Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

La boite a idee pour aller mieux

Témoignage d'internaute trouvé sur france2 - 21/12/11 | Mis en ligne le 25/03/12
Mail  
| 193 lectures | ratingStar_232307_1ratingStar_232307_2ratingStar_232307_3ratingStar_232307_4
Il y a deux ans, je voulais faire le grand saut et puis j' ai acheté le livre "LA PUISSANCE DE LA PENSEE POSITIVE". J' ai réécrit ce livre à ma façon, j' ai également pris quelques bonnes phrases sur le net et je me suis appliquée à changer mon état d' esprit. Voici, "mon livre" LA PUISSANCE DE LA PENSEE POSITIVE. Norman Vincent Peale best-seller 1952. Au fil des ans, on m'a souvent demandé comment j' en étais venu à écrire le présent livre. La réponse en est bien simple : je l' ai fait par nécessité personnelle. Enfant, j' étais si sensible et si timide que c'en était maladif. En fait je souffrais d' un profond complexe d' infériorité. Je me dévalorisais sans cesse, me croyant dépourvu de toute intelligence et incapable de quoi que ce soit, convaincu, en plus, que je n' accomplirais jamais rien de valable. Puis je pris conscience que les gens autour de moi, partageaient cette impression, car c'est un fait que les autres, instinctivement, nous considèrent tels que nous nous considérons nous-mêmes. Il faut avoir souffert d'un complexe d' infériorité pour comprendre jusqu'à quel point cela peut-être lourd à porter. J' ai souffert de ce manque de confiance tout au long de mon enfance et de mes études. Lorsqu'un professeur m'interrogeait en classe, j'étais tellement intimidé que je bafouillais lamentablement, même si je connaissais parfaitement la réponse. Je n' étais capable de répondre correctement qu'aux examens écrits, ce qui me permit, fort heureusement, de réussir mes études. Pendant toutes ces années paradoxalement, malgré mon sentiment d'infériorité et ma très grande timidité, je nourrissais un projet : devenir conférencier et prédicateur. Puis un jour un professeur me parla franchement " Qu'est-ce qui ne va pas Norman ? Tu as tout ce qu'il faut, intelligence et compétence, pour réussir. N' as-tu aucune confiance en toi ? Ces reproches m' avais littéralement terrassé. Sur le moment, je fus complètement défait, désespéré, en proie à la colère et aux larmes. Puis je me suis arrêté net ! Une pensée avait jailli dans mon esprit comme une lumière qui s'allume soudain : Il n' en tien qu' à moi d' en finir avec tout ça ! Je peux changer si je le veux. Non seulement je changeai de vie à partir de ce moment, mais ma façon de penser se transforma radicalement. A la suggestion de mes parents, j' entrepris la lecture d' auteur tels que Emerson, Thoreau, Marc-Aurèle et d' autres qui croyaient au pouvoir de la pensée humaine. Je pris conscience, grâce à eux, d' une vérité essentielle, fort bien formulée par William James. La plus grande découverte de notre génération a été de s'apercevoir qu' un homme peut changer sa vie en modifiant sa façon de penser. Je savais que ma tournure d' esprit négative ne pouvait plus que me nuire. Je m' efforçai donc de changer et, peu à peu, je devins plus positif. J'avais lu quelque part une réflexion d' un philosophe : Prenez en charge vos pensées. Vous pouvez en faire ce que vous voulez. Je me mis donc en devoir de me créer un système de pensée bien personnel, car je voulais me dépasser. La confiance en soi commence dans l' esprit. Comment, en effet, peut-on avoir confiance en ses moyens si on entretient sans cesse des pensées négatives et si on se dénigre constamment ? Tout est une question d' attitude : il faut imprégner son esprit de pensées positives pour espérer profiter de cette force qui vit en chacun de nous. La confiance dépend de votre façon habituelle de penser. Si des idées de défaite vous habitent, vous vous sentirez forcement vaincu. Alors prenez l' habitude de penser sainement. Règles à suivre. 1) Faites-vous une image de votre réussite et imprimez-la de façon indélébile dans votre esprit. Que cette image ne pâlisse jamais, qu' elle nourrisse constamment votre esprit qui cherchera à son tour à la développer. 2) Quand une pensée négative vous traverse l' esprit, opposez-y volontairement une idée positive. Le secret consiste à changer sa tournure d' esprit. Bien que cela exige un effort de volonté, il est plus facile de modifier sa façon de penser que de vivre avec un niveau de stress élevé Une vie qui se déroule sous le signe de la paix intérieure est le mode d' existence le plus facile. Pour y arriver, le principal effort consiste donc à amener l' esprit à adopter une attitude génératrice de paix. Celui qui sait se détendre vit dans la paix. Evidemment, faire le vide de son esprit ne suffit pas. J' admets que certains parviennent à accomplir cette prouesse, mais l' esprit ne reste généralement pas vide bien longtemps. En règle générale, il faut remplacer les pensées négatives par des pensées positives, sinon elles ont tendance à ressurgir. Pour prévenir ce phénomène, commencez dès maintenant à meubler votre esprit d' idées créatrices et saines. Ainsi quand les vieilles craintes, les rancunes et les préoccupations vous assailliront, elles trouveront à la porte de votre esprit la pancarte "  occupé " . Qu'elles luttent pour reprendre la place qu' elles ont si longtemps gardée, c' est possible. Mais les pensées saines et positives que vous nourrissez sauront bien les chasser. Bientôt, vous goûterez la douceur d' être en paix. Le jour, prenez l' habitude de repasser dans votre esprit une sélection de scènes apaisantes Ces images mentales agiront comme un baume sur votre esprit. P.31. LA PUISSANCE DE LA SUGGESTION. Appliquez la méthode de "  l' articulation suggestive " , qui consiste à répéter à haute voix des mots apaisants. Les mots sont très puissants ; il suffit de les prononcer pour déclencher leur pouvoir de suggestion. La seule répétition de mots alarmistes vous rendra nerveux et pourra même affecter votre organisme. Au contraire, si vous prononcez des mots apaisants et rassurants, votre esprit se calmera. Apprenez à répéter le mot TRANQUILLITE. Non seulement il compte parmi les plus harmonieux de notre langue, mais il crée l' état d' esprit correspondant. SERENITE est un autre mot porteur de guérison. Répétez le lentement en vous imprégnant de son sens. Les mots de cette nature ont réellement un pouvoir apaisant. Un de mes amis qui a atteint une grande sérénité, à l' habitude de noter sur papier toutes les citations portant sur la paix intérieure. Il les lit jusqu'à ce qu' elles se gravent dans la mémoire. Il dit que les messages qu' elles véhiculent se gravent dans le subconscient et inonde son esprit de paix. Voici une citation qu' il emprunta à un mystique du VXI e siècle. QUE RIEN NE VOUS TROUBLE NI NE VOUS EFFRAIE. TOUT EST EPHEMERE. Ce genre de citations se répandent, tel un baume, dans l' esprit tout entier. C' est le moyen le plus simple et le plus efficace d' atteindre la paix intérieure. IL ME DIRIGE VERS DES EAUX PAISIBLES ; IL RESTAURE MON AME. Cette ligne me plut. Je m'y arrêtai et la répétais sans me lasser et…… le sommeil me surprit. Il suffit d' alimenter son esprit de pensées positives. Inondez votre esprit de paix ; c' est aussi simple que cela. L' ART DE LA CONVERSATION. Il existe d' autres moyens pratiques susceptibles de favoriser l' émergence de la sérénité et du calme. La conversation en est un. Les mots que nous employons et le ton sur lequel nous les prononçons sont déterminants. Notre façon de parler définit notre état d' âme. Pour être en paix, il suffit de parler calmement. --34 Une conversation pessimiste, au petit_déjeuner par exemple donne souvent le ton pour toute la journée, au contraire glissez-y des idées apaisantes l' optimisme restera en vous, comme une chanson entendue le matin et qui vous trotte dans la tête toute la journée. Dès le matin, soyez paisible, heureux et optimiste. Votre journée n' en sera que meilleure. La confiance influence favorablement les événements. Si vous désirez goûter le repos de l' esprit, surveillez donc votre façon de vous exprimer. Il importe d' éliminer toutes les idées négatives, car elles tendent à provoquer l' ennui et le mécontentement. Par exemple, si vous déjeunez avec un groupe de personnes, évitez d' aborder l' actualité de façon négative et pessimiste, sinon vous risquez de créer, chez les gens, une réaction de tristesse ou d' inquiétude qui peut les affecter. LE POUVOIR DU SILENCE. La pratique du silence est un autre moyen de connaître le repos de l' esprit. Tout le monde devrait faire une cure de silence quinze minutes (au minimum) par jour. Isolez-vous dans un endroit paisible, asseyez- vous ou allongez-vous pendant un quart d' heure et cultivez l' art du silence. Ne parlez à personne. N' écrivez pas. Ne lisez pas. Pensez le moins possible. Débrayez intellectuellement. Imaginez que votre esprit est un lac, et cherchez à le rendre aussi lisse qu' un miroir. Ce ne sera pas facile, au début parce que les pensées vous assailliront ; mais vous en viendrez à bout avec persévérance Lorsque vous aurez réussi, soyez à l' écoute de " la voix du silence " , souffle profond de beauté et d'harmonie. " Du silence émergent les grandes choses " a dit Thomas Carlyle. Malheureusement, nous sommes privés de ce qui aida nos aïeux à former leur caractère ; le silence des grandes forêts et des vastes plaines. Notre agitation intérieure tient probablement, pour une part, au tapage continuel dans lequel nous vivons. Notre système nerveux en souffre. Si habitués que nous soyons à un bruit familier, il n' échappe jamais au subconscient. Les bruits sont enregistrés pendant le sommeil et provoquent des contractions musculaires qui entravent le repos véritable et salutaire. Le silence au contraire est un baume. P 37. Emplissez votre esprit de scènes paisibles dont vous avez été témoin, puis attachez-vous à y revenir quand le besoin s' en fait sentir. Apprenez à discipliner votre esprit. Il obéit vite, et il sait rendre ce qu' on lui donne. Saturez vos pensée de souvenirs, d' idées et de mots apaisants. Ainsi, vous constituerez une puissante réserve de paix dans laquelle vous pourrez puiser pour vous rafraîchir et vous renouveler,. Voilà la source d' une grande force. P 44. Le corps est conçu pour produire tout au long de notre existence ,' énergie nécessaire pour vivre dela façon la plus idéale possible. Si l' on s' occupe correctement de soi, si on a un régime équilibré, un sommeil suffisant, si on fait de l'exercice et si on évite les abus, l' organisme produira et conservera une énergie puissante et constante sans altérer la santé. Si l' on sait accorder le même attention à sa vie émotionnelle, il en ira de même. Mais si on laisse les réactions émotionnelles, innées ou non, affaiblir cette énergie, un manque de vitalité se fera sentir inévitablement. Lorsque le corps, l' esprit et l'âme fonctionne de façon harmonieuse, l' individu parvient à vivifier continuellement l' énergie dont il a besoin. Nous commençons à comprendre une vérité fondamentale négligée jusqu'à maintenant : notre état physique dépend en très grande partie de notre état émotionnel, et notre vie émotionnel est profondément régie par nos pensée. P46. J' ai déjà rencontré un homme d' état qui faisait plusieurs discours par jour avec une énergie sans bornes. Comment se fait-il qu' après sept discours vous ne soyez pas fatigué ? Lui demandai-je. Parce que dit-il, je suis vraiment convaincu de tout ce que je dis. Et cette conviction m' enthousiasme. Voilà le secret. Il avait le feu sacré. Il se donnait et, ce faisant, conservait toute sa vitalité et son énergie. Vous ne perdez votre énergie que lorsque la vie devient sans intérêt pour vous. Vous commencez alors à vous ennuyer et à vous sentir amorphe et apathique. Vous n' avez pas à être las. Intéressez-vous à quelque chose, engagez-vous dans une activité qui vous enthousiasme et sortez de vous-même. Soyez quelque un ; agissez. Ne restez pas assis à broyer du noir, à lire des papiers et à dire "  pourquoi ne font-il pas quelque chose pour ça ?  " Celui qui fait quelque chose, celui qui agit n' est jamais fatigué. Si vous ne vous engagez pas dans des causes justes, il est normal que vous soyez las. Vous vous désintégrez, vous vous détériorez, vous mourez avant même d' avoir vécu. Plus vous vous donnerez dans une activité importante, plus vous aurez d' énergie. Vous n' aurez pas le temps de penser à vous et de vous embourber dans vos problèmes émotionnels. P71. Qui décide si vous serez heureux ou malheureux ? C'est vous seul qui détenez cet immense pouvoir. Une célébrité de la télévision avait invité à son émission un vieil homme tout à fait original. Ses commentaires étaient spontanés et semblaient jaillir d'un être rayonnant de bonheur. Ses propos ingénus et pertinents déclenchaient l' hilarité générale. Tout le monde l' adorait. Fortement impressionné, son hôte prenait autant de plaisir que les autres à l' écouter. Finalement, il demanda à son invité ce qui le rendait si heureux "  vous devez sans doute détenir le secret du bonheur ! Suggéra-t-il. -Non, répondit le vieil homme, il n'y a pas de secret. C' est clair comme deux et deux font quatre. Quand je me lève le matin, expliqua-t-il, j' ai le choix d' être heureux ou malheureux, et que croyez-vous que je choisisse ? Je choisi d' être heureux. C' est aussi simple que cela . Ce vieil homme peut sembler naïf, et ses paroles plutôt simplistes, mais je me rappelle qu' Abraham Lincoln, que personne n' oserait taxer de naïveté, disait que les gens peuvent être aussi heureux qu'il décident de l' être. On peut donc être malheureux si on le veut. C' est une des choses les plus faciles à réaliser en fait il suffit de choisir le malheur. Répétez-vous constamment que tout va mal, que rien de ce qui vous arrive ne vous satisfait, et vous pouvez être certain de devenir réellement malheureux. Dites-vous plutôt :  " Tout va merveilleusement bien, la vie est belle, je choisi le bonheur " , et vous verrez vos affirmations se concrétiser de la même façon. Garder un coeur d' enfant. Les enfants sont plus facilement heureux que les adultes. Celui qui réussit à conserver une âme d'enfant sa vie durant est un génie, car il aura réussi à garder intacte cette joie de vivre dont la jeunesse est dotée. La plupart des gens sont les artisans de leur propre malheur. Bien sûr, nous ne sommes pas responsable de tous nos maux qui sont bien souvent, imputables aux conditions sociales. Malgré tout, il est incontestable que, dans une certaine mesure, nous tirons de nos pensées de nos attitudes les éléments qui servent à fabriquer notre bonheur et notre malheur. "  Quatre personnes sur cinq ne sont pas aussi heureuses qu' elles pourraient l' être " , déclare une personne autorisée, et elle ajoute, " le malheur est l' état d' esprit le plus communément partagé " J' hésiterais à affirmer que la situation est réellement aussi triste, mais je constate qu'il y a effectivement plus de gens malheureux qu' on pourrait le croire. Comme le désir fondamental de l' être humain est de vivre heureux, il importe de travailler à la réalisation de ce désir. Le bonheur est accessible, et même facile à atteindre. Quiconque le veut vraiment, le désire ardemment et apprend à appliquer la bonne formule peut devenir une personne heureuse. Devenir l' artisans de son propre bonheur. Plutôt que d' insister sur la manière dont les gens sont l' artisans de leur propre malheur, examinons la formule qui permettra de mettre fin à ce processus. Qu' il suffise de souligner que nous créons notre malheur si nos pensées sont tristes, si nous nous enlisons dans nos habitudes, si nous pensons que rien ne peut aller bien, que certaines gens ne méritent pas ce qu' elles ont, et, que nous n' avons pas ce qui nous est dû. Notre malheur s' accroît lorsque nous sommes pleins de rancune, de pensées néfastes et de haine, la fabrication du malheur fait toujours appel à la peur à l' inquiétude Chacun de ces sujets étant traité ailleurs dans cet ouvrage, nous désirons pour l' instant que faire passer notre message et insister fortement sur le fait que l'individu moyen forge lui-même en grande partie ses malheurs. Comment dans ces circonstances, allons nous procéder pour créer non pas du malheur mais du bonheur ? Un incident qui s' est produit au cours d' un de mes voyages en train pourrait être une réponse à cette question. Un matin, à bord d' une voiture Pullman, nous étions six à nous raser dans le cabinet de toilette. Comme souvent, dans des lieux clos et bondés, et qui plus est une nuit passée en train, le groupe ne semblait pas particulièrement enclin à la gaieté ; la conversation se limitait à peu de chose, et les rares propos échangés étaient plutôt laconiques. Puis voilà qu' entra un homme qui arborait un large sourire. Il nous salua tous d' un joyeux bonjour, mais ne récolta en retour que quelques grognements peu amènes. Pendant qu' il se rasait, il fredonnait, probablement sans s' en rendre compte, un air joyeux qui énervait quelques passagers. Au bout d' un moment, l' un des hommes s' adressa à lui d'un ton plutôt sarcastique : "  vous semblez bien heureux ce matin ! Qu'est-ce qui nous vaut toute cette gaieté ? -Effectivement, répondit l' homme, je suis heureux. Je suis de bonne humeur " Puis il ajouta : "  je me fait un devoir d' être heureux " C' est tout ce qu' il a dit, mais je suis convaincu que chacun d' entre nous ce matin là quitta le train avec cette phrase étonnante en tête :   " Je me fais un devoir d' être heureux " La portée de cette déclaration est très grande. En effet, notre bonheur ou notre malheur dépend en grande partie des pensées que nous cultivons. Le livre des proverbes, nous dit " le coeur content est un festin perpétuel " En d' autres mots, si nous savons garder notre coeur joyeux, c' est-à-dire prendre l' habitude du bonheur, la vie sera une perpétuelle fête où nous pourrons pleinement profiter de chaque instant. D' une habitude axée sur le bonheur naît une vie heureuse. Et comme il nous est possible de prendre de nouvelles habitudes, nous détenons le pouvoir de créer notre propre bonheur. L' habitude du bonheur s' acquiert tout simplement en pensant positivement. Dressez une liste de pensées positives et joyeuses, et répétez-les plusieurs fois par jour. Si une pensée négative traverse votre esprit, arrêtez-vous immédiatement, rejetez-la avec énergie et remplacez là par une pensée positive. Chaque matin avant de vous lever, restez étendu dans votre lit et imprégnez votre esprit conscient de pensées joyeuses. Laissez défiler dans votre tête l' image des expériences positives que vous espérez vivre au cours de la journée. Savourez la joie de chacun de ces moments. De telles pensées contribuent au déroulement harmonieux des événements de votre journée. Evitez de penser que les choses pourrait mal tourner. 76. Il ne sera toutefois pas suffisant d' imposer à votre esprit cette thérapie affirmative ; il vous faudra aussi, tout au long de la journée, baser vos actions et vos attitudes sur les principes fondamentaux d' une vie heureuse. Le don de soi. Le secret du bonheur : ne laissez pas la haine envahir votre coeur ni les inquiétudes torturer votre esprit. Vivez simplement, attendez peu et donnez beaucoup. Remplissez votre vie d' amour. Diffusez des rayons de soleil. Oubliez-vous et pensez au autres. Faites ce que vous voudriez qu' on vous fasse. Essayez ceci pendant une semaine, et vous serez rapidement surpris. En lisant cela, vous vous direz peut-être " il n'y a rien de neuf dans tout ça " Mais si vous n' avez jamais essayé d' adopter ces principes, ce sera tout à fait nouveau pour vous. P 88. Cette surexcitation favorise l' apparition de toxines dans l'organisme, entraîne un état de fatigue et un sentiment de frustration qui nous rend irascibles et excédés par tout, qu' il s'agisse de nos problèmes personnels, de la situation nationale ou des évènements mondiaux. Si ces perturbations émotionnelles ont des répercutions si graves sur le plan physique, qu' en est-il de l' esprit et de l' âme. Lire le CD pour voir jusqu'où j' ai enregistré. 94. Pour arriver à maîtriser ce mode de vie, je recommande la concentration sur des pensées paisibles. Chaque jour, nous posons des gestes destinés à notre corps. Nous nous baignons, nous nous brossons les dents, nous faisons de l' exercice. De la même manière, nous devrions prendre le temps de garder notre esprit en bonne santé. On peut y arriver en s' asseyant simplement et en se laissant aller à l' évocation d' images paisibles. Ce peut-être un beau paysage montagneux, une douce vallée, un ruisseau à truites ou encore un rayon de soleil argenté se reflétant dans un cours d' eau. Au moins une fois par jour, de préférence durant la partie la plus occupée de la journée, cessez toute activité et pratiquez votre pose sérénité. 100 Pour se détendre. Asseyez-vous bien à l'aise dans un fauteuil. Laissez-vous aller complètement. Concentrez-vous tour à tour sur chacune des parties de votre corps qui doivent se détendre progressivement. Commencez par les orteils pour terminer avec le dessus de votre tête. Induisez la détente en disant' " Mes orteils (ou mes doigts ou mes muscles faciaux) se détendent " En prenant soin d' en laisser jaillir toute la mélodie, doucement, intérieurement, répétez une série de mots qui exprime la paix et le silence "  tranquillité- sérénité- silence " pensez à d' autres mots du même ordre et ajoutez-les à la liste. 145. Répétez-vous cette phrase " l'anxiété n' est rien d'autre qu' une mauvaise habitude mentale et je peux briser n' importe quelle habitude. Vous êtes devenu anxieux en pratiquant l' anxiété. Vous pouvez vous libérer en adoptant de meilleures habitudes. Mobilisez toute la force et la persévérance dont vous êtes capable, et commencez à vous imprégner de pensées positives. 187. William James, un des plus grands sages américains, nous a révélé une vérité essentielle, lorsqu'il a dit :  " La plus grande découverte de ma génération, c' est que les êtres humains ont la possibilité de changer le cours de leur vie en modifiant leur mode de pensée " Vous êtes façonné par vos pensées ; alors, débarrassez-vous de toutes celles qui sont stériles, usées, et remplacez-les par des pensées nouvelles, régénérées et créatrices, c' est-à-dire des pensées d' amour et de bonté. Cette démarche vous aidera à repartir sur un bon pied vers des lendemain qui chantent. 198. 1) Pendant les vingt-quatre heures qui viennent pensez à tout ce qui vous préoccupe (travail, santé, avenir) avec espoir. Pour une fois envisagez tout avec optimisme. Ce ne sera pas facile, surtout si vous êtes naturellement enclin au pessimisme. Faites preuve de volonté ! 2) Après vous être imprégné de cet optimisme pendant vingt-quatre heures, pratiquez cette méthode pendant une semaine, puis revenez à ce que vous preniez autrefois pour du " réalisme " pendant un ou deux jours. Vous découvrirez que ce " réalisme " était en fait du pessimisme. Celui d' aujourd'hui est totalement différent, il est, au contraire, le point de départ d' une nouvelle vision des choses, positive celle-là. Le prétendu " réalisme " de la plupart des gens, c' est tout simplement de la pensée négative. 3) L' esprit autant que le corps, a besoin d' être nourri sainement, donc de pensées optimistes et positives. Au moment de commencer la journée, imprégnez-vous d' idées positives et envisagez les choses avec sérénité. 4) Etablissez une liste de vos amis afin de déterminer ceux qui sont les plus dynamiques, les plus entreprenants, les plus optimistes. Fréquentez-les pendant quelque temps, jusqu'à ce que vous soyez pris par la contagion. Retournez ensuite auprès de ceux que vous avez momentanément délaissés pour les aider à acquérir, à leur tour une mentalité de gagneur, sans que vous risquiez d' être autant influencé ou déstabilisé par eux… 5) Evitez toute argumentation, mais dès qu'on exprime une attitude négative, contrez-là immédiatement par une opinion optimiste, positive. 202 Selon une source officielle, la moitié des patients hospitalisés le sont, non pas à cause d' un accident, d' un virus ou d' une maladie organique, mais bien parce qu'ils sont victimes de leurs émotions. Sur les 500 patients d' une clinique auxquels ont fit passer des examens, 386, soit 77%, étaient atteints de maladies psychosomatiques, c' est-à-dire de maladies causées par un état dépressif. Une autre clinique fit une étude portant sur des cas d' ulcères. Or, il s' avéra que près de la moitié de ceux-ci étaient attribuables à une trop grande inquiétude à la haine, à la culpabilité, ou encore à une tension excessive. Un médecin me fit observer que la science, malgré ses progrès extraordinaires, ne permet de traiter efficacement que moins de la moitié des patients. Selon lui, cela s' explique par le fait que les tourments de l'esprit, comme l' anxiété et la tension, affaiblissent considérablement le corps et le rendent même malade. Pour arriver à maîtriser ce mode de vie, je recommande la concentration sur des pensées paisibles. Chaque jour, nous posons des gestes destinés à notre corps. Nous nous baignons, nous nous brossons les dents, nous faisons de l' exercice. De la même manière, nous devrions prendre le temps de garder notre esprit en bonne santé. On peut y arriver en s' asseyant simplement et en se laissant aller à l' évocation d' images paisibles. Ce peut-être un beau paysage montagneux, une douce vallée, un ruisseau à truites ou encore un rayon de soleil argenté se reflétant dans un cours d' eau. Au moins une fois par jour, de préférence durant la partie la plus occupée de la journée, cessez toute activité et pratiquez votre pose sérénité. 100 Pour se détendre. Asseyez-vous bien à l'aise dans un fauteuil. Laissez-vous aller complètement. Concentrez-vous tour à tour sur chacune des parties de votre corps qui doivent se détendre progressivement. Commencez par les orteils pour terminer avec le dessus de votre tête. Induisez la détente en disant' " Mes orteils (ou mes doigts ou mes muscles faciaux) se détendent " En prenant soin d' en laisser jaillir toute la mélodie, doucement, intérieurement, répétez une série de mots qui exprime la paix et le silence "  tranquillité- sérénité- silence " pensez à d' autres mots du même ordre et ajoutez-les à la liste. 145. Répétez-vous cette phrase " l'anxiété n' est rien d'autre qu' une mauvaise habitude mentale et je peux briser n' importe quelle habitude. Vous êtes devenu anxieux en pratiquant l' anxiété. Vous pouvez vous libérer en adoptant de meilleures habitudes. Mobilisez toute la force et la persévérance dont vous êtes capable, et commencez à vous imprégner de pensées positives. 187. William James, un des plus grands sages américains, nous a révélé une vérité essentielle, lorsqu'il a dit :  " La plus grande découverte de ma génération, c' est que les êtres humains ont la possibilité de changer le cours de leur vie en modifiant leur mode de pensée " Vous êtes façonné par vos pensées ; alors, débarrassez-vous de toutes celles qui sont stériles, usées, et remplacez-les par des pensées nouvelles, régénérées et créatrices, c' est-à-dire des pensées d' amour et de bonté. Cette démarche vous aidera à repartir sur un bon pied vers des lendemain qui chantent. 198. 1) Pendant les vingt-quatre heures qui viennent pensez à tout ce qui vous préoccupe (travail, santé, avenir) avec espoir. Pour une fois envisagez tout avec optimisme. Ce ne sera pas facile, surtout si vous êtes naturellement enclin au pessimisme. Faites preuve de volonté ! 2) Après vous être imprégné de cet optimisme pendant vingt-quatre heures, pratiquez cette méthode pendant une semaine, puis revenez à ce que vous preniez autrefois pour du " réalisme " pendant un ou deux jours. Vous découvrirez que ce " réalisme " était en fait du pessimisme. Celui d' aujourd'hui est totalement différent, il est, au contraire, le point de départ d' une nouvelle vision des choses, positive celle-là. Le prétendu " réalisme " de la plupart des gens, c' est tout simplement de la pensée négative. 3) L' esprit autant que le corps, a besoin d' être nourri sainement, donc de pensées optimistes et positives. Au moment de commencer la journée, imprégnez-vous d' idées positives et envisagez les choses avec sérénité. 4) Etablissez une liste de vos amis afin de déterminer ceux qui sont les plus dynamiques, les plus entreprenants, les plus optimistes. Fréquentez-les pendant quelque temps, jusqu'à ce que vous soyez pris par la contagion. Retournez ensuite auprès de ceux que vous avez momentanément délaissés pour les aider à acquérir, à leur tour une mentalité de gagneur, sans que vous risquiez d' être autant influencé ou déstabilisé par eux… 5) Evitez toute argumentation, mais dès qu'on exprime une attitude négative, contrez-là immédiatement par une opinion optimiste, positive. 202 Selon une source officielle, la moitié des patients hospitalisés le sont, non pas à cause d' un accident, d' un virus ou d' une maladie organique, mais bien parce qu'ils sont victimes de leurs émotions. Sur les 500 patients d' une clinique auxquels ont fit passer des examens, 386, soit 77%, étaient atteints de maladies psychosomatiques, c' est-à-dire de maladies causées par un état dépressif. Une autre clinique fit une étude portant sur des cas d' ulcères. Or, il s' avéra que près de la moitié de ceux-ci étaient attribuables à une trop grande inquiétude à la haine, à la culpabilité, ou encore à une tension excessive. Un médecin me fit observer que la science, malgré ses progrès extraordinaires, ne permet de traiter efficacement que moins de la moitié des patients. Selon lui, cela s' explique par le fait que les tourments de l'esprit, comme l' anxiété et la tension, affaiblissent considérablement le corps et le rendent même malade. Maria Pacôme. La célèbre et savoureuse diatribe de Maria Pacôme dans "  la crise " Victor : – Maman t'es complètement dingue ou quoi ? Et où tu vas aller ? Et papa ? Et moi ? J'ai des problèmes, moi ! Marie m'a quitté, j'ai perdu mon boulot, je suis complètement… La mère : – Alors écoute Victor, tu arrêtes. Tu arrêtes tout de suite. Tu te tais et tu m'écoutes. D'accord ? Alors écoute bien : tes problèmes de boulot, tes problèmes avec ta femme, tes problèmes de fric, tes problèmes en général et en particulier, moi ta mère, je m'en fous comme de l'an quarante, tu m'entends ? Je m'en fous, mais alors je m'en fous, je peux pas te dire à quel point je m'en fous. Je n'en ai vraiment rien, rien, rien à foutre. Victor : – Mais m***** c'est pas croyable : ma propre mère se fout de mes problèmes ? La mère : – Je vais te dire encore mieux : non seulement je me fous de tes problèmes, mais je me fous également des problèmes de ta soeur, je m'en fous totalement… Attends, il y a encore plus rigolo : je me fous royalement des problèmes de ton père. Victor : – Mais je rêve ! Ma parole je… je rêve ! La mère : – Non, non mon lapin, tu ne rêves pas. Pendant trente ans je vous ai torchés, Nourris, couchés, levés, consolés, tous les trois. J'ai repassé vos chemises, lavé vos. Slips, surveillé vos études. Je me suis fait des monceaux de bile, je n'ai vécu que pour vous, qu'à travers vous. J'ai écouté toutes vos histoires, vos problèmes et vos chagrins, sans jamais vous ***** avec les miens. Alors maintenant, je prends ma retraite. Toi, il te reste une longue vie devant toi pour résoudre ta crise ; moi il me reste très peu de temps pour résoudre la mienne. Alors tu permettras que pour une fois je m'occupe de mes affaires avant les tiennes. Victor : – Tu vas détruire toute une famille, qu'est-ce que je dis, deux familles, pour une vulgaire histoire de cul ? La mère : – Ah d'accord, alors quand il s'agit de ton cul c'est de l'amour, mais quand il s'agit du mien, c'est vulgaire, c'est ça ? Lisa : – Oui c'est vulgaire, c'est dégueulasse ! Victor : – Mais enfin maman, c'est une passade, il a dix ans de moins que toi, ça peut pas durer ! La mère : – Mais mon petit chéri ça durera ce que ça durera, ça m'est bien égal, même si ça ne devait durer qu'une heure je referais tout pareil… de toute façon j'ai jamais vu que la durée fasse tellement de bien aux histoires d'amour. Lisa : – C'est pas une histoire d'amour, tout ce qui t'intéresse c'est de t'envoyer en l'air. La mère : – Mais bien sûr que ça m'intéresse de m'envoyer en l'air, ça t'intéresse pas toi ? Et même si c'était qu'une belle histoire de cul, j'ai pas le droit d'en avoir une. Belle histoire de cul, moi ? Et… ils sont insensés tous les deux, comment ils croient qu'ils sont venus sur cette terre ? Vous croyez que je vous ai fait avec mes oreilles ? Je vous ai faits avec mon cul mes petits poussins… même qu'à l'époque c'était drôlement chouette le cul avec votre père, mais voilà, qu'est-ce que vous voulez, maintenant il se passe plus rien entre nous… alors ça vous fait peut-être pas plaisir de l'entendre, mais votre mère, elle a un cul. Qui va très bien. Il va mieux que jamais même. Et puis, il y a autre chose que vous voulez pas entendre : Je suis amoureuse. Je suis heureuse… Le bonheur. Plutarque, la conscience tranquille. Les événements ne nous nuisent que si nous les jugeons nuisibles. De façon générale, si parmi les événements contraires certains sont en eux-mêmes, de nature à nous chagriner et à nous faire souffrir, la plupart ne nous gênent qu' en fonction de l' opinion que nous nous faisons d' eux par la force de l' habitude et de l' accoutumance. Il n' est donc pas inutile, dans ce dernier cas, d' avoir à l' esprit le vers de Méandre. " Il n' y a pour toi aucun mal, à moins de l' admettre toi même " (il veut dire par là que nous ne sommes absolument pas concernés par des " malheurs " tels que d' avoir un père de basse extraction, une mère adultère, d' être privé de couronne ou du droit de ‘asseoir au premier rang dans les théâtres, car tout cela n' affecte en nous ni le corps ni l' esprit, et n' a jamais empêché personne d'être en excellente santé physique et morale.)  " Nos bien et nos maux viennent de notre imagination. La félicité est dans le goût et non pas dans les choses ; et c' est par avoir ce qu' on aime qu' on est heureux, et non par avoir ce que les autres trouvent aimable. La Roche Foucauld Maximes. Relativiser nos maux. "  " Tu peux supprimer bien des sujets pour toi de trouble superflus et qui n' existent tous qu' en ton opinion. Et tu t' ouvriras un immense champs libre, si tu embrasses par la pensée le monde entier, si tu réfléchis à l' éternelle durée, si tu médites sur la rapide transformation de chaque chose prise en particulier, combien est court le temps qui sépare la naissance de la dissolution. Marc Aurèle, Pensées pour moi-même. Relativiser nos malheurs. " Tu trouveras, en n' importe quelle circonstance de la vie, de quoi te divertir, te détendre et éprouver du plaisir à condition de prendre le parti de relativiser tes malheurs plutôt que de te les rendre intolérables " Sénèque, De la tranquillité de l' âme. Apprendre à détourner son regard des choses négatives. " Pourquoi, très cher ami, fouilles-tu du regard tes propres maux, les ranimant sans cesse et les rendant plus âpres, au lieu de tourner ton esprit vers ce qui t'arrive de bien ? Tues comme les ventouses, qui tirent de l' intérieur de la chair ce qui s'y trouve de plus malsain : tu collectionnes, pour t'en servir contre toi-même, ce qu' il peut t'échoir de pire. Plutarque, La conscience tranquille. Ne regarder que le bon côté des choses. " Tout a son endroit et son envers. La meilleure chose blesse si on la prend à contresens ; au contraire, la plus incommode accommode si elle est prise par le manche. Bien des choses ont fait de la peine, qui eussent donné du plaisir si l'ont en eût connu le bon. Il y a tout du bon et du mauvais ; l' habilité est à savoir trouver le premier. Une même chose a différentes faces, selon qu' on la regarde différemment ; et de là vient que les uns prennent plaisir à tout, et les autres à rien. Le meilleur expédient contre le revers de la fortune, et pour vivre heureux en tout temps et en tous emplois, est de regarder chaque chose en son bel endroit. Baltasar Gracian, L'Homme de cour. L' homme confiant. " Quand on ne trouve pas son repos en soi-même, il est inutile de le chercher ailleurs. Le Rochefoucauld. Celui qui sait où chercher le bonheur. " On se cherche des retraites à la campagne, sur les plages, dans les montagnes. Et toi-même, tu as coutume de désirer ardemment ces lieu d'isolement. Mais tout cela est de la plus vulgaire opinion, puisque tu peux, à l'heure que tu veux, te retirer en toi-même. Nulle part en effet, l' homme ne trouve de plus tranquille et de plus calme retraite que dans son âme, surtout s'il possède, en son for intérieur, ces notions sur les quelles il suffit de se pencher pour acquérir aussitôt une quiétude absolue. " Marc Aurèle. Pensées pour soi-même. L' homme pugnace. " Un bonheur que rien n' a entamé succombe à la moindre atteinte ; mais quand on a à se battre contre les difficultés incessantes, on s'aguerrit dans les épreuves, on résiste à n' importe quels maux, et, vînt on même à tomber, on lutte encore à genoux. Sénèque, la vie heureuse. Les ingrédients du bonheur. L' activité, condition du bonheur, "  l' activité est indispensable au bonheur ; il faut que l' homme agisse, fasse quelque chose si cela lui est possible ou apprenne au moins quelque chose ; ses force demandent leur emploi et lui-même ne demande qu'à leur voir produire un résultat quelconque. Sous ce rapport, sa plus grande satisfaction consiste à faire, confectionner quelque chose, panier ou livre ; mais ce qui donne du bonheur immédiat, c' est de voir jour par jour croître son oeuvre sous ses mains et de la voir arriver à sa perfection. Une oeuvre d' art, un écrit ou même un simple ouvrage manuel produisent cet effet ; bien entendu, plus la nature du travail est noble, plus la jouissance est élevée. Les plus heureux à cet égard sont les hommes hautement doués qui se sentent capables de produire des oeuvres importantes, vastes et fortement raisonnées " Schopenhauer, Aphorismes sur la sagesse dans la vie. N'ESTIMER LES CHOSES QUE CE QU'ELLES VALENT. " Les hommes en un même jour ouvrent leur âme à de petites joies, et se laissent dominer par de petits chagrins ; rien n'est plus inégal et moins suivi que ce qui se passe en si peu de temps dans leur coeur et dans leur esprit. Le remède à ce mal est de n' estimer les choses du monde précisément que ce qu' elles valent. La Bruyère. LE SPECTACLE DES VERTUS REND HEUREUX. "  Si tu veux te donner de la joie, pense aux qualités de ceux qui vivent avec toi, par exemple à l' activité de l'un, à la réserve de l'autre, à la libéralité d'un troisième, et à telle qualité d'un tel autre. Rien, en effet, ne donne autant de joie que l'image des vertus, quand elles se manifestent dans la conduite de ceux qui vivent avec nous et qu' elles s'y trouvent, en aussi grand nombre possible, réunies. Voilà pourquoi il faut toujours avoir ce tableau sous les yeux. Marc Aurèle. (pensées pour moi-même). NE DESIRER QUE CE QUE L'ON PEUT OBTENIR. "  On est heureux que par des désirs satisfaits ; il faut donc ne se permettre de désirer que les choses que l' on peut obtenir sans trop de soins et de travail, et c' est un point sur lequel nous pouvons beaucoup pour notre bonheur. Aimer ce qu'on possède, savoir en jouir, savourer les avantages de son état, ne point trop porter sa vue sur ceux qui nous paraissent plus heureux, s'appliquer à perfectionner le sien, à en tirer le meilleur parti possible, voilà ce qu'on doit appeler heureux ; et je crois faire une bonne définition en disant que le plus heureux des hommes est celui qui désire le moins le changement de son état. " Madame Du Châtelet, discours sur le bonheur.
  Lire la suite de la discussion sur france2.fr


232307
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages