Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

étrange demoiselle

Témoignage d'internaute trouvé sur forumfr - 25/10/10 | Mis en ligne le 22/04/12
Mail  
| 137 lectures | ratingStar_244886_1ratingStar_244886_2ratingStar_244886_3ratingStar_244886_4
Mon problème ? Oui je peux effectivement dire qu'il y en a qu'un, celui qui me dévore de l'intérieur, qui hante mes nuits blanche et qui me change d'une façon plutôt étrange… Je fais partie de ces personnes qui réfléchissent tellement pour trouver une suite logique à certains actes de mes proches que j'ai fini par me perdre dans une psychose assez profonde. Même si je suis contre les conneries de psy, j'en ai vu une afin d'avoir un arrêt maladie le temps que je retrouve mes esprits… dès le premier rendez-vous, elle m'a dit que le mieux pour moi était que je me retrouve en paix avec moi même car si non, ma vie allait s'arrêter au prochain virage. Bas, quelle conne… plus on remue le couteau dans la plaie et plus elle s'ouvre au lieu de se cicatriser. La mienne ? Je crois bien qu'elle a finit par exploser avec les années et les mauvais jours consécutifs et qu'elle saigne silencieusement. Certains faits que je vais vous raconter sont réels et que je tiens à dire que, si l'on me croit sur ce forum, je n'ai aucune peur ni aucune peine à les raconter car aucune preuve contre moi est possible et qu'aucun des événements suivants me touche à présent. Lorsque j'avais neuf ans nous avions fini de faire le tour du monde et nous nous arrêtions en espagne vivre quelques temps. C'est à cet endroit que ma vie s'est transformée en cauchemar. Le traumatisme de départ ? Le fait que j'aie tué mon violeur. Mais vu que je n'avais jamais vécu une seule souffrance auparavant, ma seule idée en tête était de vivre comme si de rien ne s'était passé et continuer à profiter des instants présents. Cela à marché le temps que je réalise peut à peut que ma vie partait en couille… Mon père prend de la bouteille comme beaucoup, frappe ma mère et se fait rapatrier en suisse suite à un appel que j'ai effectué à la police en pleine nuit. Deux ans, voilà le temps que je n'aie pas vu mon père et ma mère pleure tout les soirs. La cause ? Parait-il que mon père veut nous ramener en suisse. Bas, un peut timbrée celle-là… après quelques clops, pétards, bouteilles, ma meilleure pote crève sous mes yeux renversée par une voiture. J'ai les mains en sang, son ventre se vide, mais je reste à côté d'elle à l'appeler comme si elle allait me répondre. Quelques semaines plus tard, ma mère pète les plombs et nous fait balader jusqu'au portugal. Décidément, vraiment folle celle-ci… Une nuit, je me fait réveiller par un inconnu qui s'approche de moi, me prend et sans prendre compte du fait que je me débattais, me lance dans un bus et me regarde de ses yeux noirs tout en me disant : -arrête! je suis ton père! si tu ne fais pas d'histoire il n'arrivera rien à ta belle petite famille. Wow… quel salop celui-là, ma mère était peut-être pas si folle après tout… Juste avant de nous rendre devant le juge, mon père me regarde du même oeil que le jour où il m'a kidnappé et me dit : si tu dis que tu veux vivre avec ta mère, je l'a tue et tu vivras avec moi, sous mes ordres. Tu sais ce qu'il te reste à faire… Mais peut importe ce que j'ai dit, quelques mois écoulés, je vivais avec ma mère. Après plus de quatre ans de divorce et de multiples procédures que mon père à tenté afin de me mettre en foyer où centre psychologique car il ne supportait pas l'idée que ces enfants préfère sa mère à lui, je fais le massage cardiaque à ma mère qui, les yeux mis clos levés au ciel, la bouche entre ouverte et la peau bleu, avait succombé à une embolie pulmonaire suivit d'un infarctus du au stresse. Me voilà chez lui. Quel à été la première chose qu'il m'a dite avec un léger sourire après une larme coulée devant les grands parents ? -tu vois ma fille, j'ai tué ta mère tellement que j'aimais la voir pleurer. Et chez qui tu vis maintenant ? Chez Moi! Une fois, il est rentré dans ma chambre, ma donné une corde, et presque à genoux, il m'a demandé de me pendre avec ce sourire toujours coincé entre ses lèvres. Majorité atteinte, mon père me virent pendant mes examens finaux en prétextant que c'était le bon moment de me détruire psychologiquement afin que je meurs sous la douleur et les regrets. Il m'a promit qu'un jour, il verrait quelqu'un venir chez lui et lui annoncer ma mort. Un an après qu'il m'aie viré, je me suis levée un après midi comme toujours avec mon rêve encore en tête. Il était si beau, si merveilleux, que j'ai pleuré de vraies larmes… ma comparaison entre le réel et le rêve m'a fait tellement mal, que le soir même, j'étais en face d'une serveuse, arme à feu à la main, je l'ai regardé de mon regard noir et je lui ai demandé la caisse tout en la remerciant juste avant de prendre la fuite… Plus tard, j'ai voulu déménager dans une ville où un homme m'aurait payé pour que je cultive de l'herbe pour lui. Le coup était foireux mais très tentant vu que j'aimais le deale, que je fumais beaucoup et que j'avais surtout vue la serre où je devais planter. Peut avant mon départ, je me suis rendue compte de toute ma vie. 1 mois plus tard, je commençais l'apprentissage en pleine station avec un beau domicile proche de mon travail. J'ai écris une lettre à mon père pour espérer un tout petit geste en retour. Mais quand je l'ai envoyée, ça n'avait plus aucune importance à mes yeux. Pour moi, la seule personne qui me faisait peur était l'homme que j'ai réussi à éliminer de ma vie. Après toutes ces épreuves et les dures leçons de la vie qui m'ont fait grandir un peut trop vite, pendant mon arrêt, ma seule idée en tête était de devenir, une dealeuse, une braqueuse, une tueuse… why not ? Non… je ne rejoindrais pas mon père en enfer… c'est la seule raison pour laquelle je ne suis pas devenue quelqu'un de mauvais. La gentillesse d'une mère, la violence d'un père, la générosité envers les autres, la haine envers les autres, l'envie de les connaître, l'envie de les pourrir, le besoin de donner du bon, le besoin d'anéantir,… tout ces sentiments… je n'arrive pas réellement à comprendre qui je suis… Et vous ? Vous pourriez ? Même un avis insignifiant m'aiderait… car à chaque fois que je me regarde dans la glace, une question me passe toujours à un moment ou à un autre dans ma petite tête… moi qui vit tout les jours, moi qui est balancée entre deux extrémités et encore moi qui attire toute les curiosités lorsque je parle, qui suis-je ? Mais bordel! qui suis-je ? ! Les "autres" me voient comme une belle femme aux grands yeux noirs très gentille à l'esprit très ouvert et aux capacités mentales et physique excellentes. Certains disent que ma bonne humeur et mon sourire fait peur une fois que l'on sait ce que j'ai traversé. Mais d'un autre côté, tout ceux que j'ai rencontré sont devenus tôt ou tard, mes amis ou de bons copins… d'autres essaye d'aller plus loin sans y parvenir. Et vous ? Vous qui ne savez rien de moi ? Avec un passé récité comme ça, donnez juste vos opinions, bonne, mauvaise, je m'en fiche du moment que ça peut me permettre de mieux me connaître… Dans tout les cas, un grand merci à ceux qui se sont donné la peine de lire. E. M.
  Lire la suite de la discussion sur forumfr.com


244886
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages