Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Harcellement moral et désir d'enfant...

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 187 lectures | ratingStar_271832_1ratingStar_271832_2ratingStar_271832_3ratingStar_271832_4
Bonsoir Sucrette, Tu n'as pas besoin d'être plus claire ; à travers tes mots, j'ai compris pour ainsi dire, tout ce que tu as pu ressentir car la relation que tu as eu avec ta mère est exactement la même que celle que j'ai avec ma mère, même dans les détails dont tu parles avec ce sentiment d'inceste. Je suis en larmes devant tes mots car je sais où tu peux en être aujourd'hui et j'espèrais chaque jour de tout coeur que personne ne vive la même ; même si c'est impossible et je le savais. En fait, ma théorie se confirme : à l'adolescence, on a attend que les parents voient les choses d'eux-mêmes, c'est notre façon de voir s'ils nous connaissent, si notre identité est reconnue, si leur amour est inconditionnel alors que nous changeons. Et je crois que certains parents ne savent pas voir, simplement parce qu'ils ne sont pas de notre génération ou dans le déni. Je pense sincèrement que la fille dont tu me parles n'a rien avoir avec ton malaise. En fait, elle symbolise le facteur de la rupture avec ta mère et c'est cela qui te trouble, comme le déménagement de mon amie à été le facteur de ma rupture avec ma propre mère. Nous cherchons en fait un retour dans le passé, comme pour modifier ce facteur mais c'est impossible, physiquement parlant. Cependant, si on arrivait, toi comme moi, à dépasser l'état de conscience ordinaire, et comprendre ce qui est essentiel pour nous, ce que l'on veut vraiement, je crois que tu arriverai à avoir des enfants sans scrupules et moi aussi. Car je n'ai que vingt ans mais j'y pense depuis mes seize ans à ce bébé que j'aimerais avoir et j'ai si peur de lui faire mal, de voir là, une relation malasaine alors qu'il n'en est rien ! Nos croyances sont vivement à écarter. D'autre part, je pense que cette histoire d'inceste dont tu parles a son importance et si tu ne veux pas l'exposer ici comme je n'exposerai pas celle de ma mère sur un forum, tu peux m'écrires en privé pour en discuter. Je sais que moi-même, tout cela m'a bien fait souffrir jusqu'à ce que ma psy me donne une jolie clé pour sortir de là ! Cette fille à qui tu dois écrire… alors, je ne dirais pas qu'elle est "malasaine" ou "perverse" mais que sa fragilité l'a embarqué dans un système de croyance et de protection qui ne lui permettent pas de reconnaître ce qui s'est passé. Et il est bien possible que tu te jètes à corps perdu dans cet objectif, avec tout ton coeur pour espérer changer les choses et que tu te heurtes à une pierre ; c'est qui m'est arrivé, même s'il s'agissait d'une amie ! Je l'ai revu après des années sans nouvelles pour "crever l'apsé" selon moi et je lui ai dit mes sentiments, comme elle m'avait manqué et à la place, j'ai eu droit à une foideur extrême, à une fille devenue ado, qui avait évolué sur un chemin bien plus commun et positif que moi, qui me faisait sentir combien j'étais faible et elle toujours si forte et elle semblait me faire passer des tests pour voir si j'étais encore suceptible d'être "sa meilleure amie" puis, vers la fin de la journée, elle me parlait de moins en moins ; j'ai compris que je l'avais surement déçue. Je n'étais pas celle qu'elle aurait rêvé que je sois après tout ce temps. Ce qui fait que je n'ai pas pu changer le passé en une chose présente et positive pour compenser et je reste avec cela en moi. Je te dis tout cela pour te prévenir, pour que tu saches, que tu ne fasses pas la même erreur que moi, à savoir, s'accrocher à cet événement quand le souci n'est pas là. Le souci, c'est vraiment ta mère qu'il me semble que tu continues à chercher et je pense que tu refuses d'avoir un enfant au fond parce que tu as peur, et surtout, parce que c'est injuste de ne pas avoir eu une mère quand il l'aurait fallu. Et là dessus, je ne peux te donner aucune clé ; car je ne sais pas comment réparer cela et je reste borner à mon injustice. Travaille sur ta mère, pas sur cette fille. C'est du passé ; elle a eu un rôle indirecte dans ton histoire. C'est comme si tu avais pris de la drogue à 14 ans par hasard et que tu avais continué pour tester ta mère. On ne va pas interroger la drogue ? Mais la relation à la mère. On m'a dit encore aujourd'hui : "L'homme crée sa propre réalité" alors si on pouvait dépasser, toi, moi et tous les autres nos croyances et nos regrêts pour vivre au présent, en posant des intensions positives pour chaque instant, alors, on serait délesté de ce poids. Mais il faut accepter de perdre cette identité que nous nous sommes contruites autour de ce malaise, qui a été un repère pendant longtemps ; accepter de perdre tous les repères et de tout recommencer. Ce doit être ça, la clé, mais par étapes et je ne les trouve pas. Bon courage à toi, Sucrette ; je te remercie et cela te semblera bizarre, mais tu m'as touché et ça faisait longtemps que ça ne m'était pas arrivé.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


271832
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages