse d'un retour dans la course de Dominique Strauss-Kahn, l'actuel directeur général du Fonds monétaire international. "Quand on connaît la culture et les traditions de gauche dans ce pays, quelqu'un qui reviendrait avec pour attribut principal d'avoir dirigé le FMI, je ne suis pas sûr que ce soit le meilleur ticket gagnant pour la gauche", dit-il. Edité par Yves Clarisse. Ce qui laisse de bonnes chances à notre Présipédant d'être réélu en 2012… avec une majorité UMP.
  Lire la suite de la discussion sur jeuxvideo.com


267062
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages