Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

La faillite du journalisme ?*

Témoignage d'internaute trouvé sur elle - 07/09/11 | Mis en ligne le 04/07/12
Mail  
| 134 lectures | ratingStar_273378_1ratingStar_273378_2ratingStar_273378_3ratingStar_273378_4
DSK de conscience (par Serge Raffy - Le nouvel observateur 05/09/2001). Cette affaire DSK prend des proportions inquiétantes. Entre le fait divers et le vaudeville malsain. Franchement, je dois vous l'avouer, je ne sais plus très bien quoi penser de ce feuilleton interminable qui pourrit la vie des socialistes français. Il y a quelques jours encore, je faisais partie de la masse silencieuse des indulgents, de ceux qui espéraient que la version vendue à l'opinion par le procureur Cyrus Vance correspondait à la réalité. Au fond, DSK n'était qu'un libertin piégé par sa trop grande célébrité et emporté dans un cauchemar judiciaire rappelant furieusement le roman culte de Tom Wolfe, "Le bûcher des vanités". Dans le best-seller américain, le héros, un trader milliardaire, désinvolte et arrogant, tue par accident un jeune noir dans le Bronx. La communauté "black" de New York, au terme d'une campagne féroce, finit par lui faire vivre l'enfer. Emprisonné, ruiné, quitté par sa femme, l'homme se découvre dans sa chute. Il entame une rédemption quasi christique. A l'américaine. Avec le héros français DSK, le scénario est d'un tout autre style. Ici, pas de rédemption, pas de mea culpa, juste de vagues excuses pour le petit dérangement fait aux uns et aux autres. On aurait pu le comprendre. Un acte public, et trop théâtral, de repentance aurait frôlé le ridicule. Après tout, on ne sait rien de ces 9 minutes **, douche comprise, passées dans la suite 2806 du Sofitel de New York. Et puis vint ce retour tonitruant à Paris, quasi hollywoodien, orchestré par ses conseillers de presse. Sourire ultra brigth, avec à ses côtés une épouse conquérante, vengeresse dit-on, bien décidée à "régler ses comptes" avec l'ennemi, sous une nuée de caméras et de flashs crépitants. Casanova en goguette au festival de Cannes ? Il y avait aussi un côté retour d'otage d'Afghanistan ou d'Irak. Il ne manquait que la photo géante de DSK sur les murs de l'Hôtel de Ville de Paris, avec le slogan "Enfin libre ! ", pour compléter le tableau. Retour de l'enfer ! Saison 1. On imagine les questions des reporters sur le "tarmac" de la place des Vosges. Comment étaient vos geôliers ? Et la nourriture de la prison ? Infecte, évidemment… Allez-vous écrire vos mémoires ? Quel éditeur a allongé le plus gros contrat ? Mais DSK ne parle pas. Il fait du teasing sans le son. Il fait durer le suspens pendant que les journaux de 20 heures harcèlent ses attachés de presse pour obtenir "l'exclu". Ses conseillers ont donc choisi un retour bravache qui ne prend pas la mesure de ce qui a bien pu se passer dans l'inconscient des Français. Ces derniers n'ont jamais été des grands défenseurs du "troussage de domestique", Révolution française oblige. Alors, pourquoi ne pas avoir choisi l'option "retour sur la pointe des pieds", à l'abri des regards du plus grande nombre ? On connaît la réponse : un innocent ne se cache pas. Il doit affronter la lumière. Certes, mais il n'est pas sommé de parader comme une vedette de cinéma, souriant comme Georges Clooney. En enfermant DSK dans la logique du star system, ses proches lui font commettre une sérieuse faute de goût. Jusqu'au dégoût ? Le bûcher des vanités n'est pas près*** de s'éteindre. (fin de citation). Même à gauche (Gisèle Halimi et Serge Rafy) , des voix s'élèvent (enfin ! ) pour nous parler d'autre chose que de "la présomption d'innocence" ou de "la reconstruction nécessaire" de DSK en oubliant systématiquement la femme de chambre et la "simple décence, tout simplement" disait un autre… PS ** : Pas tout à fait d'accord avec Mr Rafy. On ne sait pas "rien", on sait qu'il y a eu rapport sexuel oral, très rapide et on est en droit de se poser la question sur le soi-disant (avocats DSK) "consentement" qui l'aurait accompagné… PS *** : j'aurais plutôt écrit "prêt à s'éteindre".
  Lire la suite de la discussion sur elle.fr


273378
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages