Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Elle s'est endormie...

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 25/06/11 | Mis en ligne le 13/04/12
Mail  
| 250 lectures | ratingStar_240726_1ratingStar_240726_2ratingStar_240726_3ratingStar_240726_4
Merci à vous de faire écho… Malheureusement, hier je souffrais aussi. Ma compagne a déménagé, ça s'est fait sous forme de marathon épuisant, parce que nous avions pris du retard, j'avais été malade une semaine. Résultat, on a bourrés comme des dingues, et tout ça pour que le proprio (qui lui avait assuré qu'il ne ferait pas d'histoires pour une rayure ou une tache) , lui tombe dessus et la casse complètement, en disant que c'était un scandale, que si on n'avait pas tout repeint il y en aurait eu pour 5000 euros de frais, etc. Bref, un scandale. Et ce qui me chiffonne le plus, personnellement, c'est que ce type… enfin, je m'interromps pour faire le profil : C'est le genre gros paysan, macho, fier à bras, qui connait tout, a toujours raison, est plus malin que tout le monde. En fait, il n'y a que lui de bien, et ses éventuels copains. Tous les autres sont des cons. On discute avec lui, quel que soit le sujet abordé, au bout de dix secondes il critique. La mairie, untel, le voisin, machin, bidule, le gouvernement, telle ou telle mesure… Il ricane et persifle, c'est son grand truc. Se croit très malin. En réalité, je doute qu'il ait fait des études, il conduit un camion pour livrer des matériaux de construction, et sa famille a des biens, grâce à quoi il a pu construire sa villa, et rénover des piaules qu'il loue, en essayant d'y mettre le moins de frais possible, et d'en récolter le maximum de blé. Je ne pense pas que sans les biens hérités, il aurait pu avoir ce train de vie, qui lui permet de se croire quelqu'un de très bien, d'important, de va savoir quoi. Bref, monsieur macho s'est permis de dire à ma compagne diverses choses sur moi, qui me déplaisent. Par exemple, il lui a dit que je ne valais rien, qu'il ne voulait plus que je vienne lui parler. Que ma maison est pleine de boxon autour, que les volets sont toujours fermés. A quoi je suis tenté de répondre que je suis plasticien, donc je récupère toutes sortes de matériaux, d'une. Que de deux, si j'ai envie d'avoir du bordel chez moi, ça ne sont pas ses oignons. Et idem pour mes volets, je les ferme ou pas, je ne vais pas voir ce qu'il fait, lui, des siens, et s'il a tondu sa pelouse ou pas. Ce truc de critiquer, de se mêler, de juger… Et pire encore, que j'étais un flemmard, un bon à rien. Que je n'allais la voir que pour la baiser (dixit, texto). Que j'avais "dix bites et un seul doigt"… Raffiné, n'est-ce pas ? Je pense que ce truc ne peut pas passer. Je ne peux pas laisser dire ça à ce type, parce que sinon, je n'ai plus de visage, plus d'honneur, et il se permet de dire à ma femme des grossièretés. Je pense qu'inévitablement, ce truc me restant en travers, ça va sortir un jour ou l'autre. Plusieurs fois je l'ai croisé, chaque fois il me serrait la pince - alors qu'il disait ne plus vouloir que je l'aborde. Un jour ou l'autre, je vais le croiser et l'ignorer, refuser de serrer sa main. Il va sûrement grimper vite en température (parce qu'il a une paire de gonades surdimensionnées, sans doute) , et ça va certainement chauffer. Au minimum, suivant comment je le gère (mais je ne peux garantir mon attitude) , soit je lui remets la tête à l'endroit, lui faisant comprendre qu'il a exagéré, mais je n'y crois guère, monsieur étant si fier de lui… Soit le ton monte, et à tous les coups, on va finir par se mettre sur la gueule. Il est plus costaud que moi, en meilleur forme, et moi souvent embêté par mon dos, mes cervicales. Mais bon, je fais la carpette, alors ? D'un autre côté, j'ai eu plusieurs fois dans ma vie l'occasion de pratiquer des arts martiaux, irrégulièrement j'en conviens, mais tout de même, il m'est resté des bases. Un peu de Karaté, de Kung-fu, d'Aiki-Budo, et ces derniers temps, je me disais que si j'allais un peu mieux, j'aimerais beaucoup m'essayer au Krav-Maga. J'ai des "schémas" qui ne se sont pas effacés, qui, va savoir, peuvent ressurgir au moment opportun. Je sais que tôt ou tard, il y aura déflagration. C'est inévitable. Juste une question de temps. Il est allé trop loin. Et il continuera. A la première occasion, il me balancera une salade, ou à ma femme, et là ça partira. Qui plus est, il participe à la fanfare du patelin, et dans les mêmes locaux, il y a l'école de musique, dans laquelle je prends des cours de sax. Bref, plan pourri. Et hier, je n'arrivais pas à dormir, à cause de ça. J'étais ulcéré de ce que ma femme m'a répété, choqué, profondément humilié, surtout quand on sait de qui ça vient, le bourrin de service, qui n'a sans doute ni inventé l'eau chaud, ni tiède, ni même froide. Alors oui, j'ai eu envie de me centrer sur elle, sur ses doigts, son souffle, sa chaleur, sa peau contre la mienne. Mais je dois avouer que ça n'a marché qu'un moment, et qu'ensuite les pensées négatives sont revenues. Je me suis relevé, j'ai eu envie de vous transmettre ce "sourire", j'ai aussi écrit à un ami qui malheureusement vient de se faire larguer, alors qu'il était très amoureux, et souffre énormément. J'ai répondu sur Actu, à propos du Japon. Des choses comme ça. Et, tant bien que mal, je me suis recouché, relevé, etc. Aujourd'hui, fraca, j'ai énormément mal aux cervicales. C'est clair que si, dans cet état, j'avais affaire à mon gros plouc, je ferais profil bas. Quand on est hors service, on ne peut que se traîner et bouffer des cachets, en attendant que ça passe. Mes douleurs au dos et aux cervicales ont une origine musculaire évidente. De l'arthrose certes, mais surtout des tensions internes. Avec ce que j'ai traversé, rien d'étonnant. Des fois, je me dis que j'aimerais bien essayer l'hypnose. Mais je suis peu réceptif, je l'ai fait une fois, et suis resté très conscient et aux commandes. Je voudrais tenter le rebirth, mais le prof de Yoga de ma femme dit que ça peut être dangereux. Je prends des fleurs de Bach mais bon, ne suis pas estomaqué par les résultats. Je vois un psy, mais c'en est au début (j'ai largué le cuistre que je voyais avant, pompe à fric, qui se foutait ouvertement de ce qu'on lui disait) … Depuis peu, j'ai fait connaissance d'un gars qui est nouveau dans le coin, il joue de la musique, il a une certaine culture, il est intelligent, on va tenter de faire un truc ensemble, on verra bien quoi. A la rentrée, un ami, celui qui m'a enseigné les bases de l'Aïki-Budo, a accepté ma proposition qu'on s'entraîne à nouveau ensemble. En Septembre, on reprendrait ces séances à deux, basées sur saisies, clés, luxations, attaques et parades, etc. Selon lui, autant dans les autres disciplines (et il en a pratiqué plusieurs, beaucoup même) , on se cogne et si l'autre est résistant, ou particulièrement remonté, il peut continuer. L'Aïki-Budo, pratiqué correctement, permet de bloquer l'adversaire en situation de clé (de poignet, de bras, d'épaule, de nuque) , et là, si on insiste, ça casse. Et on dit au gars : alors, j'arrête ou on continue ? Selon sa propre expérience, ça calme bien les choses et même un gros costaud a très mal quand on applique correctement la technique. Ce mec est terrible : rien que dans sa façon de saisir le poignet, par exemple, il place ses doigts sur les points sensibles et on a déjà très mal. Il a quand même eu sa ceinture noire, et il a enseigné dans un club pendant un bon moment. Et c'est un ami. Il y a quelques années, on s'entraînait ensemble, clandestinement, dans un appartement qui était à ma femme, qu'elle venait de faire rénover, et ne louait pas. Il était vide, j'avais gardé une clé, on montait, on allumait des bougies et on s'entraînait. Les chutes étaient amorties par la moquette. Il me montrait surtout comment se dégager d'une saisie (la base) , comment immobiliser par des clés, des étranglements, etc. On rigolait bien. Un jour, on est allés s'entraîner sur une dune de sable, isolée dans un quartier résidentiel. Surréaliste. Je vois des liens très nets entre l'Aïki-Budo et le Krav-Maga, qui compile toutes sortes de techniques issues de plusieurs disciplines. J'aimerais essayer, mais comment en avoir envie quand on n'a plus la forme du tout ? Enfin voilà, ma femme est chez moi pour quelques jours, on est bien ensemble, le seul hic c'est qu'il y a ses gamins, pas facile. Mais ça ne durera pas, alors j'essaie de prendre sur moi, de ne pas faire d'esclandre - non pas pour les gamins, m'en fous, mais pour préserver la qualité de la relation avec ma femme. Voilà. J'ai plaisir à partager avec vous et j'écouterais volontiers vos avis sur mon Mr Ploucos. Mais là, trop mal aux cervicales, j'ai passé une après-midi pourrie, à souffrir sans discontinuer, et là je rends l'antenne, à vous Paris. Bises, et merci encore. Ubik.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


240726
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages