Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Honnêtement, que vous inspire ma préface ?

Témoignage d'internaute trouvé sur forumfr - 25/01/10 | Mis en ligne le 12/05/12
Mail  
| 130 lectures | ratingStar_254015_1ratingStar_254015_2ratingStar_254015_3ratingStar_254015_4
Bonjour, Je réalise une expérience littéraire sous forme d'un roman à épisodes sur un blog. J'ai déjà posté la préface et le premier chapitre, mais les réactions sont tellement contraires (et tellement fougueuses dans les deux sens !) que j'aimerais obtenir des avis plus nombreux et plus diversifiés. Voici la préface en question. Si vous pouviez me dire ce que vous inspire cette préface : continuer la lecture, refermer sec le livre… et pourquoi ? Un tout grand merci ! Préface. Vous vous retrouverez peut-être dans ces quelques lignes parce qu'elles seront si douces qu'elles vous rappelleront ces rares moments où vous vous sentiez bien avec vous-même ; elles vous rappelleront peut-être votre enfance, peut-être un amour perdu, un espoir caché, un instant abandonné. Vous rencontrerez peut-être dans ces quelques paragraphes cette partie de vous-même que vous dissimulez parce que vous n'avez pas le courage de la vivre, parce qu'elle vous fait peur, que vous ne savez pas la contrôler. Vous n'avez pas le courage de lui dire oui et de vous enfermer dans votre chambre, le soir, de vous regarder dans le miroir comme on regarde à travers soi, heureux d'être vous et d'avoir vécu ce que vous vivez chaque jour. En assumant qui vous êtes jusqu'au plus profond des recoins cachés, des petites cellules quasiment invisibles qui vous rendent vous, sans complaisance. On dit souvent "je suis ce que je lis" parce qu'indubitablement les lectures influent sur nous au jour le jour autant que notre éducation, que notre conjoint, que nos collègues, que nos amis. Ce que nous lisons façonne nos points de vue et jusqu'à notre manière d'être et de parler. Mais on dit tout aussi bien "je lis ce que je suis" pour signifier que le sens d'un mot correspond à l'interprétation que l'on donne à ce mot, interprétation personnelle de ce sens car chaque signifiant est lié à la structure profonde de notre être, de notre existence, de notre passé et de notre expérience. Chaque mot, chaque phrase de n'importe quel texte littéraire rebondit sur chacun de nos souvenirs, puisant en lui une puissance et une orientation singulière. Mais si moi je vous disais, dans la même lignée de ce qui vient d'être expliqué, que j'écris ce que je suis et que j'écris ce que je lis, me comprendriez-vous ? Non je ne suis pas un écrivain inné. Non les mots que j'utilise ne tombent pas du ciel et la syntaxe qui est la mienne n'est en réalité que le doux équilibre de toutes les syntaxes des textes que j'ai lus dernièrement et toutes mes idées ne sont pas des esquisses pures de mon imagination, sinon des réalisations spontanées de sentiments et d'opinions emmagasinés depuis quelques temps pour certaines, depuis des dizaines d'années pour d'autres. De telle sorte que, si moi j'écris ce que suis et ce que je lis, et que vous, de votre côté, vous lisez ce que vous êtes et vous êtes ce que vous lisez, finalement vous êtes un peu de ce que je suis, tout en l'adaptant à votre propre microcosme spirituel. Et vous le lecteur, et moi l'écrivain, nous nous trouvons dans une symbiose particulière que vous seul finalement pouvez saisir, car moi je n'ai pas de retour de vos réflexions et même s'il y a retour, à travers une lettre, un commentaire, un coup de fil, ce retour ne sera que le pâle reflet de cette symbiose. Mais si jamais plus aucun livre ne correspond à notre personnalité, à notre émotion, notre intimité, si plus aucun roman ne répond aux attentes de notre structure, que faire ? Si toutes nos tentatives de lectures sont déçues et que tous ces textes couronnés des plus grands prix littéraires nous paraissent tous aussi ternes les uns que les autres. Si ces lectures nous font l'impression de divertissements télévisés et que chaque phrase nous paraît factice, que la tête même de l'auteur ne nous revient pas et qu'on a ce sentiment douloureux que le métier d'écrivain n'existe plus et que ceux qui se proclament de la sorte sont marqués par un tel désir de réussite, d'argent, de marginalité ou de notoriété que nous ne parvenons plus du tout à lire leurs textes. Si enfin, il nous semble que les derniers grands écrivains décèdent et que ceux qui restent s'adressent à des téléspectateurs plutôt que des lecteurs, que faire ? Faut-il se plaindre et se réfugier dans les auteurs anciens, les classiques, les antiques, source pourtant épuisable et répétitive de l'histoire littéraire ? Faut-il cesser de lire et se tourner vers autre chose ou vers rien ? Le grand néant de la lecture comme aboutissement d'une société pourrie de l'intérieur et qui atteint son dernier stade de dégénérescence. Ou peut-on alors, simplement et tendrement, décider de prendre la plume et de parer soi-même à ce grand néant ? C'est pourquoi je vous demande de profiter de cette place géniale qui est la vôtre, de saisir ce moment délicieux où un texte littéraire vous prend aux tripes et que vous avez l'impression, sûrement infondée, de rentrer en adéquation parfaite avec votre écrivain préféré, ce moment où vous avez l'intime conviction que celui que vous lisez parvient parfaitement à rendre compte de vos sentiments, de vos idées, ou plus généralement de la condition humaine. Je vous demande de ne pas lire ce que je vous propose ici comme ce que vous avez lu jusqu'à présent ; je vous demande d'ouvrir vos multiples potentialités et de permettre à toutes ces cellules qui vous constituent de profiter du texte ; de permettre à tout votre esprit de considérer ce texte. Car si le texte est mauvais, autant que tout votre être en soit persuadé. Et s'il est bon, que vous puissiez jouir de son infinie profondeur. Ce message a été modifié par alexisdespa - 25 janvier 2010 - 13:23.
  Lire la suite de la discussion sur forumfr.com


254015
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages