Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je voudrais juste répondre à la citation ci-dessus.

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 148 lectures | ratingStar_276359_1ratingStar_276359_2ratingStar_276359_3ratingStar_276359_4
Dede a écrit : Je voudrais juste répondre à la citation ci-dessus. Déjà, introspection chez l'individu qui essaie de s'analyser seul et l'analyse dans le cadre d'une psychanalyse, ce n'est pas pareil. En effet, dans le cadre d'une psychanalyse, il y a un observateur et bien que son code de déontologie lui demande de rester neutre, lui es-t-il humainement possible de le faire ? Il y aura donc de sa part une partie de son interprétation personnelle. Ce qui n'est pas le cas dans le cadre de l'introspection où la personne interprêtera toutes ses communications, tous ses échanges, en fonction de ses sensibilités et son propre vécu. D'où l'avantage, lorsque c'est possible de s'analyser soi-même. Réponse de Kensho : Citation : D'accord, mais cela peut-être vu également comme un inconvénient puisque ce que je perçois et ce que je comprends de moi reste limité à mes seules capacités de compréhension et de perception. L'intérêt de l'autre, c'est qu'il peut pointer des choses qui nous échappent. Comme on dit, il est parfois bien plus aisé de voir la paille qui est dans l'oeil d'autrui que de remarquer la poutre fichée dans son oeil. Oui, tout à fait, l'autre nous est utile. D'ailleurs je l'ai écrit un jour : "je ne suis rien sans l'autre". Cependant, il y a un temps pour tout. Je pense que l'autre agit en permanence sur notre pensée. J'ai compris aussi que tout être-humain possède cette faculté de remettre en question les idées reçues et les adapter à ses propres désirs, ses propres souhaits. Or qu'est-ce qui est le plus important pour toi, que l'autre trouve son bien-être ? Que la société soit heureuse ? Ou bien que toi tu trouves ton bien-être en te débarrassant de quelques symptômes gênants, même si tu vis dans un milieu qui te semble pourri ou qui l'est par rapport à toi ? Dede a écrit : C'est d'ailleurs ce que disait Socrate : "connais-toi, toi-même". Quant à l'inconscient je ne pense pas que nous ayons à nous en débarrasser, mais à essayer de l'analyser afin de ne pas avoir à le reproduire bêtement, instinctivement, machinalement… C'est dans le sens où nous devons l'accepter qu'il ne pourra avoir que peu d'importance. Disons, une importance relative. Cesser de s'analyser, n'est-ce pas s'endormir avec son inconscient ? Bien à toi. Réponse de Kensho : Citation : "S'endormir", serait avoir une prise sur soi et sur le monde diminuée. Mais on peut aussi se demander si cet inconscient que vous voulez débusquer n'est pas celui-là même qui analyse ? Personnellement, il m'arrive assez régulièrement de me réveiller en pleine nuit et de m'apercevoir que mon rêve consistait à analyser une situation, un phénomène. Et de jour, il m'arrive aussi de le faire et d'en prendre conscience qu'après coup. Chez moi, c'est donc un automatisme inconscient qui peut-être parfois fort utile mais aussi très envahissant. En effet, l'inconscient nous est utile, mais il est aussi parfois nuisible. Que se soit lui qui analyse, je ne le pense pas, mais qu'il en soit la cause initiale, OUI ! Mais là je parlerais plutôt d'inconscience. L'inconscient nous est utile par exemple pour faire du vélo, nous n'aurons pas à penser à chaque coup de pétale, nous le ferons machinalement, inconsciemment. Il est nuisible, lorsqu'on a été conditionné pour croire à quelque chose qui n'existe pas et qu'on y croit dur comme fer. Il est aussi nuisible, lorsqu'on s'est fait une fausse idée du réel : lorsqu'on confond rêves et réalités. Là une prise de conscience s'avère indispensable et elle ne peut se faire que par nous. Bien sûr que des professionnels peuvent nous aider à cette prise de conscience, mais l'organisme humain est bien conçu, puisque notre soupape de vigilance fonctionne et laisse apparaître des symptômes qui nous font signe. A nous de les comprendre. Bonne journée, bon réveillon et bonne année 2010.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


276359
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages