Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Fermiers urbains : quand la rouille vire au vert...

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 17/10/10 | Mis en ligne le 19/05/12
Mail  
| 113 lectures | ratingStar_256758_1ratingStar_256758_2ratingStar_256758_3ratingStar_256758_4
Detroit, ex capitale mondiale de l'automobile, est désertée. Mais la nature a horreur du vide et ceux qui sont restés — essentiellement des chômeurs et des pauvres — ont trouvé un moyen exemplaire de subsister. Dans un monde qui tourne à l'envers, le bon sens peut reprendre le dessus, et c'est heureux. Fondée en 1701 par un Français, berceau de l'automobile américaine depuis 1896 grâce à Henry Ford puis fief de General Motors et de Chrysler, Detroit (Michigan) était familièrement appelée The Motor City ou Motown. En 1950, elle comptait 1,8 million d'habitants. Dépecée par les frasques du libéralisme économique qui, en un demi-siècle, a anéanti toute sa sphère productive, elle est devenue The Shrinking City (la ville qui rétrécit) , tel un Ground Zero programmé et patiemment atteint. Ravagée par le chômage, y résidaient en 2007 environ 900.000 personnes. Aujourd'hui, depuis la crise des subprimes, quelque 700.000 : notamment les plus pauvres, les plus déshérités. Entre expropriations, ruine et désertion, 35% de son territoire municipal est désormais inhabité et Detroit dispose de plus de 100 km2 de terrains libres, soit l'équivalent de San Francisco… Une vaste friche que les survivants de cette "Nouvelle-Orléans sans Katrina" se sont naturellement appropriée pour ne pas crever de faim. De la survie à l'autosuffisance. Symbole de la décadence du système capitaliste, à l'instar d'autres villes comme Londres où des jardins communautaires ont fleuri sur les terrains vagues abandonnés par les spéculateurs, Detroit nous montre l'exemple. Progressivement, en marge du modèle dominant, ses laissés-pour-compte reprennent le contrôle de leurs propres vies, et c'est remarquable. L'agriculture urbaine ou urban farming, pratiquée par des défenseurs de la nourriture saine et bio ou par des militants de la cause noire qui veulent rompre la dépendance de la communauté Africaine-Américaine à la malbouffe industrielle, fournit durant la saison jusqu'à 15% des besoins en fruits et légumes de la ville, offrant ainsi un espoir aux dizaines de milliers de chômeurs qui se pressent dans les soupes populaires. Je vous invite à regarder ce reportage de 23 minutes sur Arte-videos : une initiative pleine de bon sens et franchement enthousiasmante. Bref, un modèle du passé qui, du présent failli, fait table rase, et nous montre l'avenir. Une organisation collective au service de l'humain, un salutaire retour aux fondamentaux. [… ] 27874.html. Enfin, si le sujet vous interpelle, vous pouvez lire ce réjouissant reportage de Basta ! Qui raconte comment, tout autour du lac Michigan, des fermes urbaines reconvertissent avec succès des usines abandonnées. Quand un système vicié nous asservit et nous étrangle, alors il faut faire les choses par nous-mêmes et en dehors de lui. Surtout, se prémunir avec force des rapaces de la finance qui rodent, sans cesse à l'affût du business. Ainsi finira-t-il un jour par s'effondrer ? SH du site Actuchômage.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


256758
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages