Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Banalisation du nazisme

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 01/06/11 | Mis en ligne le 29/03/12
Mail  
| 144 lectures | ratingStar_233730_1ratingStar_233730_2ratingStar_233730_3ratingStar_233730_4
Génocide des héréros. En 1904, Les Hereros furent victimes d'un massacre de grande ampleur, parfois assimilé au premier génocide du XXe siècle, perpétré par les Allemands dans leur colonie du Sud-Ouest Africain. Après avoir vainement tenté de rallier à sa cause les chefs des tribus voisines5, Samuel Maharero soulève seul son peuple contre les colons allemands, le 11 janvier 1904. Il attaque une garnison basée à Okahandja et parvient à détruire les lignes de communication allemandes, chemin de fer et télégraphe. Il se défait également de plusieurs centaines de colons allemands. La répression est menée par le général Lothar von Trotha qui débarque avec d'importantes troupes de renfort. Selon Serge Bilé, le gouverneur Heinrich Göring avait mené entre 1884 et 1890 une politique expéditive de déplacements, d'exécutions et de confiscations6. Cependant, ces affirmations et plusieurs autres sont contestables7,8 et furent contestée par des historiens comme Joël Kotek, Tal Bruttman et Odile Morisseau9, d'autant plus que Göring, chargé de représenter l'autorité prussienne avec l'aide de deux fonctionnaires, n'avait fait que signer des traités de protection avec le chef des Hereros Samuel Maharero et avec les Basters de Rehoboth. Son administration, placée sour la protection herero, était d'ailleurs dépourvue de toute troupe militaire avant qu'un contingent de 21 soldats, commandée par Curt von Francois, ne débarque dans le Sud-Ouest Africain en 1889 peu de temps avant son retour en Allemagne10. C'est le 11 juin 1904 que von Trotha débarque dans le Sud-Ouest Africain. La guerre contre les Hereros fait alors rage depuis cinq mois. En octobre, lors de la bataille de Waterberg, il fait encercler les Hereros de trois côtés ne leur laissant qu'une seule issue pour fuir : le désert du Kalahari. Alors que les Hereros essayaient d'y trouver refuge, von Trotha fit empoisonner les points d'eau, dressa des postes de garde à intervalles réguliers avec ordre de tirer sans sommation à la vue de chaque Herero, homme, femme ou enfant. L'ordre officiel d'extermination (Vernichtungsbefehl) du général von Trotha était : "Chaque Herero trouvé à l'intérieur des frontières allemandes, armé ou non, en possession de bétail ou pas, sera abattu" . En quelques semaines les Hereros moururent par dizaines de milliers de soif et de faim dans le désert Omaheke ; selon Serge Bilé11, il y eut environ 60 000 morts mais la fourchette la plus courante situe ce nombre entre 25 000 et 40 000. Les survivants furent enfermés dans des camps de concentration inspirés de ceux faits par les Britanniques en Afrique du Sud lors de la révolte des Boers quelques années plus tôt. Les détenus étaient tatoués des lettres GH, pour Gefangener Herero (prisonnier Herero). Selon Serge Bilé, la moitié des prisonniers serait mort en captivité, soit 7 86212. Le généticien Eugen Fischer procéda à des expérimentations médicales sur les détenus et à des mensurations sur les cadavres dans l'optique anthropologique et eugéniste de l'époque. De retour à Berlin, il fait part du résultat de ses recherches à l'institut d'anthropologie, d'hérédité humaine et d'eugénisme13. En 1911, il reste officiellement 15 130 Hereros dans le pays. On trouve en arrière-plan dans ce massacre tous les éléments constitutifs de ce que furent les génocides du XXe siècle : Une volonté politique délibérée menée avec l'accord de l'empereur Guillaume II [réf. Nécessaire]. Des critères raciaux ou ethniques choisis : éliminer les Hereros pour libérer les terres pour les colons allemands et empêcher les mélanges raciaux [réf. Nécessaire]. Une différence colossale de puissance militaire entre les deux parties en présence : les mitrailleuses d'un côté, les armes de jet de l'autre. Un nombre massif de victimes, civiles pour l'essentiel, avec femmes et enfants. Une organisation "rationnelle" et planifiée du massacre. Au total on estime à 80 000 sur 100 000 Hereros le nombre des victimes dont au moins 25 000 morts directes. Une documentation disponible en archives, par le biais des comptes-rendus détaillés des opérations, rédigés par von Trotha et ses subordonnés. Quand les atrocités de von Trotha furent connues de l'opinion publique allemande, un mouvement de répulsion s'empara de la population, ce qui amena le chancelier Bernhard von Bülow à demander au Kaiser Guillaume II de démettre von Trotha de son commandement ce qui fut fait le 19 novembre 1905. Selon Bilé, l'arrêt des exactions eut pour origine le prochain manque de main d'oeuvre dans le pays11. Un téléfilm tourné il y a quelques années avait ému l'opinion allemande, alors même que ce massacre, pourtant un des plus importants de l'époque coloniale, est un grand oublié des livres d'histoire, non seulement en Europe, mais aussi en Afrique14. En 2004, centième anniversaire, l'événement refait surface dans la presse allemande et soulève une polémique à propos d'une indemnisation possible due à la Namibie. Le 14 août 2004, le ministre fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement, Heidemarie Wieczorek-Zeul, participe en Namibie à la commémoration du massacre de plusieurs milliers de Hereros par des soldats du Reich le 11 août 1904. "La ministre a demandé au peuple Herero de Namibie de pardonner l'Allemagne et a déclaré que les Allemands acceptaient leur responsabilité morale et historique et la culpabilité des Allemands à cette époque" . Mais l'indemnisation financière n'est pas à l'ordre du jour. Cependant, le Gouvernement fédéral allemand poursuit son aide au développement en Namibie avec un budget annuel de l'ordre de 11,5 millions d'euros15.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


233730
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages