Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Culture de la kalachnikov.

Témoignage d'internaute trouvé sur le-figaro - 03/01/12 | Mis en ligne le 07/04/12
Mail  
| 144 lectures | ratingStar_238228_1ratingStar_238228_2ratingStar_238228_3ratingStar_238228_4
"Jusqu''à 9000 euros de revenu mensuel ! Il y a un mois et demi, à la même cité de La Visitation, un véritable réseau, en forme de "drive in" des stups, a été démantelé par la police judiciaire (notre édition du 19 novembre). Quelques secondes d''arrêt en voiture et l''on était servi. Et bien servi. Un réseau sacrément structuré. L''un de ses animateurs avait la vilaine manie de tout noter. En scribe scrupuleux, comme le rapporte "Le Figaro", il n''a rien oublié. Ni le revenu des quatre "nourrices", - celles qui gardent la drogue contre commission - 19 000 par mois à partager, soit près de 5 000 de revenu par tête de nourrice bien nourrie ! Le coût de fonctionnement du réseau ? 50 000 par mois. Le "guetteur maternelle" - l''école étant un des points du guet - gagnait lui 4 800 par mois. Un petit commerce géré comme une grande entreprise, qui rapportait plus de 110 000 de bénéfices mensuels. Le prix du kilo de haschisch, acheté en Espagne, était fixé à 2 250 . Le "spé", un produit synthétique, rapportait 60 000 par mois. Le vendeur et le gérant encaissaient jusqu''à 9 000 chacun de revenu mensuel. De quoi faire pâlir les chefs d''entreprise les plus performants. Le petit geste commercial Il faut bien aussi payer les petites mains, les guetteurs - entre 100 et 200 par jour, parfois dès l''âge de 11 ou 12 ans. Les horaires d''ouverture du "supermarché de la drogue" des cités marseillaises ? Midi à minuit - le trafiquant de drogue est un lève-tard, mais aussi un couche-tard. Vingt-cinq de ces cités ont d''ailleurs été classées "emblématiques" par le préfet de police Alain Gardère, comprenons "sensibles" aux armes et aux stups, moins à la qualité de vie et au respect des règles républicaines… Du coup, pour déstabiliser les réseaux, deux opérations de police ont lieu chaque jour. Cela aussi, ça énerve. L''économie, même celle de la drogue, goûte volontiers l''ordre, un peu moins la déstabilisation, alors ne parlons pas des opérations coups de poing… À la cité Bassens (15e) , les guetteurs sont en permanence à l''entrée qui crient "Araa", le fameux cri de guerre destiné à désigner l''arrivée de la police ou de quelque intrus sur le territoire sanctifié de la cité. À La Busserine (14e) ou à La Castellane (16e) , les trafics de stups génèrent 20 000 de chiffre d''affaires quotidien, aux Micocouliers (14e) 30 000 . Les dealers ont tout prévu. Même le petit geste commercial, le briquet ou le papier à rouler qui va fidéliser le bon client. Quant au kilo de cocaïne, pur à 80 ou 90 %, il est acheté environ 38 000 , mais coupé et recoupé 2 à 3 fois et revendu. Chiffre d''affaires : 90 000 à 100 000 . Près de trois fois le prix." Ça se passe à Marseille, capitale européenne de la culture de la kalachnikov. La Provence. Hier soir.
  Lire la suite de la discussion sur forums.lefigaro.fr


238228
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages