Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Besoin d'aide, help !

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 23/01/11 | Mis en ligne le 09/04/12
Mail  
| 127 lectures | ratingStar_239084_1ratingStar_239084_2ratingStar_239084_3ratingStar_239084_4
J'ai rencontré une fille, c'était il y a trois ans environ. C'était un pur hasard, il s'est trouvé que, par groupe d'amis interposés, on a mangé ensemble un midi, c'était en début d'année de seconde, et j'étais nouvelle au lycée, je ne connaissais presque personne. Je me rappelle qu'elle était assise deux chaises plus loin de moi, à ma droite, j'avais eu du mal à la voir tout de suite, je me souviens qu'elle avait parlé de "petit lait" en déversant le liquide de son yaourt dans son assiette. On a eu fini de manger, on est toutes sorties devant le lycée, elle attendait son copain "Scotty, chéri" elle a murmuré en croquant dans sa pomme. Il est finalement arrivé. Et elle est partie. Je me suis dit qu'elle était vraiment belle, avec ses beaux cheveux bruns, mais aussi tout à fait inaccessible comme personne. Je l'ai trouvée belle comme n'importe qu'elle fille peut en trouver une autre et inaccessible comme n'importe quelle nouvelle qui côtoie ne serait-ce que quelques minutes une fille "hype" du lycée. Jusque là, rien d'anormal. L'année est passée, sans encombre, et puis je suis arrivée en première. En tête de peloton dans la classe, moment de choisir ses groupes de TPE, la fille sympa et intelligente que je ne connais que de vue me demande "ça te dit de faire les TPE avec nous ? Marie et moi ? " Marie, alors c'est elle, la belle brune au visage clair, les yeux noisette et la jolie bouche rose. Je crois que mon estomac s'est serré un instant mais j'ai renié cette sensation. C'était parti pour huit mois de TPE intensifs, on se voyait tous les vendredi matin, le week-end parfois, on chipotait sur des mots, sur des formulations, elle était drôle, terriblement mystérieuse, attirante et puis belle, si belle, si belle… J'ai commencé à me poser des questions. Qu'est ce qui m'arrive ? Qu'est ce que je ressens ? Et puis je me suis mentalement assurée de certains stéréotypes qui dans ces moments là vous rassure "J'aime les garçons, j'ai toujours aimé les garçons" . Et puis un jour, alors que j'étais chez elle pour travailler, elle me dit "Il faut que tu m'aides, j'ai besoin de l'avis d'une féministe, d'une fille qui a du caractère, ça va pas avec Scott" Et là, dans mon inconscient, dans ma cervelle torturée, pour moi-même, dans un éclair fulgurant je lui ai répondu "Laisse tomber Scott, embrasse moi, embrasse moi…" ça, c'était seulement dans ma tête, j'ai essayé de l'aider, mais c'est ce jour là que je me suis rendue compte que Marie m'attirait, vraiment. Il y a alors eu une violente période de trouble dans ma vie à partir de ce moment là, ou j'ai essayé de me débattre seul contre ce sentiment que je trouvais si étrange, si terrifiant et qui semblait pourtant magique. J'ai commencé à penser à elle, un petit peu au début, puis de plus en plus régulièrement, surtout quand je ne la voyais pas. Vers la fin de l'année scolaire, je suis sortie avec un garçon, un ami à son copain, me disant que ça me ferait passé l'envie d'elle et paradoxalement que ça nous rapprocherait. Et ça a été le cas, une nouvelle complicité s'est crée entre nous, à mon plus grand bonheur, ou plus grand désarrois. Les vacances d'été son arrivées, et je n'ai fait que me torturer pendant ces deux mois. Être si loin d'elle me faisait du mal, et j'essayais de ne pas trop y penser, mais c'était évidemment l'effet inverse. Et puis, elle m'a envoyé quelques messages attachants pendant les vacances, me faisant comprendre que je lui manquais, qu'elle pensait à moi, et je me suis prise à espérer, dans mes délires, que mon désir pourrait peut être se réaliser… Je l'ai revue, un peu avant la rentrée, pour son anniversaire, qu'elle était belle ! Encore plus belle qu'avant. Les mois se sont ensuite écoulés et mon désir devenait une réelle obsession, je passais mes nuits à rêver d'elle, mes journées à la regarder, mon coeur battait à tout rompre quand elle venait me parler, j'avais toujours cette sensation de brûlure dans le bas ventre et, tout ce qui au début me paraissait illusion, fantasme, désir de dépasser mes limites devait maintenant devenir réel ! Je ressentais un tel besoin de l'embrasser, d'effleurer sa peau, de glisser ma main dans ses cheveux, ou encore de plonger dans son cou pour m'enivrer de son parfum… J'avais parfois l'impression, quand nos yeux se croisaient et que je soutenais son regard, qu'elle pouvait lire dans mes pensées, qu'elle savait que je la désirais et que muette, juste d'un regard, elle acquiesçait. Enfin, il y a un jour où je me suis décidée à aller lui parler, non pas parce que je le voulais, mais parce qu'exprimer mes sentiments semblait être devenu depuis tout ce temps une nécessité. C'était le 6 décembre, je m'en souviens parce que c'était le jour de la saint Nicolas. Je lui avais murmuré entre deux heures de cours qu'il fallait que je lui parle, que c'était important, mais que je ne pouvais pas lui dire comme ça, elle avait semblé intriguée, comme si elle se doutait de quelque chose, et puis elle m'avait regardé de cette manière qui me fait fondre, avec ce petit froncement des sourcils et l'esquisse d'un sourire. Je l'avais raccompagnée. Il pleuvait et elle était belle avec son petit bonnet noir sur les cheveux, son jean très serré qui lui allait si bien et ses bottes qui claquaient contre le bitume. J'ai pris mon courage à deux mains et je lui ai dit, dans un effort surhumain, mais de manière assez light "Je crois que tu m'attires" , qu'est ce que c'était dérisoire que cette petite phrase face à mes sentiments ! Elle n'a pas paru choquée, distante, froide, elle a juste souri, de ce même petit sourire, presque un peu gênée, et puis elle m'a dit "Je crois que je m'en doutais" On en a parlé, et puis, le temps est passé et tout a semblé très vite s'accélérer. J'avais l'impression qu'une brèche s'était ouverte, que tout est possible, que mes espoirs n'étaient pas vains. Alors je l'ai relancée, un petit peu, de temps en temps, tout doucement. Et puis il y a eu ce jour où je me suis rendue compte que je rêvais, que rien n'était possible, et je me suis moi-même jetée dans la gueule du loup, j'ai foncé droit dans le mur, sachant pertinemment que je courais à ma perte. Je lui ai tout dis, ou presque, en ajoutant que je me doutais très bien que nos attentes étaient différentes. Elle a pris peur, elle m'a dit que ça prenait une ampleur qui ne lui plaisait pas, mais qu'elle ne voulait pas me perdre en tant qu'amie, qu'elle m'appréciait trop pour ça. Je crois que ça a été le coup de poignard, alors avec toute la dignité qui me restait, je lui ai dit que je ne pouvais plus être son amie. Aujourd'hui, on ne se parle plus, on se contente de se lancer des regards. Je souffre terriblement, je me demande bien ce que je peux faire aujourd'hui, je me rends compte que je préférais le temps ou je pouvais y croire tranquillement. Je ne sais plus quoi faire, aussi étrange que ça puisse paraître je continue à espérer, et elle me hante toujours plus. Mon message est un peu long, et j'en ai peut-être trop dit, je ne sais pas vraiment ce que j'attends comme réponse, je ne sais même pas si je suis attirée par les filles en général ou si c'est seulement elle, mais j'espère qu'il y aura bien des gens qui répondront à cet appel au secours que je viens de lancer.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


239084
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages