Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Marché prospère...

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 22/02/11 | Mis en ligne le 24/05/12
Mail  
| 147 lectures | ratingStar_258701_1ratingStar_258701_2ratingStar_258701_3ratingStar_258701_4
Libye : la répression se fait-elle en partie avec des armes wallonnes ? C'est la question que posent plusieurs ONG qui rappellent les contrats conclus entre le régime du président Khadafi et la FN d'Herstal. La Région wallonne demande des comptes à Tripoli, tandis que la FGTB demande d'arrêter l'hypocrisie. La FGTB Métal Liège-Luxembourg s'insurge contre cette nouvelle polémique. Elle dénonce l'hypocrisie, notant notamment que la Libye et les autres régimes dans lesquels le peuple s'est élevé ces derniers temps sont tous soutenus et armés par les démocraties occidentales. "L'indignation dont font preuve certains mandataires belges est donc très sélective. En fait, il y a en Belgique, dans certains milieux politiques, un courant anti-FN. La FN est le seul vendeur d'armes belges critiqué par ces milieux, et cela de manière systématique", accuse la FGTB dans son communiqué, qui pointe que dans les autres pays fournisseurs d'armes, les hommes politiques ne réagissent pas de cette façon. "La FGTB Métal Liège-Luxembourg ne s'est jamais opposée à une réglementation de la législation sur les exportations d'armes. Mais cette réglementation doit être du même type que celle qui est en vigueur dans les autres pays européens concurrents. Il est hors de question que des contrats, donc des heures de travail, soient perdus parce que la Wallonie serait plus stricte que ses concurrents", conclut le syndicat. Agoria appelle à une mise en perspective. La polémique actuelle sur les armes wallonnes exportées vers la Libye doit être remise en perspective, indiquent lundi la fédération de l'industrie technologique Agoria et la Belgian Security and Defense Industry, dans un communiqué de presse commun, rappelant plusieurs points relatifs à la question générale des exportations de matériel de défense. Les décisions du gouvernement wallon concernant l'octroi de licences d'exportations se basent sur une analyse de la situation du pays au moment où la demande de licence d'exportation est introduite, rappellent ainsi Thierry Castagne, directeur général d'Agoria pour la Wallonie, et Dany Van de Ven, directeur du BSDI. "Dans le cas de la Libye, il s'agissait de 2009. A l'époque, personne n'avait anticipé les événements actuels au Moyen-Orient", souligne le communiqué de presse. Par ailleurs, concernant la réforme de la procédure d'octroi des licences en Wallonie, Agoria et le BSDI souhaitent rappeler que les discussions actuelles entre le secteur et le gouvernement concernent uniquement les écueils administratifs induits par la nouvelle procédure proposée et "qu'il n'a jamais été question de faciliter l'exportation de matériel de défense vers des pays instables". Quand la FN a-t-elle vendu des armes à la Libye ? En 2004, c'est la fin de l'embargo militaire à l'encontre de la Libye. Le colonel Khadafi peut dès lors ouvrir les catalogues. Il s'adresse à plusieurs pays. En 2008, la FN à Herstal signe un contrat avec la Libye : des fusils, des pistolets, des grenades pour fusils pour une somme d'environ 11 millions d'euros. Après plusieurs mois de discussions, le ministre président Rudy Demotte signe les licences en juin 2009. En octobre, le Conseil d'Etat suspend. En novembre, nouvelle décision d'octroi. Et puis nouveau recours au Conseil d'Etat. En attendant, disent les ONG, des armes wallonnes équipent des militaires libyens. Même si ce sont des armes légères, elles tuent. La Région wallonne demande des comptes à la Libye. Du côté de la Région wallonne, on explique que ces armes n'équipent pas les policiers mais un bataillon bien précis de l'armée qui devait surveiller le couloir humanitaire vers le Darfour. En outre, les armes wallonnes sont marquées. Enfin, la Région wallonne précise que cette commande est minime par rapport à l'afflux d'armes venant d'autres pays. Mais ce lundi midi, on apprend que le ministre-président de la Région wallonne Rudy Demotte a demandé à l'ambassadeur de Belgique à Tripoli de lui transmettre les "éléments d'information" permettant de "mesurer le risque d'utilisation" des armes wallonnes dans le cadre de la répression. Le gouvernement n'hésitera pas, s'il s'avère que le "certificat d'usage final" n'est pas respecté, à dénoncer la situation auprès de l'Europe, ce qui aurait pour conséquence une mise au ban de la Libye, souligne-t-on au cabinet du ministre-président Rudy Demotte. La Région wallonne se dit encore plus inquiète à propos de l'exécution d'un contrat russe de kalachnikovs de 1,3 milliard d'euros dont elle doute de la traçabilité qu'elle assure moins réputée que pour les armes wallonnes. Depuis 2004, de nombreuses licences ont été octroyées par l'Angleterre, la France, l'Espagne, l'Autriche ou la Suisse autorisant des contrats d'armement avec la Libye. Des accords de coopération ont également été signés avec la Libye par plusieurs de ces pays ainsi que les Etats-Unis. Le contrat de la FN portait sur 12,2 millions d'euros. Réactions politiques. Invité dans Matin Première, le sénateur Rik Torfs (CD&V) a sévèrement critiqué la vente d'armes wallonnes au régime de Kadhafi, et leur usage éventuel contre la rébellion populaire en cours. "L'argent est plus important que les vies humaines", a-t-il notamment déploré. "Cela fait partie de notre monde cynique. Il faut combattre cela". Autre réaction, celle de Joëlle Milquet. La présidente du cdH a confié "s'interroger", à l'instar des organisations de défense des droits de l'Homme, sur l'usage qui est aujourd'hui fait des armes wallonnes vendues il y a quelques années à la Libye. La présidente des humanistes demande d'ailleurs, qu'à l'occasion de la réunion du gouvernement wallon mercredi, "on étudie, avec les éléments de traçabilité que nous avons, si oui ou non, il pourrait y avoir des hypothèses d'utilisation de ces armes (contre les civils) ". Un groupe de travail composé de représentants politiques et industriels planche par ailleurs sur une proposition d'amendement à la note d'orientation du gouvernement visant à réformer la procédure d'octroi des licences d'armes. Cette matière a été régionalisée en 2003 après les difficultés récurrentes rencontrées lors des prises de décision au fédéral. A l'époque, les différends entraînaient des polémiques à caractère communautaire. C. B. Et J. C. Avec M. Lagase et Belga. ---------------------------------------------------------------
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


258701
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages