Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Construire l'europe

Témoignage d'internaute trouvé sur france2
Mail  
| 135 lectures | ratingStar_263651_1ratingStar_263651_2ratingStar_263651_3ratingStar_263651_4
Est-ce plus compréhensible Benard063 : LES SCANDALES DE L'UNION EUROPEENNE : ON PAIE LES SALAIRES DES PROFS AUX COMORES ! 18 janvier 2009. Dès mes premiers commentaires critiques sur l'Union européenne, vous avez accroché et posté des vidéos. Je vous invite à continuer ! Voici ce que je viens de trouver en cherchant les grilles de salaires et autres avantages chez les bureaucrates de Bruxelles, Strasbourg, etc. Ce scandale concerne le pays indépendant des Comores, dans l'océan Indien. (Seule l'île de Mayotte est restée dans la communauté française, et ce sera un autre thème de mon blog, notamment pour y parler des clandestins qui viennent y accoucher par milliers pour profiter des papiers français…). Mercredi 19 Novembre 2008 - 0640 - La Commission de l'Union européenne a décaissé plus de 2 millions d'euros (1 milliard de francs comoriens) en faveur de l'Union des Comores pour aider au paiement des salaires du personnel de l'Education nationale. L'enveloppe de 2.025.000 d'euros devrait servir au paiement de deux mois de salaires des enseignants comoriens, précise l'agence de presse Panapress. Cette somme a été mobilisée dans le cadre du Programme d'appui au secteur Education des Comores (Pasec) , doté d'un fonds de 16 millions d'euros et financé sur les ressources du 9ème Fonds européen de développement (Fed). Elle complète un premier décaissement de même montant opéré en janvier 2007 – selon Al-Watwan, cette deuxième tranche avait été gelée “pour des raisons multiples, notamment, le retard mis par les autorités locales pour fournir des informations statistiques sur la réalité de la masse salariale dans le secteur“. Le but de cet appui est “préserver la stabilité de l'année scolaire et accompagner les efforts du gouvernement dans sa volonté d'assurer le paiement régulier des salaires, contribuant ainsi à la réussite des missions du projet Pasec et à la cohésion sociale“. Le ministre des Finances de l'Union qui a obtenu cette deuxième tranche, s'est engagé “à poursuivre les efforts consentis en vue d'une meilleure maîtrise de la gestion des Finances de l'Etat”. Les fonctionnaires comoriens accusent à ce jour près de sept mois d'arriérés de salaires, le dernier salaire versé étant celui d'avril payé vers fin septembre dernier. (avec Panapress et Al-Watwan. Commentaires. 1. Liz écrit : On paie aussi quelques 20 millions d'Euros pour les frais de scolarité des enfants d'expatriés français scolarisés à l'Etranger, alors qu'en général ces frais font partie du package offert à l'expat' ? Citer | Posté 10 12009vSystem/Localtime01bMon, 19 Jan 2009 1915 +0100System/Localtime, 2007, 13:01. Une autre affaire. Un scandale inouï : le désintérêt pour l'Agence FRONTEX. Synergies européennes - Bruxelles/Vienne - septembre 2007. Andreas MÖLZER. Lettre de Bruxelles. Un scandale inouï : le désintérêt pour l'Agence FRONTEX. La lutte contre l'immigration de masse illégale ne semble jouer qu'un rôle mineur dans les priorités de l'UE. L'agence FRONTEX, mise sur pied pour protéger les frontières de l'Union, a dû annoncer qu'elle mettrait fin à ses activités en Méditerranée dans les semaines à venir. Or, c'est en septembre et en octobre que la "haute saison" commence pour les Africains qui veulent entrer illégalement en Europe. La volonté manque totalement de prendre toutes mesures efficaces contre le flux grandissant de l'immigration clandestine. C'est comme si l'on voulait faire comprendre aux immigrants potentiels que les portes de l'UE sont grande ouvertes pour eux. Si Euro-Bruxelles ferme les yeux face à ce problème, il faudra compter sur une augmentation substantielle de l'immigration illégale. De plus, tous les efforts qui avaient été consentis au cours de ces dernières années pour protéger la frontière maritime de l'UE en face des Iles Canaries seront réduits à néant. Par exemple, sur base des observations effectuées, les autorités espagnoles ont pu constater que dans les sept premiers mois de 2007, le nombre de "réfugiés" arrivés par bateau avait diminué de plus de la moitié par rapport à 2006. Une diminution du même ordre s'observait également en Italie. Or, une surveillance sévère des frontières en Méditerranée ne constitue qu'un premier pas. J'ai pu personnellement me rendre compte, de visu, en juillet 2007, lors d'une visite à Lampedusa, l'île italienne entre la Sicile et la Tunisie, que les camps d'hébergement pour illégaux venus d'Afrique étaient pleins à craquer. Vu l'ampleur que prennent les flux migratoires vers l'Europe, c'est donc un scandale inimaginable que l'agence FRONTEX ne puisse disposer cette année que de 40 millions d'euro. En revanche, quand il s'agit de subsidier diverses agences, créées à tour de bras et dont le sens et les objectifs sont généralement fort contestables, les cénacles dirigeants de l'UE se montrent exceptionnellement généreux. Le meilleur exemple de cette politique dispendieuse reste, à mon sens, la fameuse agence des "droits fondamentaux" de l'UE. Jusqu'en 2013, Euro-Bruxelles libérera 150 millions d'euro pour cette instance dont l'objectif principal est de fouiner partout et de faire la chasse aux opinions jugées incorrectes. Si l'on compare les subsides colossaux encaissés par l'agence dite des "droits fondamentaux" aux fort maigres subsides accordés à FRONTEX, on constate immédiatement quelles sont les priorités de l'établissement politique de l'UE. Il faut, selon ces messieurs-dames, d'abord et avant tout satisfaire dans le réel les projets fumeux et irréalistes du "politiquement correct" , tandis que la protection bien réelle et bien concrète de nos peuples, forgés par notre histoire, contre la marée ininterrompue des illégaux est considérée comme une activité indigne de l'intérêt des puissants du jour. Le comportement des Etats membres de l'UE est dès lors tout aussi scandaleux et honteux, car ils n'ont pas tenu les promesses faites à FRONTEX, comme l'a rappelé le Commissaire européen compétent, Franco Frattini. Ceux qui veulent empêcher que dans les années et les décennies à venir le visage ethnique de l'Europe ne se modifie définitivement, doivent se rendre compte qu'il ne suffira pas d'accumuler des subsides pour protéger les frontières extérieures de l'UE, mais qu'il faudra travailler à "conscientiser" en profondeur les décideurs politiques de l'Union. Ce ne sont donc pas des cogitations oiseuses et pseudo-humanitaires qu'il faudra prendre en considération avant de légiférer et d'agir dans le combat contre l'immigration illégale en Europe, mais, plus concrètement, il faudra ne tenir compte que d'une chose : du salut et de l'avenir des peuples d'Europe, qu'il s'agit de protéger maintenant, tout de suite. Dans ce domaine, il y a bien entendu une mesure à prendre d'urgence : mettre sur pied une politique européenne de rapatriement des illégaux, à appliquer sans délais ni tergiversations. Andreas MÖLZER. (article paru dans "Junge Freiheit" , Berlin, n°36/31 août 2007). UNE AUTRE AFFAIRE : Coulisses de Bruxelles, UE. Jean Quatremer. "Intel, nouvelle victime de la "concurrence libre et non faussée" | Accueil | L'absentéisme en commission parlementaire, le grand malaise des eurodéputés" 21/05/2009. Pharmacies : la Commission Barroso désavouée par la Cour de justice. Les juges européens viennent opportunément de rappeler, à quelques semaines d'un scrutin 071227114405 européen déterminant, que la Commission dirigée par José Manuel Durao Barroso est bien une fanatique du libre marché. Réunie dans sa formation la plus solennelle, la "Grande chambre" , la Cour de justice européenne a, en effet, refusé d'ouvrir à la concurrence le marché des pharmacies comme le demande avec insistance l'exécutif européen. Dans un arrêt de principe rendu le 19 mai, elle a décidé que "la détention et l'exploitation d'une pharmacie peuvent être réservées aux seuls pharmaciens" . Pour la Commission et, en particulier, son commissaire au marché intérieur, Charlie McCreevy, la vente des médicaments devait être libéralisée et donc ouverte à tous, à l'image de ce qui se passe aux États-Unis, mais aussi au Royaume-Uni ou aux Pays-Bas où les chaines de pharmacies ont essaimé. Depuis trois ans, elle fait pression sur de nombreux pays, dont l'Allemagne, la France, l'Italie, l'Espagne, le Portugal ou encore l'Autriche pour qu'ils renoncent à réserver la vente de médicaments en officine à des pharmaciens diplômés et indépendants. La Commission a expliqué devant la Cour que l'exclusion des non-pharmaciens de la possibilité d'exploiter une pharmacie ou d'acquérir des participations dans des sociétés d'exploitation de pharmacies constitue une restriction à la liberté d'établissement et à la libre circulation des capitaux qui "ne pourrait être justifiée que par des raisons impérieuses d'intérêt général et, notamment, par l'objectif de protection de la santé publique" . Or, pour l'exécutif européen, "la règle d'exclusion des non-pharmaciens ne serait pas propre à garantir la réalisation d'un tel objectif dans la mesure où elle est fondée sur une présomption erronée selon laquelle un pharmacien exploitant une officine serait moins porté à privilégier son intérêt personnel aux dépens de l'intérêt général qu'un non-pharmacien" . Pharmacie av st aulaire Un raisonnement que la Cour de justice balaye : pour elle, "lorsque des incertitudes subsistent quant à l'existence ou à l'importance de risques pour la santé des personnes, il importe que l'État membre puisse prendre des mesures de protection sans avoir à attendre que la réalité de ces risques soit pleinement démontrée. En outre, l'État membre peut prendre les mesures qui réduisent autant que possible un risque pour la santé publique, y compris, plus précisément, un risque pour l'approvisionnement en médicaments de la population sûr et de qualité" . C'est d'autant plus vrai que les médicaments ne sont pas des marchandises comme les autres. Leurs "effets thérapeutiques ont pour conséquence que, si les médicaments sont consommés sans nécessité ou de manière incorrecte, ils peuvent gravement nuire à la santé, sans que le patient soit en mesure d'en prendre conscience lors de leur administration" . D'où la liberté laissée aux États membres de décider si les médicaments doivent être seulement distribués par "des pharmaciens jouissant de leur indépendance professionnelle" . Certes, "il ne saurait être nié qu'un pharmacien poursuit, à l'instar d'autres personnes, l'objectif de la recherche de bénéfices. Cependant, en tant que pharmacien de profession, il est censé exploiter la pharmacie non pas dans un objectif purement économique, mais également dans une optique professionnelle. Son intérêt privé se trouve ainsi tempéré par sa formation, par son expérience professionnelle et par la responsabilité qui lui incombe, étant donné qu'une éventuelle violation des règles légales ou déontologiques fragilise non seulement la valeur de son investissement, mais également sa propre existence professionnelle" . Pour la Cour, "les non-pharmaciens n'ont pas, par définition, une formation, une expérience et une responsabilité équivalentes à celles des pharmaciens. Dans ces conditions, il convient de constater qu'ils ne présentent pas les mêmes garanties que celles fournies par les pharmaciens" . Un raisonnement qu'elle étend aux pharmaciens salariés : "la subordination de pharmaciens en tant que salariés à un exploitant pourrait rendre difficile pour ceux-ci de s'opposer aux instructions données par cet exploitant" . La Commission présidée par Barroso subit donc une défaite majeure dans sa vision d'un monde réduit à sa seule dimension marchande : la santé publique reste une limite intangible au libre marché. Rédigé le 21/05/2009 à 19:11 dans Commission européenne, droit | Lien permanent. Commentaires. KPM a dit… Bravo ! Comme quoi si l'Europe est néolibérale, ce n'est pas à cause des Traités, c'est à cause de la couleur politique de la Commission Barroso ! Le 7 juin, votons pour ceux qui font tout leur possible pour changer de Président de la Commission. [… ] -europeen/ Répondre 21/05/2009 at 19:35.
  Lire la suite de la discussion sur france2.fr


263651
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages