Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Est-il réellement possible d'être insensible à la souffrance d'autrui ?

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 03/01/10 | Mis en ligne le 17/07/12
Mail  
| 126 lectures | ratingStar_276733_1ratingStar_276733_2ratingStar_276733_3ratingStar_276733_4
Etre toi, ça veut dire quoi pour toi ? Tu n'es toi qu'en fonction des autres et de ce que tu peux leur apporter, donc tu n'es pas TOI, tu es ce que les autres veulent que tu sois en fonction de tes inclinaisons et de leurs désirs, tour à tour, bonne fille, bonne copine, bonne compagne et bonne maîtresse occasionnellement, toi tu n'existes pas individuellement. Toi tu es vide, et tu cherches inlassablement ce qui peut te remplir, même ton apparence physique ne correspond pas à ce que tu es, tu te remplis physiquement, comme tu cherches à te remplir intellectuellement et émotivement. "Est-il réellement possible d'être insensible à la souffrance d'autrui ? Moi, je n'y parviens pas, ni celle des autres êtres humains, ni celle des animaux, ni même d'une plante en train de dépérir sur l'étal d'une grande surface." Etre insensible non, mais ressentir la douleur des autres intimement est plus rare, et c'est aussi la cause de ton mal-être puisque tu ne la supportes pas, tu as un sens aigu de la justice, et tu ne peux accepter ce que tu ne comprends pas, alors tu cherches à soulager, parce que cela donne aussi un but à ta vie. "Je cherches à lui endre la vie plus agréable, je te rejoins sur ce point, oui, j'ai pris sur moi de faire tout ce qu'il n'aimait pas, ça part du simple coup de téléphone à une entreprise ou un organisme car il "n'aime pas téléphoner" jusqu'à la vaisselle et les autres tâches ménagères, voire même lui donner du plaisir sans en recevoir puisque il n'avait pas envie de m'en donner. Je n'avais jamais vu les choses sous cet angle de recherche de l'excès et de l'absolu, d'où le temps que j'ai mis avant de répondre, cela méritait réflexion. Alors oui, j'ai cogiter sur ton message toute la journée d'hier, et j'ai recoupé avec d'autre évennement d'autre comportement, pour en venir à la conclusion qu'effectivement, je suis en quête d'absolu, parce que le "commun" est signe de médiocrité. Faire toujours mieux dasn quelque domaine que ce soit, oui, c'est exactement ça, dans chaque chose que j'entreprends, il FAUT que je sois la meilleure, il faut que cela soit parfait ou tout du moins au-dessus des autres. Tout en ayant pas pour but d'écraser les autres, ça n'est pas ça, mais je me dois pour moi-même de faire le mieux possible, voir le mieux impossible, celui qui m'attire justement parce qu'il est impossible donc inexistant ? Cette recherche du mieux, du toujours plus, celà à commencé deux ans après la naissance de ma soeur cadette, mes parents, consciemment ou inconsciemment nous on toujours mises en compétition l'une vis-à-vis de l'autre et oui, dans cette optique là, il fallait à mes yeux que je fasse meiux qu'elle." Comme toutes les personnes mal aimées, tu as une sorte de revanche à prendre, alors deux cas de figure soit tu agis comme ton ami, en méprisant les autres jusqu'à l'écoeurement, soit tu t'investis à fond, on t'aimera pas pour ton apparence soit, mais tu sauras te rendre indispensable en créant une sorte de dépendance qui remplacera l'amour. Tu as choisi la deuxième solution ou celle-ci s'est imposée à toi, puisque tu ne la maîtrises pas. La carapace qui t'entoure tu ne te l'es pas forgée pour dissimuler tes faiblesses, tu en as très peu en fait, parce que tu n'as peur de rien et que rien ne te rebute, elle te sert juste à masquer une hypersensibilité que tu portes à fleur de peau, et qui est en partie à l'origine de ton goût du fantasque, domaine dans lequel l'excès est naturel et où tous les espoirs sont permis, même les plus insensés. "Tu as raison, je suis une étrangère, une sorte d'alien au sein même de ma famille, il m'est arrivé, très souvent de me dire, que je n'avais pas ma place dans cette famille, que cette famille ne devait pas être la mienne J'ai fini par ne plus rien confier aux miens parce qu'ils ne comprennent pas ou ne sont plus à même de comprendre. Ma maman est toujours en depression, elle remonte un peu la pente, mais je ne peux pas m'appuyer sur elle, elle n'est pas capable physiquement et moralement de m'aider, ni de me comprendre. De plus, la première fois que je suis allée voir un psy, je l'ai dit à ma maman, qui l'a très mal vécu, elle a vécu mon demande d'aide au psy comme un chec personnel. Tant est si bien que lorsque je vais voir un psy, je ne peux le lui dire, je sais qu'elle me dissuaderait d'y retourner, en me disant des choses du style "il va me tuer, moralement à tes yeux", il va faire en sorte qu'on s'éloigne l'une de l'autre etc… Elle vit très mal le fait que je puisse avoir besoin d'une aide extérieure. Tout comme elle ne supporte pas le fait que je veuille entamé un régime (je souffre d'une surcharge pondérale importante) , j'ai été voir une diététicienne, ce qu'elle n'a jamais supporté non plus, remettre en cause mon alimentation, c'est la remettre en cause elle… Enfin si tu arrives à comprendre ce que je veux dire ici, je sais que ce n'est pas clair " Les autres, en particulier ta famille ont beaucoup investi en toi, tu es leur moteur, un roc inébranlable à leurs yeux, ils ne savent pas qu'au fond de toi tu es restée une petite fille, sevrée de sa part d'amour et de tendresse au profit d'autres. Tout changement que tu pourrais envisager représente pour eux un danger. Si grâce à une thérapie tu pouvais prendre conscience de certaines choses, et que grâce à un régime tu perdes ta surcharge pondérale, tu pourrais changer au point de perdre en partie cette capacité de dévouement qui est la tienne, et dont tout le monde se nourrit. Tu pourrais enfin apprendre à t'aimer, à trouver ta place, et par là même, ne plus avoir besoin d'exister uniquement dans le regard des autres. Ta maman dépressive est comme ton ami, elle compte sur toi, pour l'aider à surmonter ses angoisses, consciente de ta valeur et de tes capacités, ne vas-tu pas l'abandonner ? C'est ce qu'elle redoute. Tous les changements que tu envisages la terrifient, parce qu'elle craint un changement dans ta personnalité, qui influerait sur ta disponibilité. Tu as certainement été très vite très mature pour ton âge, tu t'es sentie très vite "responsable" , on t'a volé ton enfance en te faisant endosser un rôle qui n'était pas le tien, la petite fille qui n'a pas eu le loisir de vivre son enfance est toujours là, tu la retrouves dans tes écrits, il y a Anna et l'autre, celle qui se nourrit de contes et d'écrits, et l'autre le courageux petit soldat qui se lance à l'assaut de tous les adversaires et qui est de toutes les batailles. Ta personnalité est scindée en deux, tu es en conflit perpétuel entre Anna et l'autre. Anna est restée la petite fille malmenée, en proie aux moqueries parce qu'elle n'était pas dans les normes, l'autre s'acharne à la défendre, à la protéger, à la choyer, elle n'a que l'écriture pour cela et son monde fantasmagorique. Qui de vous deux aime H ? Je pense que ce soit l'autre partie de toi-même, Anna cherche à comprendre pourquoi. Tu as un don pour les rapports humains impossibles parce que de tous temps tu n'as connu que ça, non pas par choix, mais par obligation, et puis cela colle à ton désir de perfection, tu as fait tienne cette maxime de Corneille tirée du Cid "à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire" . "Il reproduit le schéma de son père sur sa mère…" As-tu reproduit le schéma de ton père ou de ta mère ? Non tu t'en es éloignée au maximum, donc ce n'est pas une excuse laquelle trouve sa véritable raison dans une extrême paresse. "J'ai besoin de me sentir utile, si je ne me sens pas utile, je ne vois pas pourquoi je vivrais. Dans ma quête de recherche, dans mon cheminement du savoir, il y a une question qui reviens sans cesses : Pourquoi suis-je là ? La réponse qui vient pour faire ce que tu peux pour les autres. J'ai besoin de me trouver une utilité, pour garder un équilibre. Je ne veux pas être juste pour être je veux être pour une raison qui a mes yeux est valable… " Tu as besoin de te sentir utile, parce que sans cette utilité, tu es inexistante, transparente, invisible aux yeux des autres et aux tiens. A te lire j'ai la conviction que tu es très intelligente, je ne parle pas de culture, mais d'intelligence qui fait que tu es curieuse et tout et de tous, certainement enfant surdouée, en décalage perpétuel, mal entourée, on a étouffé tes dons dans l'oeuf, personne n'a jamais pris la peine de s'intéresser à toi personnellement, paradoxalement c'est ici sur ce forum que des anonymes se penchent sur ton cas et te montrent un intérêt, sans rien te demander en retour, et sans rien en attendre. Voilà qui devrait élargir ton horizon et te donner un peu d'espoir. Car tu manques cruellement d'espoir, toi qui peines à trouver ta place ici bas et qui pense que tu n'as vu le jour que pour servir. Tu es touchante, tu manies les mots avec émotion. A travers tes écrits, on ressent une profonde solitude et un désir encore plus profond d'être aimée. Moi j'entends la petite Anna qui pleure son enfance perdue, et dont la souffrance d'un autre est entrée en résonnance avec la sienne propre, elle t'est intolérable, parce que tu l'as connue et parce que tu la comprends, tu l'as sait injuste comme l'a été la tienne, alors tu tentes de la soulager autant que faire se peut. La seule différence c'est que tu en as tiré profit, alors que lui non. Tu y a puisé la rage de vaincre, lui n'en a tiré que de la dolence pour se laisser aller, sans plus.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


276733
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages