Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

La vie, gigantesque arnaque.

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 224 lectures | ratingStar_272845_1ratingStar_272845_2ratingStar_272845_3ratingStar_272845_4
Hello, Bien vu, rien à redire. Effectivement, l'envie, à un moment donné, de sortir du lot, passe peut-être par la tête de beaucoup de monde. C'est une envie qui se conçoit, qui n'est pas si étrange. Après, qu'elle soit justifiée ou pas par du talent, là est la question. Si on n'a pas de talent, mais qu'on croit en avoir, on est un "Schpountz", et on s'expose à souffrir. Le problème est plus ardu quand on a un talent, mais qu'il ne s'inscrit pas dans un créneau porteur. Parce que là, on a du mal à renoncer… On se sent frustré, on ressent une injustice. Bah, on n'en est pas à une injustice près, remarque. Il y a foule pour tenter de pousser la chansonnette. Et je comprends que ce qui s'y essaient aimeraient bien faire ça, plutôt que de continuer à mourir à petit feu au fin fond d'une étude de notaire où on les prend pour des moins que rien. Eh oui. Mais le sort de la majorité des humains est de s'emmerder, jusqu'à preuve du contraire. En tous cas, dans nos civilisations dites avancées… Il y a foule pour pousser la chansonnette. Par contre, quand on propose des choses plus originales, je crois qu'il faut avoir la sagesse de se dire, d'entrée de jeu, que ça ne pourra forcément pas marcher. Et moi, j'ai été induit en erreur par des contre-exemples. Des gens qui avaient tout pour passer pour des dingues et rester dans l'ombre, et qui ont réussi quand même, peut-être à cause d'autres facteurs. Je pense notamment à Magma, King Crimson, mais il est vrai que Christian Vander comme Robert Fripp sont des pointures, techniquement. C'est peut-être ça. En musique, il faut montrer patte blanche : d'abord en mettre plein la vue techniquement, et là on est susceptible d'être écouté. Sinon, que dalle. Je dis ça, entendons-nous bien : quand on propose de la musique. Après, pour faire de la soupe à touriste, du tsoin-tsoin du samedi soir, du Obispo d'chambre, là il suffit de savoir vaguement pianoter. Mais si on s'adresse à des amateurs exigeants, ou à des musiciens, si on table sur la musicalité, si on vient concurrencer les marioles sur leur propre terrain, les John Patitucci, les Miroslav Vitous, les Jan Garbarek et autres Charlie Mariano, là on a intérêt d'être balèze. Mon problème est que je m'y suis mis tard, ensuite j'ai eu une période où j'ai fait autre chose, puis je m'y suis remis mais en changeant d'instrument, enfin, j'ai eu un parcours chaotique. De là la dissemblance qui existe, le décalage, entre ma grande capacité à composer et mon faible bagage technique. Du reste, je connais beaucoup de musicos qui jouent très bien, mais sont incapables de composer. La majorité d'entre eux est ainsi. Peut-être qu'il faut que j'accepte cette schize, ce hiatus. Je suis fait pour composer, jouer ça n'est pas mon truc. Ma foi, je ne sais qu'en penser. En tous cas, la musique ça m'a gavé, parce qu'on dépend trop des autres et si encore on avait en tête de faire du commercial, ce serait un compte. Mais dès qu'on s'écarte des créneaux porteurs, ou bien des petits ghettos où on trouve toujours du monde (le blues, le rock, le reggae, etc) , ben on passe pour un martien et on est condamné à rester seul. Très peu pour moi, j'ai zappé, et depuis que je ne cherche plus à embarquer qui que ce soit dans mes délires, je me sens mieux, au moins je n'attends plus rien, basta. Je suis autonome dans la littérature et les arts plastiques, là de A jusqu'à Z, c'est moi le boss et si ça n'avance pas, c'est que j'ai la flemme ou que je ne me bouge pas assez. A l'inverse, si j'ai envie de me bouger, ben ça fonce. Mais au moins, je ne suis pas là, à ramer après machin qui a changé d'avis, bidule qui vient mais n'a pas travaillé ses parties, chose qui veut bien continuer mais sa nana fait la gueule, tartempion qui ne joue que s'il a fumé trois pétards au moins, et autres histoires à dormir debout… Basta cosi, et ça ne me manque pas, ces plans galère. Juste que mon idéal s'est construit quand j'ai vu Magma sur scène, à Châteauvallon, et que je suis sorti sonné de ce concert. Ce n'étaient pas seulement des gens qui jouaient super bien, des virtuoses… ce n'était pas seulement une musique superbe… C'était une porte ouverte sur un autre monde, l'irruption d'une réalité improbable, quelque chose de dément, d'extrêmement ambitieux, étrange, puissant et beau à la fois. Et moi, ça m'a marqué à vie. Mais sans doute étais-je déjà trop âgé (18 ans si je me souviens bien) pour me mettre sérieusement sur la musique. A côté de ça, il y a des gens qui ont été au conservatoire depuis tous petits, et qui n'ont jamais eu cette révélation, ce choc dont je parle. Ils ont fait leur petit bonhomme de chemin, acquérant leur bagage technique et jouant un peu de ceci, un peu de cela, mettant tout dans le même sac. Moi je ne mélange pas. Quand on a commencé à goûter à certaines musiques, les autres paraissent quelconques à côté, vides, creuse, idiotes, soulantes, putassières, racoleuses, marquées du sceau d'intentions vulgaires… on ne les supporte plus. J'ai pris un tournant décisif le jour où j'ai assisté à ce concert, mais je comprends que tout le monde ne l'ait pas pris, ait suivi un autre itinéraire. Tant pis. Me reste la littérature et les arts plastiques. Deux domaines que j'adore, mais jamais je ne me suis dit : plus tard, je serai écrivain. Ou : plus tard, je serai peintre. Mon rêve, c'était de monter sur scène et jouer un truc fou, tellement fou qu'on en reste cloué, incrédule. Voilà mon rêve, il n'a pas déboulé de nulle part, un beau matin. Il est venu de ce choc que j'ai ressenti quand j'ai eu Magma sur scène devant moi. Rien que d'y repenser, j'en ai la chair de poule. Par exemple, je me souviens que le soir tombait, qu'il y avait du vent (c'était sur un amphithéâtre antique) et les choristes, pour chauffer leur voix, faisaient des vocalises mais qui suivaient les inflexions du vent. Elles s'étaient calées en quartes, ou en quintes, je ne sais plus, et montaient et descendaient en suivant les plaintes du vent. Rien que ça, j'étais resté scotché. Il a toujours régné une ambiance très étrange, mystique et mystérieuse, dans les concerts de Magma. Enfin, moi je l'ai reçu comme ça. Et après, ça a été terrible. Surtout qu'à l'époque, ils avaient Jannick Top avec eux à la basse, le monstre. Dire qu'après, il a été obligé de jouer pour France Gall, quelle misère. Bah, il faut bien croûter, c'est la vie. Bon, j'abrège là, je me demande pourquoi je raconte des trucs pareils, moi. Qui ça intéresse, hein ? Allez, coucouche panier ! A suivre, Ubik.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


272845
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages