Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je démoralise, et je me confie...

Témoignage d'internaute trouvé sur sante-medecine-ccm - 18/01/12 | Mis en ligne le 25/04/12
Mail  
| 185 lectures | ratingStar_246289_1ratingStar_246289_2ratingStar_246289_3ratingStar_246289_4
Bonsoir à tous, Je réponds avec beaucoup de retard et je m'en excuse. Je vais donc répondre à chacun d'entre vous, et tenter de ne pas faire de roman. Mais avant toute chose, je tiens à en rassurer certains : Non, je n'ai pas attenté à mes jours, et ce n'est pas la cause de mon "absence". Un peu d'humour noir ne fait pas de mal… Luizebulon, avant de te (Force est de constater que le tutoiement est plus approprié ici, alors je vais m'employer à utiliser cette forme de discussion bien plus chaleureuse) répondre, je tiens à te préciser que je n'ai pas trouvé ton Facebook. Je te donne mon adresse mail que j'ai créée pour l'occasion, afin d'éviter l'affichage d'informations personnelles sur ce sujet : (info supprimée pour raison de sécurité). Tu m'as offert une approche avec ma voisine qui tient plus que bien la route et je t'en remercie ! Cependant, ma voisine est aussi une camarade dans ma promotion, et nous faisons du co-voiturage. C'est pour dire que nous nous connaissons maintenant très bien, et nous avons nos aises lorsque nous allons chez l'un ou chez l'autre. Suffisemment pour être des amis, trop pour finir ensemble. Je me dois d'ajouter quelques détails à mon récit, afin de mieux comprendre certains éléments ! Quelques temps après avoir fait connaissance et nous être rapprochés, nous nous sommes mis à travailler ensemble, comme je le disais. Et un jour, la "folie" a eu raison de moi, et a surpassé le courage que je n'ai pas : Je l'ai invitée à manger chez moi devant un film (Shreck 3 !). Au repas : Un gratin de pâtes. J'avais replié mon B2Z (comme les clic-clac) pour faire guise de canapé, et disposé la table juste à côté. J'ai vraiment adoré cette soirée… ou presque : C'est cette soirée là que j'ai eu mon premier problème pour manger. Sûrement dû au stress, et pourtant je me sentais très bien avec elle, totalement à l'aise… Elle a "adoré" le gratin, et je n'ai pas pu y toucher, prétextant que je n'avais pas d'appétit. Alors que je venais de dire quelques minutes avant que "ce serait bien qu'on passe à table, non ? L'estomac commence à pousser des grognements ! "… Je suis persuadé d'ailleurs que ça l'a mis mal à l'aise. Mais bon, le film s'est finis, puis à ma grande surprise, elle est restée… Comme un gland, j'ai changé de chaine et on a regardé la fin d'un autre film. En y repensant, je me dis qu'elle n'était pas restée pour voir la fin d'un film d'action alors qu'elle n'aime même pas ce genre. Mais je n'ai rien fait, je n'ai pas eu de courage, et la rupture était très récente. Finalement, elle m'a remercié de cette soirée. En cours, plus précisément en TP, elle se mettait toujours à côté de moi. Et je l'attendais toujours pour manger au self, même après un partiel que j'avais fini 1/2h à l'avance, j'attendais quand même. Et au final, j'ai surement dû l'étouffer, ou alors je n'ai encore rien compris. En effet, l'attendant parfois jusqu'à 20h le soir après les cours car elle avait une réunion à l'école, je me suis retrouvé tout ahuri le jour où je suis sorti en retard des cours et qu'elle ne m'a pas attendu pour manger. Ça m'a relativement vexé, mais bon, ce n'est rien de grave, après tout !? Les jours défilaient, on se voyait régulièrement les soirées, on se mangeait des repas vite fait (Pour éviter d'embrouiller certaines personnes, je fais une petite précision : Mes tremblements lors des repas sont apparus ponctuellement vers octobre, en gros une fois toutes les deux semaines ; et aujourd'hui ils sont quotidiens) , on faisait même des jeux de société et là… Elle me propose un cinéma… ! Bon, Twilight 4, alors que je ne connaissais même pas les trois premiers. Mais avec elle, comment refuser ? J'ai donc accepté, tout fanfaron. Puis elle a reporté à la semaine suivante : "Comme ça y aura des gens de la classe qui viendront aussi ! ". Ah… Je pensais qu'elle voulait qu'on y aille juste nous deux. Ce fut la deuxième fois où je fus vexé, et cette fois-ci ça s'est vu, malheureusement… :/ Je ne sais pas ce qui m'a pris, d'ailleurs je ne sais jamais, je ne me comprends même pas… mais je suis resté distant d'elle la semaine qui a suivi. Me voyant dans cet état, forcément, elle m'a demandé ce qui se passait, et j'ai sorti une excuse bidon, qu'elle a finalement cru, heureusement pour moi. Pas grand chose a changé depuis ce jour jusqu'en fin décembre. A part que j'ai commencé à démoraliser… Ensuite, ce fut l'histoire du câlin, que j'ai déjà racontée, qui fut la troisième fois où j'ai été réellement attristé. Bref, tout ça pour te dire qu'au final, j'ai bien tenté certaines choses, et en écrivant ceci, je me suis rendu compte qu'au final, elle était peut-être attirée par moi, ça aurait pu se finir bien, mais évidemment j'ai trouvé le moyen de tout gâcher à cause de ma susceptibilité. Magnifique, n'est-ce pas ? Pour faire la transition, en ce début de semaine, je recommence à ne pas me comprendre, mais alors pas du tout. Je suis très distant d'elle. Le matin, on ne parle presque pas dans la voiture. La journée en cours, on ne se parle presque plus non plus (alors qu'avant elle venait me taquiner "physiquement", je me comprends…) , et seulement le soir on dialogue un peu. Plus de messages non plus en soirée. Et je ne l'attends plus du tout à la sortie des cours, je la laisse avec ses amis. Mais bon sang ! Je ne sais pas pourquoi je fais ça… C'est plus fort que moi, j'ai l'impression de la libérer, de ne plus l'étouffer, et elle est heureuse ainsi. Du coup je vais déjà un peu mieux… Alors que je me retrouve seul. C'est à n'y rien comprendre. Au final, peut-être que mon entourage doit être heureux pour que je le sois aussi, tout simplement. Peut-être faut-il que je sois un fantôme pour arrêter de me demander ce que les gens pensent de moi ? Qui sait. Marie-jo, tu as vu juste, je n'ai aucune confiance en moi, je réfléchis toujours à tous les scénarios possibles avant de parler, d'agir. A une exception près : Quand je suis joyeux, je déballe tout ce que je pense, puis je me mets à sortir des énormités, à faire n'importe quoi, je deviens "naturel"… Les gens ne se posent pas autant de questions. Alors pourquoi je m'en pose autant ? Pourquoi certains peuvent vivre sans se soucier des autres, et qu'au contraire, d'autres se soucient toujours des personnes ? C'est absurde, pourtant je n'ai subi aucune tragédie durant mon enfance, et je n'ai pas été battu ou autre… Et je n'ai pas envie non plus de perdre "ça", je ne pourrai pas vivre égoïstement. J'ai besoin de savoir que je peux aider des gens, de ressentir leur mal et de les comprendre. Après en avoir discuté avec mes parents ce week-end, j'ai en effet été rassuré. Se faire suivre n'est pas forcément lié à des problèmes mentaux. D'après ce que j'en ai retenu, ils écoutent leur "patient", puis posent seulement quelques questions qui permettent de donner des voies vers la solution que le patient doit trouver lui-même. Je ne vois pas, dans ce cas, l'intérêt. On peut très bien trouver la réponse seul : / Je pense qu'il sera bien plus embrouillé en écoutant mon récit qu'autre chose… J'admire ta façon d'envisager le monde, avec tant de gaité, tout pour donner la bonne humeur aux autres personnes. Luizebulon a aussi cette vision, si je ne m'abuse. Je trouve ça vraiment génial, j'aimerai tellement vous connaître. Vers la fin de ton message, tu mentionnes la bi-polarité. J'ai donc effectué quelques recherches. Il est bien vrai que mon état peut passer de pur bonheur à dépressif en quelques secondes, et je me suis un peu retrouvé dans les symptômes de cette pathologie : "l'individu peut se discréditer gravement sur le plan social et professionnel. Une fois la phase de manie passée, lorsqu'il se rend compte de la manière dont il agit, l'individu est souvent accablé" c'est totalement ça… De là à me dire que c'est vraiment le cas, je ne sais pas. Le CMP s'avère de plus en plus impératif, finalement. Merci de m'avoir axé sur ce problème et pour cette réponse ! Lovehitsu (Angélique) , je connais aussi une amie qui présente les mêmes troubles que toi : Troubles du sommeil, crises d'angoisse, etc. Depuis peu, elle s'est trouvée un copain, et elle va beaucoup mieux. Il la réconforte, fait tout pour la comprendre et la mettre à l'aise. D'ailleurs tu le manifestes toi-même, tu souhaiterais avoir quelqu'un proche de toi, qui puisse te comprendre et te réconforter, t'écouter. Une personne à qui tu puisses te confier. J'aimerai pouvoir t'aider, mais nos troubles paraissent similaires… ! Le seul conseil que je puisse te donner, ce sont les choses qui ont marché avec moi : La lecture et l'écriture. Quitte à n'avoir personne à qui tu puisses parler ouvertement, écris. ECRIS !!! Personne ne t'écoute, tout le monde ne pense qu'à soi et à son bien-être ? Alors écris tout simplement. Ça va te paraître stupide ce que je vais dire, mais je n'en suis plus à ce stade-là : En écrivant, tu pourras te confier à toi-même. Tu te comprendras mieux, tu te libèreras de certains poids qui pèsent dans tes pensées. Tu pourras ensuite relire ton "mémoire" que tu auras écris, ça te fera du bien, soit parce que tu iras mieux, soit parce que tu verras que tu es capable d'extérioriser ton mal. Enfin, si tu es similaire à ma manière de penser, tu seras excitée par le "danger" potentiel que quelqu'un parvienne à trouver tes écrits et à les lire. C'est ridicule je te l'accorde, mais ça constitue une adrénaline qui entretien tes désirs, ta joie… Je n'osais pas sortir cet exemple, mais bon autant le faire, ça permet de mieux visualiser : Quand un couple s'ennuie, il peut décider de mettre du piment dans leurs relations sexuelles, en le faisant dans des endroits à risques (secteur fréquenté, chronométré, etc.). Ça entretient le couple et leurs désirs respectifs. Je ne peux t'aider plus pour l'instant et tu m'en vois navré. J'espère seulement que tu essaieras d'écrire et que ça te soulagera. Comme de nombreuses personnes altruistes sur ce sujet le disent : La vie est faite pour être croquée, pas pour être observée en tant qu'acteur passif. Et merci de ton témoignage et de ta lecture ! Nightmarell, savoir que je t'ai aidé me fait le plus grand bien, évidemment ! Même si je ne vois pas réellement en quoi j'ai pu le faire. Saches que je suis également présent pour parler avec toi de ce qui te ronge, puisque tu es dans le même cas que moi. Les témoignages sont aussi les bienvenus ici ! Je te remercie à mon tour, savoir que d'autres personnes sont identiques est plaisant à savoir. Avoir des remerciements l'est encore plus. Et le "must-have", c'est que vous me donnez encore plus l'envie de sortir de ce mauvais pas, afin de vous aider à mon tour, de vous expliquer comment je m'en suis "sorti", et d'entraîner avec moi d'autres personnes vers la sortie de ce tunnel ! Que tout le monde voit la lumière, et que la lumière vienne à nous. Au fur et à mesure que le temps passe, je vois déjà que je me porte un peu mieux. Entre la confession, les témoignages, l'aide, les conseils, et votre envie de me voir heureux, je ne peux qu'aller de mieux en mieux. De mon côté, je m'emploie à faire abstraction de tout ce qui pourrait me faire replonger. J'ai suivi le conseil de mon père ("Débarrasses-toi de tout ce qui peut te faire rappeler ton ex, arrêtes de regardes ses photos et l'historique de vos conversations. Au pire, range tout dans des archives que tu ne consulteras que très rarement, ou ne gardes qu'une seule photo") , et j'ai pris mes distances avec ma voisine. Bilan : J'ai réussi ce midi à remanger au self avec les autres (bien que je n'ai pas pu manger le légume à cause des tremblements) , j'ai diminué de moitié la longévité de mes douches (1/2 seulement maintenant) ce qui m'évite de trop penser. Enfin, je me suis trouvé un petit extra qui me tient occupé les soirées et qui finance mes études par la même occasion. Mon ex m'a dis un jour un mot, répété plusieurs fois, qui m'a rendu si heureux… Je vous laisse deviner lequel. A mon tour de détourner ce souvenir pour vous dire ce que je pense au plus profond de mon coeur : "Merci, merci, merci, merci, merci, merci, merci, merci, merci, et encore merci." Cordialement, M20K8X.
  Lire la suite de la discussion sur sante-medecine.commentcamarche.net


246289
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages