Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Manque de conseils du notaire et de la banque + une hypothèque sur crédit inexistant !

Témoignage d'internaute trouvé sur net-iris - 13/08/11 | Mis en ligne le 14/04/12
Mail  
| 130 lectures | ratingStar_241138_1ratingStar_241138_2ratingStar_241138_3ratingStar_241138_4
Bonjour, C'est avec de la colère et beaucoup de désarroi que j'écris ces lignes. Je vais essayé de faire simple bien que mon histoire soit compliquée… Début 2008, mon mari et moi même avons trouvé une maison ancienne à restaurer (220 000?) dans un village de notre département. Nous sommes passé par une agence, mais l'achat de ce bien n'a pu se réaliser qu'après multiple déboires, fin 2008 (un autre acheteur s'entêtait à vouloir ce bien alors qu'il avait signé un accord dans une autre agence, plusieurs heures après nous) … Pour acheter ce bien nous comptions sur la vente de notre maison, évaluée à l'époque entre 380 000? Et plus de 400 000?. N'ayant pas vendu notre maison au moment de l'achat, nous avions prévu de faire un crédit relais (288 000?) , auquel s'ajouterait peut-être un crédit pour financer les travaux, d'un montant de 72 000?. Mais plus la date de signature d'achat de cette nouvelle maison avançait et plus nous étions persuadés qu'il fallait attendre avant d'ajouter le second crédit… en outre, j'avais pris connaissance d'un nouveau crédit annoncé pour janvier 2009 (EcoPTZ au taux de zéro % pour un montant maxi de 30 000?) et je voulais également prendre le temps d'étudier les primes possibles (travaux écologiques) ainsi que le crédit patronal dont bénéficiait mon mari… J'ai donc clairement dit et écrit à ma banque, à mon notaire, ainsi qu'au notaire du vendeur, que nous ne ferions qu'un crédit relais pour l'achat du bien. Pourtant le jour de l'achat de notre nouvelle maison, apparaissait encore cette histoire de crédit de 72 000? ! J'ai donc exprimé à mon notaire que c'était une erreur, car nous avions bien refusé ce crédit. Durant la signature, ma notaire n'a cessé de sortir et rentrer du bureau prétextant une urgence personnelle, sur une canalisation qui aurait éclaté chez elle et qu'elle devait résoudre en même temps que notre signature ! Vous imaginez l'ambiance et son manque de professionnalisme ?! Concernant ce crédit, nous avons bien fait d'attendre puisque mon mari a perdu son emploi quelques mois après la crise et la vente de notre maison s'annonçait de plus en plus difficile. Hélas, pour nous la crise a duré et le crédit relais aussi puisque nous ne trouvions pas d'acheteur pour notre maison. La crise a donc fait chuté le prix de vente de notre maison, que nous avons finalement vendue à 335 000? À des acheteurs peu scrupuleux, dont le notaire n'était autre que l'associé de notre propre notaire. Je pense que ce détail a son importance… [En pleine période de négociation, nous avons également eu un grave soucis personnel. Notre enfant de 12 ans, a failli perdre la vie suite à une mauvaise manipulation d'un médecin qui lui a perforé l'oesophage au niveau du coeur et des poumons… durant plusieurs jours j'ai vécu l'enfer, avec mon enfant en service réanimation. Cette parenthèse personnelle n'a rien à voir avec notre achat et la vente, mais si je vous en parle c'est pour que vous ayez conscience de l'état psychologique dans lequel mon mari et moi étions à ce moment.] Notre notaire n'a pas voulu assister à la signature du compromis de la vente de notre maison. Nous nous sommes trouvés littéralement coincés, avec un délais de 6 mois imposé sur le compromis ! Je n'étais pas d'accord et je l'ai clairement exprimé lors de cette signature… en disant que nous n'avions pas les moyens de payer le crédit relais et des frais supplémentaires car nous devions faire un avenant pour prolonger le relais ! En outre cela faisait plusieurs mois que nous attendions la réponse de nos acheteurs pour ce RDV ! Personne n'a voulu entendre mon appel et nous avons signé sans aucun conseil de notre notaire puisqu'elle brillait par son absence ! Mon mari était tellement stressé à l'idée de ne pas vendre cette maison qu'il n'a pas entendu mon appel et a accepté les paroles du notaire sans accord écrit… "Votre banque ne vous fera pas d'histoire et vous accordera ce délais sans ajouter de frais"… et "au pire, les acheteurs acceptent de prendre en charge ce surcoût". Je me retenais pour ne pas pleurer… j'avais envie de sortir du bureau en hurlant, mais je n'ai rien fait car ça ne se fait pas. J'ai aussi longtemps reproché à mon époux de ne pas m'avoir soutenu… mais les choses étant faites, j'ai dû prendre sur moi et accepter cette situation tirée par les cheveux. J'ai accepté de perdre plus d'argent aussi. Depuis cette période je suis extrêmement sensible et émotive et j'ai du mal à garder mon calme face à certaines personnes trop oportunistes. Nous avons passé des moments compliqués sur le plan financier et personnel. Bien sûr, c'est nous qui avons payé l'ensemble des frais et personne d'autre ! Nous avons mis des mois pour nous remettre à jour d'un découvert important à la banque, alors que nous n'avions plus aucun crédit sur le dos et nous ne sommes pas des hyper-consommateurs. La famille et les amis nous ont aidé à boucher les trous des frais du crédit relais. Nos travaux ne pouvaient pas être financés tant que nous n'étions pas en positif sur notre compte courant. Cela fait 4 ans que nous n'avons pas pris de vacances, faute de moyens… difficile donc pour nous de prendre un peu de recul sur tout nos soucis. Enfin, nous vivons dans une maison en travaux, avec un semblant de chauffage dans 3 pièces, des gouttières et de la poussière de partout… Nous manquons d'intimité et nos deux enfants commencent à saturer de ce mode de vie. Il est grand temps de faire nos travaux ! Enfin, fin juillet nous avons pu signer un crédit de 100 000? Pour réaliser nos travaux ! … travaux qui vont aussi me permettre, par la suite, de développer des chambres d'hôtes (donc un revenu supplémentaire) puisque nous aménageons aussi des annexes. Ce crédit n'a pas été simple à monter. Nous étudions ce crédit avec notre banque (clients depuis 20 ans) depuis fin 2010, qui n'a jamais voulu nous aider à résoudre le soucis de notre découvert, préférant récupérer les frais sur écritures en dépassement… Fin avril nous avions pourtant réussi à obtenir un accord de principe et un taux intéressant, et aussi un rendez-vous pour signer cet accord défini quelques semaines avant… Notre conseillère nous a finalement prétexté une absence pendant 15 jours, et par conséquent le taux ne serait plus identique à son retour ! Ce petit jeu suffisait ! Nous avons donc rencontré une autre banque qui avait aussi accepté notre dossier et nous avons fait appel à un courtier qui a réussi à négocier un taux encore plus intéressant avec moins de frais. Quelle ne fut pas notre surprise 4 jours avant de signer l'accord du crédit avec notre nouvelle banque ! Une hypothèque courrait et si une main levée n'était pas faite, la banque refusait de nous financer ! Nous n'avions pourtant aucun crédit en cours… que pouvait donc être cette hypothèque qui courrait jusqu'en 2029 ?! Mesdames et messieurs, il s'agit d'une garantie de privilège sur le crédit de 72 000?, étudié en 2008 que nous n'avons jamais accepté !! J'ai eu cette information par téléphone et par mon nouveau notaire (oui, j'ai changé de notaire aussi). Mon nouveau notaire m'a donc dit qu'il s'agissait d'une grave erreur, car on ne fait pas de garantie de privilège sur un crédit destiné à des travaux, et il ne comprend pas pourquoi la notaire a fait cette déclaration puisque nous avions refusé ce crédit. Il m'a conseillé de trouvé un accord à l'amiable : le remboursement des frais perçus et qu'elle prenne en charge les frais de levée de cette hypothèque. Mais madame la notaire n'a pas accepté, prétextant que c'était la banque qui était fautive et que "nous avions signé de toutes façons " ! Je me suis sérieusement fâchée avec mon ancien notaire au téléphone. Je crois que le trop plein devait sortir, après ces trois années où son manque de conseil et abus de pouvoir nous a apporté qu'une suite d'ennuis. Sachez en plus qu'elle nous a fait faire un mic mac épouventable avec la banque, au moment de l'avenant sur le crédit relais. Visant soit disant à nous réduire les frais… au final nous avons eu plus de frais !! J'ai ensuite contacté la banque pour avoir quelque précisions sur cette hypothèque, mais personne ne veux répondre à mes questions. Je viens juste de recevoir un e-mail de ma conseillère personnelle, pour me dire que toute information liées à une réédition de mon relevé bancaire entrainera des frais… Je ne demande pourtant pas une copie de mes relevés (je les ai ! ) mais les copies des documents qu'elle a transmis à mon ancienne notaire ! Ainsi que les détails que nous n'avons jamais eu concernant le solde du crédit relais et les frais additionels. Je demande aussi pourquoi nous n'avons jamais été informé de cette hypothèque qui courre jusqu'en 2029… J'ai finalement décidé aujourd'hui d'envoyer un courrier en RAR à mon ancienne notaire ainsi qu'à la banque. J'ai d'abord envoyé un e-mail qui stipule ceci : ----------- Nous envoyons un courrier en RAR auprès de Maître XXXXXX ainsi qu'à la Banque XXXXX de XXXX. Nous n'accepterons aucun frais supplémentaires concernant cette affaire. Nous demandons le remboursement des frais de notaire prélevés sur ce crédit. Nous demandons l'exécution et la prise en charge des frais de main levée sur ce crédit inexistant par la banque et/ou le notaire. Nous demandons également des frais de dédomagement correspondant aux frais liés au manquement de conseil sérieux sur l'ensemble du dossier (le montant sera estimé par notre conseillé et/ou notre avocat pour chacune des parties en cause). A ce jour, nous vous demandons de trouver un accord avec notre ancienne notaire Maître XXXX. Si dans un délais de quinze jours, nous n'avons pas les éléments demandés et un accord écrit pour l'ensemble de nos demandes, un double du courrier partira à la chambre des notaires et un avocat prendra le dossier en charge pour porter plainte contre l'organisme et la ou les personnes qui seront estimées responsables. ---------------- Excusez moi pour la longueur de mon explication… Je ne sais pas si ma démarche est bonne et si je peux espérer l'aide d'un homme de loi. Combien son conseil peut coûter ? Je ne sais pas si je peux espérer quoique ce soit sur le plan financier, ni même en reconnaissance d'un manquement de conseil de mon ancienne notaire. Je vous le redis, je suis complètement désemparée par la lourdeur de notre histoire qui dure depuis 2008. Trop de choses se sont accumulée, et je voudrais que cela cesse enfin ! Ces gens (la banque et la notaire) ne méritent pas le titre de professionnel !! Vraiment pas !
  Lire la suite de la discussion sur net-iris.fr


241138
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages