Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Dois-je renoncer à tout pour être heureuse ?

Témoignage d'internaute trouvé sur femmeactuelle - 15/12/10 | Mis en ligne le 19/04/12
Mail  
| 142 lectures | ratingStar_243711_1ratingStar_243711_2ratingStar_243711_3ratingStar_243711_4
Bonjour, J'ai 42 ans et je n'ai connu que des histoires d'amour malheureuses. Le profil des hommes de ma vie est toujours le même : très inférieur du point de vue des études, de la culture, de l'intellligence et surtout devenant petit à petit profiteur, paresseux, et vivant à mes crochets, "crochets" qui ont été le plus souvent plus que modestes d'ailleurs ! En général mes partenaires se sont montrés très sensibles, affectueux et attentionnés pour me séduire, une fois mon amour acquis ils sont devenus insouciants, se sont laissés aller et se sont reposés sur moi totalement pour gérer à leur place leurs problèmes, gérer leurs enfants (d'unions précédentes) , payer à leur place leurs impots, leurs factures, leurs assurances, certains ont même arrêté carrément de travailler et n'ont plus voulu en entendre parler. Le dernier en date travaillait mais smicard avec des pensions alimentaires à payer pour ses nombreux enfants donc lui aussi pratiquement à ma charge mais se plaignant de faire un métier manuel fatiguant et refusant donc de faire quoique ce soit d'autre. De plus, j'ai fait des études, j'ai beaucoup de passions dans la vie et j'ai besoin d'échanger, de parler de ce que je lis, de me développer personnellement et tous ces h sont des manuels difficilement capables de tenir une conversation simple. Ils ne m'apportent rien, je fais beaucoup de sport, ils ne veulent pas bouger, ils ne sont pas vifs, n'ont aucune curiosité intellectuelle, n'aiment rien, tirent la gueule… Au bout de quelques temps de ces abus, refus d'aide à tous les niveaux et abus financiers, quand je refuse de continuer, en général ils deviennent haineux et souvent violents ce qui provoque la rupture. Après la rupture je me retrouve souvent à payer leurs dettes laissées en souvenir… J'ai besoin de comprendre comment je peux ne "choisir" que de pareils hommes. Bien sûr la théorie à la mode en ce moment je la connais, et je sais que vous allez me la sortir : "tu choisis ces hommes inconsciemment, demande toi pourquoi, si tu n'as que de tels hommes c que tu les mérites, si tu acceptes tout ça tant pis pour ta gueule etc" Bon, tout ça c'est peut être vrai - ok - mais pour moi une réponse qui s'arrête là n'est pas très constructive et comme c'une rubrique d'entr'aide j'ai la prétention, l'espoir… d'obtenir mieux et pas seulement qu'on vienne tirer sur l'ambulance en me disant que j'ai bien cherché tout ça. Voici mes propres explications de la situation, vous pourrez me dire si vous pensez que ça peut expliquer les choses ou pas, mais surtout ce dont j'ai besoin c de conseils pour m'en sortir : - mes parents étaient abusifs, j'ai fui dès que j'ai pu, je n'ai pas de famille, je n'ai jamais été aimée ni soutenue de ce côté là, seule à me débrouiller dans la société à peine sortie de l'enfance : cette carence affective me pousse à céder facilement aux personnes qui savent se montrer très affectueuses, très attachantes, jouer la carte de la sensibilité. - du fait du rejet de mes parents sans doute, je n'ai jamais eu beaucoup confiance en moi, j'ai toujours beaucoup douté, de ce fait je n'ai jamais osé faire de tentatives de séduction auprès d'h ayant mon niveau d'études (universitaire) de culture ou partageant mes centres d'intérêt (développement perso etc) , j'ai même plutôt fui et découragé ceux qui essayaient, persuadée de ne pas être à la hauteur. - en parallèle bien sûr, ce manque de confiance m'a poussé à toujours me rassurer en "choisissant" plutôt des partenaires de vie très en dessous de moi : routier, manutentionnaire, etc - certains dans ces métiers sont sans doute intelligents et supers - bien évidemment ! - mais ceux que j'ai connu étaient de mauvaises caricatures, ils ne m'ont jamais rien apporté intellectuellement, impossible de discuter ni communiquer quand le fossé culturel est trop immense, de plus ces "manuels" n'ont jamais compensé par leurs talents de bricoleurs, jardinier ou autre, ils se sont toujours laissés vivre une fois entrés dans ma vie, cessant toute activité en dehors de leur travail et même certains leur travail ! - au fil du temps j'ai pris conscience de ces mauvais choix et j'ai essayé d'avoir le courage de me tourner vers des hommes plus en phase avec moi. Et là j'ai constaté que ma situation socio-eco n'étant pas du tout en adéquation avec mon métier et mon niveau de vie, ces h là ne cherchaient même pas à savoir qui j'étais et me condamnaient. Toutes mes études ne m'ont servi à rien et au final je me suis retrouvée employée dans un centre d'appel, je vis dans une maison en en ruine d'aspect très impressionnant (merci à un de mes ex qui m'a ruiné car j'avais réussi à m'en sortir pas mal toute seule) , je roule dans une guimbarde des années 80 et les hommes intelligents, plus intelligents que mes ex, d'un autre milieu, d'autres professions qui me correspondent mieux (pas forcément plus riches, ça je m'en fous) ne me donnent pas la chance de savoir qui je suis. Si moi j'ai été tolérante et si j'ai donné leur chance à tous les cas sociaux et minables de la société sans les juger sur leur métier, leur absence de diplome ou d'argent, cette chance là on ne me la donne pas. Dès que je rencontre quelqu'un on me demande ce que je fais dans la vie et répondre "employée de centre d'appel", pour les gens qui ont réussi ça veut dire "ratée qui doit être idiote, sans intelligence et sans culture", si en plus ces gens là ont l'occasion de voir ou je vis ou dans quoi je roule, je vous dis même pas. Ils ne cherchent même pas à me connaître pour vérifier. Bref, j'arrive pas à m'en sortir parce que les seuls hommes qui m'acceptent avec mon métier et ma baraque en ruine sont justement ces hommes avec lesquels je n'ai aucune affinité. Je précise que je ne juge pas le métier des gens (le mien étant aussi minable) , ni le fait d'avoir pas pu faire d'études (j'ai payé les miennes seule en bossant, au passage…) , ni d'être manutentionnaire, ni routier etc, je ne suis pas une "raciste" sociale - sinon justement je n'aurais jamais accepté ce type d'h dans ma vie, je ne cherche pas non plus le fric sinon je n'aurais pas collectionné les smicards qui eux collectionnent les pensions alimentaires (donc finalement qui sont à ma charge) , non mon drame c'est que ces hommes ne m'offrent rien et que je m'ennuie à mourir avec eux. Ils vivent dans une routine monotone, ne s'intéressent à rien et ne peuvent même pas tenir une conversation. Si je rencontre un technicien de surface intello et passionné je l'épouse tout de suite, donc avant de me jeter la pierre, comprenez bien que je fais pas du mépris social, mais on en fait envers moi ! La question est finalement : si on est un peu intello mais qu'on a fait des études qui ne nous ont pas sorti de la misère socio-éco, est ce qu'on est alors complètement condamné et pour toujours à ne fréquenter que des gens qui savent à peine lire et écrire maladroitement et qui ne s'intéressent à rien ? Doit on se résigner à se laisser tirer vers le bas, à régresser ? Quand je fais le bilan de ce que je suis, qui je suis, j'ai réussi beaucoup de choses dans les pires conditions, je suis encore jeune à 42 ans, encore séduisante, j'ai du mal à accepter de me dire que je dois oublier les livres, renoncer aux discussions, renoncer à évoluer voire accepter de régresser, accepter une vie affalée devant la TV devant des jeux débiles ou du foot à manger des chips… On dit parfois que la vie est juste et nous renvoie toujours en retour ce qu'on a fait, c'est faux dans mon cas car moi je n'ai jamais condamné personne pour son origine, son métier, son absence de diplôme, à cause du quartier où il vit, de la voiture qu'il conduit et pourtant moi on ne m'a jamais accordé cette tolérance. Jamais. On veut connaître mon job et aussitôt on me condamne, on en déduit que je suis stupide. Est-ce sans espoir ? Existe-t-il alors un moyen d'oublier tout ce que j'ai appris, un moyen de devenir une idiote accomplie afin d'être enfin heureuse et assortie avec les seuls hommes auxquels j'ai droit ? La lobotomie, ça marche ?
  Lire la suite de la discussion sur femmeactuelle.fr


243711
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages