Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

L'enfer de noël

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 224 lectures | ratingStar_272505_1ratingStar_272505_2ratingStar_272505_3ratingStar_272505_4
Salut, Perso, depuis des années, je déteste Noël. Surtout depuis que j'ai perdu mes enfants. Cette période de l'année commence de plus en plus tôt. Commerce oblige, quand on mets les pieds dans les grandes surfaces, on est submergé par les flonflons, les guirlandes, cette débauche de clinquant, de superficiel. Je n'y vois, personnellement, qu'un seul avantage : on trouve des bouquins ou des films rares, en réédition, en coffrets, etc. C'est là que les amateurs de Fernandel, de Bourvil, ou autres, peuvent acheter des trucs qu'ils ne trouveraient sûrement pas le reste de l'année. J'ai écrit plusieurs fois à propos de Noël. Dans des nouvelles, des romans, à droite à gauche. J'ai traité ce thème, pour percer l'abcès. C'est ainsi que je fonctionne, j'affronte beaucoup par le biais des mots. Je l'ai fait aussi dans le roman que je prépare. En temps et heure, j'ai posté des extraits, j'ai même tenté d'en tenir une liste à jour. Mais les liens ne fonctionnent plus, au bout d'un moment. On peut retrouver tout ça, mais il faut le chercher. C'est ainsi. Pour rester dans le thème, je me permets (une fois n'est pas coutume) de remettre ici l'extrait qui parle des fêtes de fin d'années, "Un Noël 1928". Il ne te remontera pas le moral (ce n'est pas fait pour ça, je crois) mais il me parait intéressant, car il montre bien certains aspects faux et artificiels de ces réjouissances. Pour le reste, je souhaite que tu puisses quitter, peu à peu, ce fonctionnement des larmes. Certes ce monde n'est pas une partie de plaisir. Mais instituer les larmes comme un état permanent est peut-être excessif. Je dis ça, mais je suis mal placé peut-être, pour m'exprimer ainsi. Personnellement, en ce moment, je réagis par la fatigue et la somatisation. Ce n'est guère mieux. C'est même pire, puisque ma santé se dégrade. Mais enfin, j'essaie de réagir, de désamorcer les processus délétères. Notamment, je consulte un thérapeute EMDR depuis peu. EMDR pour sortir de la MERDE, si on veut. Bien, foin d'effets faciles, place au texte. Et mes meilleures pensées : Mutti s'était surpassée. Elle avait fait cuire une oie, accompagnée de chou rouge et de pommes de terre. Mais surtout, il y avait, en abondance, ce boudin frit au saindoux dont je raffolais ; j'en ai pris une grosse part et comme personne ne faisait attention à moi, je m'en suis resservi. Le dessert était constitué de toutes sortes de gâteaux. Ceux que j'avais aidé à confectionner, avec les petits emporte-pièces ; mais également, du Marzipan, le Christollen, et la maison en pain d'épices. Je dévorais comme un ogre, confusément conscient du fait que je cherchais, à travers cette gloutonnerie, à masquer mon mal être. L'atmosphère me paraissait plus ou moins morose : mes parents échangeaient peu, s'efforçaient d'affecter des mines joyeuses mais guère convaincantes. Mon père, absent, mastiquait consciencieusement, plongé dans des préoccupations intérieures. Mutti semblait malheureuse. Soucieuse de préserver avant tout l'illusion d'un climat de fête, elle jouait les mères attentionnées, distribuait force sourires, mais son regard était éteint, voilé, elle laissait passer des incidents qu'en temps normal elle aurait sanctionné. La tenue d'Ida à table s'était relâchée, moi je m'empiffrais… Une ambiance de laisser aller, de renonciation, planait sur la famille. Je remarquai notamment qu'à aucun moment mes parents n'entraient en contact physique l'un avec l'autre. Oui, ils s'évitaient ; plus je les observais, plus cela me paraissait évident. Après le repas, nous restâmes un moment dans la salle à manger. Même Ida fut autorisée à veiller. Depuis quelque temps, nous avions un gramophone que mon père avait rapporté au retour d'un congrès à Berlin. Nous écoutâmes Siegfried. J'étais, comme toujours, envoûté par la musique. Mutti, assise sur le canapé, avait pris ma soeur sur ses genoux. Celle-ci finit par s'endormir, pelotonnée. Moi j'étais à ma place habituelle, sur le tapis, près du fauteuil paternel. A mes pieds s'étalaient mes soldats de plomb, ceux qu'oncle Fritz m'avait offert quelque temps avant. La cheminée me chauffait les jambes, j'avais l'estomac plein. J'ai fermé les yeux, grisé d'opéra et de graisses cuites. Je me laissais porter par les choeurs ; je me représentais une gigantesque bataille opposant deux armées. J'étais quelque part au milieu, j'assistais aux charges, aux contre-attaques, mais plus en spectateur que participant. Le souffle héroïque me happait, je me saoulais d'une imagerie chevaleresque qui déferlait en moi, au rythme des cymbales, des roulements de tambours. Quand vint le moment d'aller se coucher, je me sentais un peu lourd, mais j'étais content de ma soirée. Wagner m'avait changé les idées. Au cours de la nuit, je fis un curieux rêve : nous étions, Franz et moi, des combattants terrés dans une tranchée. Nous attendions l'ennemi, qui restait dissimulé, prêt à donner le coup de grâce. Notre bataillon avait été décimé. Autour de nous, les cadavres de nos compagnons d'armes disparaissaient peu à peu, aspirés par la boue. Aucune issue n'était possible : nous étions cernés non seulement par les lignes adverses, mais de plus, un champ de mines nous en séparait. Pour l'instant le calme régnait, mais je redoutais le moment où les tirs recommenceraient. Franz semblait tranquille. Il réfléchissait. Plus je m'inquiétais de notre sort, plus il me répétait : on s'en fout, camarade. Toujours cette phrase qui clôturait toute discussion, à laquelle je ne trouvais rien à répondre. Je le voyais qui furetait, qui reniflait les bords de la fosse, alors que peu à peu la lumière déclinait. Allions-nous rester jusqu'au lendemain dans ce bourbier ? Crever lentement, de faim, de froid, de soif, dans les ténèbres ? Mais que fabriquait-il ? Il s'était mis à creuser. Je finis par lui demander ses intentions. Il se contenta de grogner : - Suis-moi, si tu ne veux pas mourir ! Avec vigueur, il plantait ses ongles dans la glaise grasse, l'extirpait pour en faire tomber des paquets. Les mottes dégringolaient dans les flaques, recouvraient les défunts, s'entassaient au pied de l'excavation. Franz était devenu comme fou. Il me faisait penser à ces chiens qui, une fois qu'ils ont commencé à fouiller le sol, s'excitent graduellement jusqu'à l'hystérie, ne se calmant que lorsque ils ont déniché leur proie. A présent, il se servait de ses mains comme des pelles, il broyait la terre froide avec sa gueule, comme enragé. Et cette agitation me gagnait. Oui, il était possible de forer un tunnel, de s'échapper ainsi. Quand on aurait dépassé le camp adverse, on aviserait. Je me faufilai à côté de lui et moi aussi, je griffai, je mordis l'argile, indifférent à l'obscurité, à la touffeur, aux débris qui peu à peu m'emplissaient la gorge. Pris de frénésie, nous étions tous deux retournés à un état primitif de bêtes traquées. Pas question de se laisser piéger, nous allions éviter la curée. Les masses de tourbe molle s'abattaient sur mon visage, j'en avais dans les yeux, qui me brûlaient, mais aussi sur la langue, tout mon palais en était envahi… Je me levai et en un instant, je compris que j'allais vomir. J'avais trop mangé. Le boudin était là, qui ne demandait qu'à ressortir, suivre le trajet en sens inverse. Déjà, un spasme me tordait. Je n'eus pas le temps d'arriver à la porte. En un gargouillement atroce, plié en deux, je rendis le contenu de mon estomac sur les lattes du plancher. Ma main s'appuyait contre la cloison et j'avais à peine la force de rester ainsi, agenouillé, penché sur ce repas partiellement digéré, à l'odeur insoutenable. J'étais parcouru de sueurs froides, je tremblais, je maudissais ma goinfrerie. Sous mes yeux, les débris noirâtres s'accumulaient, mêlés de bile, de restes de pommes de terre. La séance dura un bon moment. Mais je savais que ça n'était pas fini. J'étais encore encombré. Il me fallait reprendre des forces, absolument. Incapable de me traîner jusqu'au lit, je me laissai aller, le dos au mur, à quelques centimètres de la flaque. Je regardais mes pieds nus qui dépassaient du pyjama à rayures et je me trouvais bien fragile, faible, pitoyable. Dans la lueur vague de la lune, ma peau paraissait aussi blanche que les tasses d'un service à thé. Tout tournait autour de moi, j'étais pris de vertiges. Je sentais que la suite venait, qu'elle montait, montait… Dans la seconde qui suivait, j'étais à nouveau penché, en train de me vider lamentablement. Enfin, je fus à peu près en état de bouger. J'étais frigorifié, mais ce qui me dérangeait le plus, c'était ce goût aigre qui ne me quittait plus. Je me redressai, chancelant, et décidai d'aller boire un verre d'eau dans la cuisine. Je descendis prudemment l'escalier, en me tenant à la rampe. En passant près du salon, j'entendis parler. Mes parents étaient-ils encore réveillés ? Je les surpris au pied du sapin : elle avec le déguisement de pompier, lui une poupée en porcelaine dans les bras. Ils ont eu l'air catastrophés, comme deux cambrioleurs interrompus en plein larcin. Mon père me décocha un regard courroucé : - Qu'est-ce que tu fais là ? Remonte te coucher ! A bientôt… Ubik.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


272505
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages