Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je viens donner le mien sur tout ça.

Témoignage d'internaute trouvé sur madmoizelle - 08/07/11 | Mis en ligne le 22/07/12
Mail  
| 238 lectures | ratingStar_279117_1ratingStar_279117_2ratingStar_279117_3ratingStar_279117_4
Bon je n'ai pas lu tous les avis. Je viens donner le mien sur tout ça. Désolée, ça va être long mais c'est parce que je veux me faire bien comprendre. C'est le risque avec la contestation en bloc du système. A une époque, on vous traitait d'hérétique maintenant on est antisémite, fachiste et autre sympathiques réductions ad hitlerum. Je ne crois pas aux Illuminatis en tant que tels. Comme le disait une Mad très justement, le terme Illuminati est un terme un peu opaque et simplificateur qui séduit certaines personnes qui ne disposent pas toujours des outils pour faire le tri. Bon ils ne sont pas plus lobotomisés qu'en regardant le journal télévisé ou en lisant les torchons qui nous servent de presse aujourd'hui. Ceci étant dit, les gens qui s'investissent vraiment à fond dans les recherches sur les "théories du complot" tombent aussi souvent sur des dossier. Si on veut concrétiser l'aspect recevable de ces théories, il faut parler des réseaux. Là on se rend compte que le club Bilderberg existe mais on tombe sur ça et on se dit il y a un problème. Ça fait 60 ans que ce club existe et personne pour en parler jusqu'à récemment (Rue89 a fait un article y a pas longtemps et encore). On approfondit et on se rend compte que des gens qui jouent au théâtre de la démocratie avec des oppositions factices dînent chaque premier mercredi du mois place de la Concorde au club Le Siècle. Ça a été dénoncé par Pierre Carles (le mec qui a fait Pas vu, pas pris). Des gens ont commencé à se réunir sous les fenêtres de ces belles personnes (journalistes, hommes d'affaire, artistes, politiciens et… syndicalistes !!! ) mais ont été violemment délogées par les CRS car le préfet de Paris dînait là également. L'indécence, le copinage et la collusion vont donc jusqu'à se servir dans la caisse du contribuable pour lui interdire toute protestation sérieuse. Maintenant je poursuis sur le satanisme ou plutôt l'occultisme. Il est clair que ces réseaux sont intimement liés à la franc maçonnerie. Pourquoi peut on alors parler de la franc maçonnerie me direz vous. Parce qu'elle n'a pas la puissance qu'elle détenait en France sous la IIIe République. La franç maçonnerie d'aujourd'hui Le Point ou L'Express font des couv' sur elle car ce n'est plus qu'une officine d'écrémage et d'opportunisme, un passage. Ceux qui montent en grade sont membres de clubs autrement plus importants tels que ceux que j'ai déjà cité car c'est maintenant à l'international que ça se passe. Dans l'essence même de la franc maçonnerie, il y a le culte du secret, de la solidarité extrême (les frères magistrats qui protègent les frères inculpés) mais surtout il ne faut pas oublier que c'est une religion sans révélation. Je pense qu'à la racine de tous les maux, de tous les vices se trouve le pouvoir. Or, la franc maçonnerie et tous ces autres clubs, confréries, sectes ou je ne sais quoi, rendent surtout un culte au pouvoir, à l'élitisme. On peut donc y voir un certain satanisme objectif qui s'incarne dans la destruction des valeurs, des identités, des structures des sociétés humaines. Dans le cas de certains groupuscules extrêmes, cela va bien évidemment jusqu'à des rituels douteux qui touchent à la sexualité déviante (je veux dire réellement déviante comme le viol) , à la pédophilie de réseau (intéressez vous aux affaires des CD ROMS de Zantvoort, aux incohérences de l'affaire Dutroux etc…). Il ne faut pas oublier que le pouvoir se complait toujours dans la réalisation de ce qu'il défend aux autres. Le pouvoir n'est sacralisé que s'il est séparé de la condition du commun des mortels. Dans certaines sociétés par exemple le roi couchait avec sa soeur pour faire prévaloir l'interdiction d'inceste. C'est un principe élémentaire de sociologie qui permet d'éclairer plus rationnellement l'attirance réelle pour l'occultisme des gens de pouvoir à toutes les époques (déjà à l'époque de Catherine de Médicis…). La dissémination de signes dans les clips, dans les logos, sur les monuments procède de la même logique de jouissance : le privilège d'avoir été initié, le privilège de pouvoir s'identifier entre soi partout et par des moyens triviaux. C'est une volonté d'allégeance, comportement tout aussi commun que la soif de pouvoir. Surtout, il ne faut pas oublier que les artistes adoubés (ou superstars) ont toujours eu ce rôle : faire diversion. Ensuite, évidemment il faut transposer ces éléments précieux à l'étude des réseaux à la politique, à l'économie etc… Ce que le science nous propose rationnellement. Là l'assemblage prend bien car l'abstraction d'une science politique fade si on a la conscience politique d'un spectateur de C dans l'air, se transforme en une étude minutieuse de la domination politique. De Machiavel à Thierry Meyssan, les stratégies des empires sont toujours les mêmes et ne me parlez pas de démocratie, de droits de l'homme, d'ingérence humanitaire. Je ne dénigrerai jamais les gens qui essayent de chercher par eux mêmes, de dénoncer même quand ce qu'ils disent est absolument grotesque (les reptiliens d'apparence humaine, faut arrêter la fumette quand même). Je leur rendrai tout de même hommage ici car grâce au dernier espace de liberté qu'il nous reste à savoir internet, ils forcent par leurs allégations les médias à enfin sortir un peu de leur torpeur et enquêter sans mépriser et prendre de haut comme ils le font 90% du temps. Genre plus jamais ça ! Je le dis clairement ici je n'ai plus aucune confiance dans les médias, je n'allume plus ma télé et j'essaye de lire un maximum (mais les torchons que sont les journaux français). Depuis, je lis et écoute un certain nombre de gens ostracisés (oui BHL c'est tellement mieux ! ) mais surtout j'ai perdu ma certitude de savoir. C'est à dire que j'arrive à lire à peu près tous les auteurs, et à entendre tous les points de vue : des auteurs marxistes, révolutionnaires, contre-révolutionnaires, des anti-libéraux, des nationalistes, des libertariens. J'ai aussi tendance à être plus réceptive aux sensibilités historiques qui ont modelé l'espace des idéologies politiques dans chaque pays. Les critiques pertinentes ne se trouvent en fait jamais dans un seul côté, ni les grands hommes. La politique aujourd'hui en France - car il y a des pays où il se passe encore des choses intéressantes - ne se résume plus qu'à des effets de mode. Une idée fait désormais consensus, ou au contraire est "réac, archaïque, facho". Je pense que ces théories et théories du complot (qui ne sont pas toujours des théories soi dit en passant) développent au contraire l'esprit critique de beaucoup de gens et je place beaucoup d'espoir en internet. J'arrive maintenant sur un constat qu'il m'arrive souvent de faire. Dans les pays victimes de déstabilisation frontale, donc souvent les pays dits du tiers monde, l'existence et la puissance des réseaux est mieux perçue. Je veux dire allez prétendre à un Arabe que le sionisme n'a aucune influence ou allez assurer à un Haïtien que l'ingérence humanitaire apporte l'aide à la veuve et l'orphelin. Nous ne ressentons pas ces effets directement mais ils ne vont tarder à venir quand la classe moyenne aura disparu, quand il n'y aura plus une seule usine, quand l'eurocratie nous aura privés de toute notre souveraineté nationale et de tous nos acquis nous n'aurons plus que nos lubies de paix entre les peuples pour nous consoler tandis que nous même aurons été livrés à une guerre des classes impitoyable et sans merci. La guerre est évidemment soutenue par une soft power, qui prend en charge l'aspect psychologique. Le soft power consiste à uniformiser, à détruire "l'enracinement" (je recommande le formidable livre de Simone Weil qui porte ce titre) , à nous faire tout accepter, à voir toute trangression comme un progressisme, à ériger l'absence de valeur en valeur, la consommation et le désir sans limite nous enfermant dans la sphère de l'illusion. Toute notre ère est une synthèse de contradictions intenables : désir et misère, castration et violence phantasmée, communication, globalisation et individualisme extrême, laïcité et toute puissance des réseaux occultes, culte du développement durable et dénigrement de la tradition. Le système essaye de tout prendre en charge et c'est ce qui en fait un cadre totalisant. Il ne cherche pas à repousser les contradictions et contradicteurs en dehors de sa sphère : il n'est donc pas totalitaire mais bien totalisant. Au contraire, il les engloutit et les intègre dans sa propre logique. Dès lors, plus besoin de camps, plus besoin de prisonniers politique, plus besoin de violence physique. La machinerie (ou machination selon les cas) est redoutable d'efficacité. Ainsi n'y a guère de violence physique dans la domination que nous essuyons car nous vivons au coeur même du système, nous sommes éblouis par la proximité de son rayonnement. A l'inverse dans d'autres pays, déjà depuis fort longtemps on sait que beaucoup de personnes ont un prix, que les évènements ne sont pas toujours tels qu'ils peuvent être présentés, que l'Etat peut tuer ses propres citoyens sans aucun scrupule, que les opérations sous faux drapeaux font partie des stratégies militaires depuis la nuit des temps (CIAl-Qaida) , que la fausse résistance existe, les agents d'Etats étrangers existent, que des organisations peuvent être armées par des tiers pour attiser la guerre civile, que le fait ethnique ou religieux a toujours été très bien instrumentalisé par les maîtres du "Grand Echiquier" (titre du livre de Zbigniew Brzezinski, grand manitou de la Maison Blanche sous Carter et… Obama). Seulement, le temps du soft power est en phase terminale pour nous aussi. C'est la fin de la trêve de la consommation et le début de la guerre économique avec la main de fer du FMI. Privatisations et main mise des banques sur un maximum de domaines, tel est l'avenir qu'on nous promet. Et si vous osez protester dans la rue, il se pourrait que des robots qu'on nomme police anti-émeute vous attaque sans scrupule pour avoir eu l'insolence de contester la mise sous tutelle au moyen de l'enchaînement à une dette injuste (renseignez vous sur les mécanismes d'endettement des Etats, ça vaut le détour). C'est aussi ça le pendant idéologique de notre nouveau monde : le mondialisme en tant que projet de société et ordre politique. Novus Ordo Seclorum comme il est écrit sur les dollars américains mais surtout Ordo Ab Chao. Oui mais peut on tout orchestrer à ce point ? Evidemment les résistances existent et c'est pour cela que ça prend autant de temps car on peut dater grosso modo le début de l'empire sous lequel nous vivons au XIXe siècle. Chaque génération connaît son bouleversement : nous verrons ce qu'il signifira pour la nôtre. Le retour à plus de mesure ou la complaisance dans le nihilisme d'une civilisation ne produisant plus rien de valeur.
  Lire la suite de la discussion sur madmoizelle.com


279117
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages