Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

La colère est-ce de la dépression ?

Témoignage d'internaute trouvé sur e-sante - 25/01/10 | Mis en ligne le 08/05/12
Mail  
| 119 lectures | ratingStar_252368_1ratingStar_252368_2ratingStar_252368_3ratingStar_252368_4
Et là, je suis sensée dire : vous avez raison ? Je ne veux pas me morfondre. Je ne me plains jamais. Mais, je craque, je craque. Je suis une battante, mais là, ce qu'on me demande de soulever, pèse 200. Kilos. J'ai trop de poid. Je ne comprends pas qu'on ne puisse pas comprendre cela ? Je me bats depuis longtemps maintenant pour me construire et faire les. Choses par moi-même. Je ne désespère pas, je travaille tous mes étés, J'ai mes diplômes, un avenir professionnel qui se concrétise, j'ai le choix, Et tout n'est pas encore perdu. Mais si on me redemande de re-rentrer dans l'enfer interminable des. Psys qui ne me correspond pas du tout, alors que je viens d'en sortir il y a. De ça deux ans. C'est hors de question de recommencer. Surtout que j'ai déjà fait une thérapie croyant que j'étais malade, et qu'il. Fallait me soigner, et le psy n'a pas du tout eu de recul, et je faisais bien. Tout ce qu'on me demandait de faire, ou j'essayais de dire tout ce qu'il. Fallait dire. A aucun moment il n'a vu que son aide à vouloir me dire quoi. Faire comment agir etc, ne m'a pas aidé à penser par moi-même. Ça m'a freiné plus qu'autre chose, et il n'a pas su y faire, je suis désolée. Moi, j'étais là, j'avais 16 ans et demi, j'ai fait tout ce qu'on m'a demandé, Et, on m'a gardé longtemps. Mais le psy ne m'a pas comprise. Il n'a fait. Que s'écouter parler, sans jamais m'écouter. Il était sûr que j'étais un cas. Désespérée, et plus il s'acharnait à vouloir tout donner pour m'aider, et. Plus ça me coupait les ailes, et ça m'enfermait. C'était limite moi qui était devenue la méchante. Si je le décevais et ne. Faisais pas ou ne pensais pas comme lui, et bien, je pouvais aller me. Recoiffer. Comment être libre d'agir ? J'étais sous pression, j'ai jamais eu. Autant de mal à être heureuse. Je ne veux pas recommencer. Je n'en veux pas et n'en ai pas besoin. Je veux juste être comprise, et comprendre pourquoi j'ai autant de mal à. Être ce que je suis, alors qu'avant je n'avais aucun souci. Et je crois que je n'aime pas les psys. Je suis désolée, à moins qu'il y en a. Des bons, mais ils sont très très rares. Quand je dis que je suis simple, non, je ne suis pas si simple, puisque je. Suis un peu perturbée, mais les psys, ceux que j'ai fréquenté, ont tous été. Pareil : lointain, ailleurs, et vraiment peu efficace. Quand on avait mon. Âge, on avait juste besoin d'être rassurée, et aguillée avec deux trois. Conseils et c'est reparti. Avec les psys, je ne savais jamais quoi dire, et. Tout de suite, dès qu'on est fâché avec sa mère pour X raison, ce n'est. Plus une simple dispute qui peut arriver, mais la preuve d'une crise. D'adolescence tardive, ce qui enlève toute la portée de mon message et. Toute crédibilité aux yeux des parents, et leur donnent davantage de. Pouvoir sur moi. J'avais seulement besoin qu'on m'aide à m'exprimer face à mes parents. Et eux, non, c'est : mais, arrêtez d'être rancunière, vous ne faites pas. D'effort, vous tournez en rond… etc… ils disent ça, sans même que je n'ai. Pu libérer mon coeur, vive l'ouverture. Ils savent toujours tout… de toute. Façon. Tout le monde m'a jugé ou m'a dit quoi faire concrétement. Mais aucun. D'entre eux, ne m'a dit : parle moi. Sans me juger ni me solutionner. Personne ne m'a écouté sans y mettre un diagnostique derrière. Personne. N'a cherché à me comprendre, mais à m'analyser, ou à me juger. Personne n'a vu que tout ceci me faisait davantage réfléchir sur moi- Même que de m'ouvrir. Alors non, je n'irai jamais revoir de psys. La confiance, je l'ai récupéré. Avec des amis qui aiment. Avec qui on oublie les soucis. Et c'est pas plus. Compliqué d'être heureux finalement. Alors, moi aussi, je croyais finalement être bloquée au bonheur, et. Finalement être complaisante dans cette torture… mais plus depuis que. J'ai rencontré des personnes qui m'ont touché profondément avec qui j'ai. Pu re de nouveau être légère. J'ai su que j'étais pas fermée au bonheur, je. Ne suis pas folle. Et je crois que personne n'est fermé au bonheur, car quand on le. Rencontre, on ne peut lui dire "non". Ceux qui ne sont pas heureux, Comme je l'ai été, sont ceux qui l'ont perdu… et espèrent le retrouver. Alors je suis motivée pour m'en sortir, mais, si je sais que la solution. N'est pas là, c'est qu'elle n'est pas là… même si c'est celle qu'on me. Propose. Et si je prends un air défétiste, c'est parce que abandonner me. Permet de lâcher prise un peu plutôt que d'être à cran et de m'énerver. Mais face à de telles réponses : d'aller voir un psy, que mes études ne. M'aident pas, ainsi que l'équitation, ou qu'il faut partir de chez moi est la. Solution. Tout ceci, il faut que je le fasse, et j'aurais vraiment aimé le faire depuis. Longtemps si c'était à refaire, mais comme ça, là, d'un coup, non. Bien sûr que c'est ce qu'il faut au final, mais, ça ne se fait pas en un. Claquement de doigts. Et je voulais juste des conseils pour ne plus m'énerver. Mais je crois que. J'ai fait un pas, car je ne me suis pas énervée. Je suis une grande fille. Mais personne ne l'a vu, et tout le monde ne fait que me rabaisser, ou me. Faire culpabiliser. Si je ne suis pas bien avec ma famille, j'aurais dû ma à. Être bien avec le reste. Ça arrive de douter. Et quand une mère pleure en. Face de vous, vous reprochant de la faire souffrir et de ne pas la laisser. Vivre, et bien, j'ai culpabilisé, et j'ai fini par la croire, et au final par la. Trouver égoïste et par la détester parfois de tout le poid qu'elle me faisait. Porter, et par me détester d'échouer ainsi et de ne plus pouvoir. M'assumer, alors qu'avant, j'étais libre et je faisais ce que je voulais, Heureuse comme tout. Avant j'étais capable de tout, de passer des galops toute seule alors qu'on. Me disait que je n'y arriverais pas, et par la suite je n'étais même plus. Capable d'arriver en cours avec juste une nouvelle pair de chaussure. Ce n'est pas compliqué de comprendre qu'à 16 ans on n'est pas assez. Fort pour affronter ses parents que leur jugement compte encore. Énormément, et que lorsqu'on a appris à mal penser, c'est très difficile de. Corriger le tire, surtout avec des psys qui ne font que vous infantiliser. Davantage. Je vous remercie pour vos conseils mes dames, mais, finalement c'est très. Difficile de comrpendre quelqu'un par le biais d'internet et de mails. Je pense que ce n'est pas le meilleur moyen pour m'exprimer et pour. Vous de m'aider. Mais je vous remercie quand même bien cordialement pour votre. Attention. Bien à vous, Vachette.
  Lire la suite de la discussion sur e-sante.fr


252368
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages