Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Boulimie, dépression et précocité

Témoignage d'internaute trouvé sur vivelesrondes - 01/03/10 | Mis en ligne le 01/05/12
Mail  
| 111 lectures | ratingStar_249069_1ratingStar_249069_2ratingStar_249069_3ratingStar_249069_4
J'ai vu mes premiers psys en classe de seconde… il en a fallu plusieurs pour qu'enfin on me fasse passer le fameux WISC test (Wechsler intelligence scale for children). Le résultat n'a surpris personne et surtout pas moi. Mais le simple fait que mon psy (le dernier en date et le meilleur que j'ai jamais eu) me décrive ce que je vivais sans me laisser en placer une, m'a beaucoup aidée. Mes TCA sont directement liés à ça et mon adolescence à été la pire période de ma vie. Le fait de partir et de recommencer à zéro dans un autre pays, sans repères et avec une nouvelle famille (d'accueil) , m'a fait prendre conscience de ma valeur et c'est à partir de ce moment que j'ai commencé à vraiment "m'autopsier", à avoir un regard externe sur moi-même. J'ai pas mal voyagé et croisé des personnes de tous âges, de cultures et de langues différentes et j'ai réussi à relativiser mon mal-être. Malgré tout, encore aujourd'hui, si je vais chez mes parents pour le week end, je vide des paquets de gâteaux entiers dès que j'arrive chez eux. Dans mon cas, les crises sont liées à mon environnement, et pas seulement aux lieux, mais aussi en fonction des personnes avec qui je suis. Quand je me retrouve dans la maison de mon enfance/adolescence en face de ma famille, de croiser des gens qui ont été à l'école, au collège et au lycée avec moi, ça doit déclencher un genre de stress qui fait que j'ai l'impression de retourner à mes 15 ans. Le problème des enfants précoces, c'est qu'ils aiment les problèmes, dans le sens où, ils se posent toujours plus de questions et se donnent entiers soit à leur réflexion, soit à leurs sentiments. A l'âge adulte, cela dépend des personnes, de leur tempérament, de la capacité à relativiser ou des remises en question qu'ils se sont imposé. C'est un peu comme une règle de survie, c'est à toi d'identifier ce qui te rend mal à l'aise et pourquoi. Ensuite, libre à toi d'exorciser ou d'éviter ces choses. Dans mon cas, j'ai coupé les ponts avec les "amis" et connaissances d'avant mes 18 ans et je garde les contacts familiaux au minimum. De la même façon, j'évite de rester en France trop longtemps… Mon père a une autre technique pour gérer sa supériorité intellectuelle : il a fermé sa carapace à une bonne partie du monde extérieur, avec peu de contacts sociaux et des centres d'intérêts presque uniquement individuels. Malgré le fait d'être un génie, il n'a jamais évolué dans sa vie professionnelle, juste par choix. Je ne sais pas si mes histoire vont apporter quelque chose, mais on ne sait jamais. Si tu veux venir faire partie du club des sociopathes volontaires, fait moi signe !
  Lire la suite de la discussion sur vivelesrondes.com


249069
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages