Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

D'abord, je ne crois que l'on puisse parler de déni.

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 27/08/11 | Mis en ligne le 20/07/12
Mail  
| 164 lectures | ratingStar_278136_1ratingStar_278136_2ratingStar_278136_3ratingStar_278136_4
Merci à toutes et à tous pour ces réponses… Mes remarques plus bas ! D'abord, je ne crois que l'on puisse parler de déni. Le déni est le refus d'accepter une réalité. Or, les personnes aigries en ont rarement conscience. C'est un glissement lent vers cette état qui rend difficile la clairvoyance, même si l'entourage attire l'attention de l'intéressé sur ce point. Détourner son attention, peut être aussi une marque de déni. Pour ce qui est de l'ombre et la lumière, je partage ce point de vue. C'est en effet une piste qui nous rapproche de l'analyse. L'abandon, c'est une rupture avec ceux que l'on aime. Un décès par exemple d'un des parents peut être ressenti comme un abandon. A cogiter ! C'est le propre de l'aigreur, justemment, d'enfermé le sujet dans un état où il s'isole davantage d'une vie sociale qui le met en souffrance. Ça n'est pas du tout conscient, c'est même un réflexe de protection face à souffrance. S'il fallait juste dire " il n'y qu'à, il faut que", ce serait très simple… (Merci pour la correction ! ). Mes observations sur l'aigreur ne peuvent pas être autrement que pessimistes. Ceci dit, bien sur qu'il y a un monde entre célibat choisi (et par conséquent accepté) et subi. Mais l'individu évolue, et ses choix assumés d'hier peuvent ne plus être ceux d'aujourdhui. Je reste aussi prudent sur la notion de célibat choisi, car je ne sais pas ce qui motive ce choix là. Ainsi, s'il s'agit d'un acte conscient, ou inconscient, même raisonné, l'effet produit ne sera bien sur pas le même. Il n'est pas simple d'évoluer au rythme des tumultes capricieux de la psyché. Nous ne sommes pas égaux devant les émotions, ni devant les appréhensions des choses de la vie et qui sont inhérentes à notre histoire. Nous sommes tous singulier. Il est des choix, comme des états, qui ne sont que passager (c'est aussi être à bord de…) parce que la situation l'impose, parce que nous tentons, et souvent vainement, d'échapper à notre réalité. En cela, ces états sont donc importants car ils mettent aussi en lumière la pénombre qui nous a envahit. Reste ensuite a avoir bonne lecture de Soi, qui représentera sans doute le meilleur moyen d'en finir avec les chimères. C'est cela qui semble à mes yeux la plus grande des difficultés car elle implique une part de renoncement aux rêves qui font sourire (et bien sur souffrir).
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


278136
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages