Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

C'est pour beaucoup d'entre nous de là que découlent tous les problèmes.

Témoignage d'internaute trouvé sur vivelesrondes - 12/03/11 | Mis en ligne le 14/07/12
Mail  
| 96 lectures | ratingStar_275234_1ratingStar_275234_2ratingStar_275234_3ratingStar_275234_4
Justement il ne faut s'en interdire aucun ! C'est pour beaucoup d'entre nous de là que découlent tous les problèmes. Moi c'était les pains au Nutella ce matin, toi ce sera une viennoise pleine de beurre, peu importe, le principe est le même : tu te prives de quelque chose qui te procurerait un grand plaisir, tu es frustrée et ça ne fait qu'aggraver la frustration. Stop aux interdits !! C'est exactement ce que j'allais te répondre : tu ne devrais pas avoir à résister. Mais nous sommes dans le même cas. Ça devrait être tout naturel de ne pas descendre les paquets d'un coup à chaque fois (j'imagine que ça peut arriver à un individu régulé en cas de besoins énergétiques vraiment importants à ce moment-là + réelle envie). Tu ne devrais pas avoir à résister à quoi que ce soit ! Et ça ne devrait pas être un drame de mettre le nez dans tes madeleines ou autre… Je comprends mieux quand tu dis te reconnaître dans ce que j'ai pu écrire car moi aussi je me reconnais à 100% dans ce que je lis de toi, même si les aliments diffèrent. La même envie d'en prendre juste une ou deux, la même frustration qui fait que finalement on prend le paquet entier, la même erreur de compter ces fichues calories, la même façon de continuer sur autre chose parce que "de toute façon les limites sont dépassées" puis d'être mal, déprimée et de culpabiliser à fond. Je n'ai pas eu ça depuis que j'ai mon carnet même si aujourd'hui par exemple je sais que j'ai déconné ce midi en mangeant sans faim, mais ça peut encore arriver à tout moment. Je ne saurais que trop te conseiller d'essayer d'écouter ton corps, de ne plus JAMAIS regarder les calories et d'essayer de ne pas les compter (petit à petit on en perd un peu l'habitude malgré tout même si au départ ça semble impossible tellement on connaît nos aliments par coeur) , et surtout de ne pas te limiter psychologiquement. Je veux dire par là, ne pas te dire "une madeleine et après je n'en prends plus jusqu'à ceci ou cela" mais plutôt "j'ai envie de madeleine, j'en mange, si j'ai encore faim j'en prends une autre et sinon ce n'est pas grave, je les range et si tout à l'heure j'en veux, ou demain, j'en reprends, il n'y a aucun mal à cela". Et au début ça semble un peu chaotique, c'est ce qui était dit plus haut, mais je crois que progressivement ça se régulera parce que la frustration disparaître pour, je l'espère, laisser place à la régulation naturelle. Libre à toi de faire comme tu le sens, mais justement, j'aurais voulu te dire que c'est à toi de lui expliquer que tu n'es pas sans faille, que tu as tes soucis qui te touchent et que tu n'es pas une forteresse. Alors là, idem !! C'est pour ça que c'est vraiment pas marrant quand on n'a pas faim mais qu'il y a tant de bonnes choses qui nous attendent, ou que le repas qui fait envie est prêt… C'est encore une fois le souci que j'ai eu ce midi pour ma part. Malheureusement, non, pas encore ! C'est justement là que repose une bonne part du travail je crois. Au-delà des épisodes d'engloutissement sans réel plaisir, il y a aussi celui de choix à faire, et de savoir s'occuper d'autre chose que de la nourriture le temps que la faim revienne. C'est sûr que quand on est comme nous en pleine phase de réflexion et que l'on poste ici, que l'on fait des choses qui font référence à la nourriture ce n'est pas le plus évident mais je reste convaincue qu'on va y arriver. Ça prendra du temps. Après je crois que même les personnes qui n'ont pas de problèmes craquent parfois sans faim aussi, mais je présume que tant que c'est passager et sans culpabilité ni trop de rationalisation, ça va. Ah oui effectivement c'est bizarre ! Pour ma part le gaspillage c'est dans un sens comme dans l'autre. Et quand j'ai eu mes phases (bêtes, quelle frustration…) de remise à zéro je me jetais au contraire sur toutes les cochonneries qu'il me restait pour les finir, en profiter une dernière fois etc… Et ne pas perdre. Merci mais c'est surtout toi qui l'es !! Je ne fais que paraphraser et constater que sur moi ça commence à faire son petit effet, progressivement. Merci d'ailleurs pour ce que tes conseils me permettent de faire. A qui le dis-tu ! Ce midi encore, ma mère rapporte toujours l'alimentation au poids, je ne comprends pas. Pourtant personne n'a de problème de poids dans la famille (même moi je suis encore dans un poids santé, c'est juste que mon comportement n'est pas sain, et qu'effectivement je vais avoir des problèmes de santé à ce rythme). Comme quoi que l'on soit, mince, ronde, obèse ou qu'importe, la famille pose souvent problème pour les questions de troubles alimentaires. Là, ma soeur est rentrée d'un voyage en Irlande, et elle nous disait "ils mangent super tôt le soir, à 18h"… et allait enchainer pour dire que c'était bien parce que ça permettait de sortir, d'avoir une longue soirée de libre après. Donc aucun rapport avec les répercutions sur le poids, bien sûr !! Ben ma mère l'a coupée directement en disant "c'est mieux on grossit moins"… Sous prétexte que quand tu manges tard le soir tu grossis plus. Enfin je vois pas l'intérêt de tout rapporter au poids à part complexer les personnes présentes (en l'occurrence moi puisqu'elle sait que j'ai pris des kilos même si elle croit que c'est à cause de ma thyroïde, ma soeur étant elle très menue). Bref, je lui dis d'arrêter de tout rapport à ça et puis elle continue "on dit bien qu'il faut manger léger le soir"… Patati patata "comme un roi le matin, un prince le midi, un pauvre le soir" patati patata… Je lui fais remarquer que c'est culturel, qu'on dit ça ici, que comme ma soeur vient de le montrer c'est l'exact inverse en Irelande (ils mangent un seul vrai gros repas le soir et des petits matin et midi apparemment) , qu'ailleurs ce sera un seul gros repas de la journée ou plein de petits ou autre, que c'est culturel… Mais elle persiste sur le "comme un roi le matin" etc… Et ça m'énerve, je parle à un mur, il n'y a aucun dialogue, c'est toujours les "on dit", toujours une question de poids et pas de se sentir bien. Pourtant ma mère qui est régulée (je le constate facilement, elle met au frigo quand elle n'a plus faim, n'a aucun gêne à prendre du pain avec du fromage en plein milieu de l'après-midi, à se réserver pour le dessert etc) est tout sauf ce qu'on appellerait superficielle. Je comprends pas, en vieillissant il est de plus en plus question de poids. Bref… Tout ça pour dire, oui, avant que l'entourage ne comprenne, il faut du temps. J'aurais la même attitude que toi, à ta place. C'est beaucoup plus facile de dire les choses indirectement. C'est tellement pesant de le répéter à chacun, de montrer son dur problème continuellement… C'est vraiment super que ta famille ait totalement revu sa façon de faire/de voir, face à la nourriture. Tu dois être contente ! Par ici ça a toujours été ok pour manger tout et n'importe quoi à n'importe quelle heure donc je ne peux qu'imaginer la frustration et la difficulté que tu as du avoir dans la phase précédente, avec des horaires imposés et lourds regards. Ça fait longtemps qu'ils ne sont plus présents ? [/quote] Miam. Effectivement, quelqu'un qui a connu des problèmes de nourriture ne peut pas les ignorer comme c'est le cas, malheureusement, pour l'amie de Mag. Tu sembles bien entourée, ça fait plaisir à voir. Bon week-end à toi aussi, et à vous toutes les filles ! Je suis désolée pour la longueur de mes messages… :/ Samedi 12 mars. Environ 9h30. Seule à table. 2 pains au lait avec du Nutella. Réveillée en sursaut parce qu'on criait mon prénom, j'étais un peu stressée pour rien, j'ai essayé de me calmer mais j'avais prévu -vainement au final- d'aller chercher ma soeur à l'aéroport alors je n'étais pas très posée car je devais me préparer. Je me suis quand même assise et ai pris plaisir à les manger mais peut-être pas au point de " savourer " . Cependant je n'ai pas été frustrée d'arrêter même si j'aurais eu envie de continuer, il y a du mieux. Samedi 12 mars. Environ 12h45. A table avec ma mère et ma soeur. En discutant. Pas mal de chips. 8 feuilletés de saucisses (+/- 2 saucisses de Strasbourg + 1/3 de pâte feuilletée). 1 assiette de pommes noisettes. Après les chips, grignotées -avec plaisir- en attendant le moment du repas, je n'avais déjà plus très faim… Mais ma soeur venait de rentrer de son voyage et j'avais préparé les saucisses feuilletées exprès alors je me suis mise à table avec elle et ma mère quand même. Je n'ai pas réussi à laisser mon assiette au frigo alors qu'elles deux l'ont fait et que je n'avais plus faim dès quelques bouchées, c'est pas bien du tout. J'ai trop mangé et je n'en ai pas beaucoup profité. J'aurais du me contenter peut-être d'un feuilleté au lieu de 8 et de quelques patates… J'ai mal au ventre. Je suis la seule non-régulée de la famille et c'était frappant à ce moment-là où le plat était trop important pour chacune ! Discussions liées Hyperphagie Hyperphagie Hyperphagie Hyperphagie ? Hyperphagie Hyperphagie… Hyperphagie.
  Lire la suite de la discussion sur vivelesrondes.com


275234
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages