Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Mutisme

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 244 lectures | ratingStar_272747_1ratingStar_272747_2ratingStar_272747_3ratingStar_272747_4
Bonjour à tous, Je viens de découvrir ce forum et de le parcourir avec attention… J'y ai trouvé quelques échos avec mon histoire… que je me décide à vous raconter, en espérant trouver, sinon des solutions, au moins du partage d'expériences. Voilà, j'ai 34 ans, je suis artiste, une seule lettre me sépare de l'autiste, que je suis pourtant bel et bien. Mutique en tout cas. Et je ne le supporte plus. J'ai toujours été, aussi loin que je me souvienne, une enfant solitaire, je n'ai jamais eu beaucoup d'amies, toujours eu un sentiment de "décalage" par rapport au gens de mon âge. Alors que mes camarades de classe jouaient à la corde à sautée, moi je dessinais ou je fabriquais des objets à partir de rien. On disait que j'étais une enfant pleine d'imagination, mais dans son monde. Toujours un peu à l'écart, toujours observatrice du monde sans jamais y participer. Timide, ne parlant que très peu aux autres et évidemment complètement muette en classe. Et… rien n'a jamais changé. Ça s'est accentué à l'adolescence où mes centres d'intérêts étaient à mille lieux de ceux de mes camarades. Décalage encore, et de fil en aiguille rejet. J'étais "l'artiste", la fille "bizarre" qui reste dans son coin, celle qui est là sans y être. Celle qu'on finit par ne plus inviter aux fêtes, parce qu'elle n'a rien à dire. Des choses à dire j'en avais certainement, mais j'avais une telle peur d'être rejetée encore que je n'osais jamais prendre la parole. Peur d'être ridicule, de ne pas être à la hauteur, de parler de choses qui n'intéressent pas les autres, peur de dire des bêtises… J'ai finis par fuir de moi même toutes ces situations où la parole est importante. Je me suis plongée dans mon travail, j'ai fait des études artistiques, suis devenue artiste, j'ai développé un travail qui, sans me faire vivre, plait, s'expose et me procure beaucoup de bonheur. Même si là aussi, j'éprouve beaucoup de difficultés à y mettre des mots. Les années ont passées entre art et rencontres furtives. Mon travail m'ayant amené à beaucoup voyager, passer 6 mois ici, un an là-bas, je suis toujours partie en me disant "cette fois ça va être différent, tu vas arriver toute neuve, personne ne te connait, à toi de te montrer sous ton vrai jour". Je rêvais à chaque nouveaux départ, d'aisance, de relation simple avec les gens, d'échanges sans contraintes, de liberté de parole, de spontanéité… Mais à chaque fois : timidité, peur d'aller vers les autres, absence de communication, silence, vide, peur, angoisse, et fuite… Je ne sais pas parler. Je n'ai jamais rien à dire, j'ai toujours peur de poser des questions aux autres, on me dit peu curieuse, froide, introvertie et tout ce qui va avec. J'ai juste peur. Peur de ne pas savoir, d'être ennuyeuse… et peur de perdre l'autre. Je me rends bien compte que c'est ce silence qui finit par faire fuir les autres. Je le sais. Je me suis "posée" il y a 4 ans, arrêté les voyages, arrêté la fuite en réalité… bien consciente que tous ces nouveaux départs, ne faisaient que m'éviter ces situations qui me font perdre pied. Posée donc, j'ai cherché à me faire de nouveaux amis (via internet, impossible pour moi d'aller vers les gens autrement) , je me suis installée dans un chez moi. J'ai repris mon travail plastique, tout en cherchant à me former à un autre métier, histoire de trouver un équilibre financier. J'ai 2 amis dans cette nouvelle vie 'sédentaire'. 2 amis en 4 ans… peut mieux faire ! Bref, juste 2, mais ils sont là. Je me suis formée à un autre métier que j'aime tout autant, mais mais mais… je travaille chez moi. Seule donc. Le mutisme ne m'a pas quitté et aujourd'hui ça me pourrit vraiment la vie. Dans le monde de l'art le mutisme est "toléré", ah ces artistes, ils sont si étranges… ça en devient presque une bonne excuse, derrière laquelle je me suis certainement cachée. Dans mon autre métier, il faut que je prospecte… que je cherche des clients… et c'est une catastrophe, je suis incapable de prendre le téléphone, je panique, ne sais plus quoi dire, la tête vide… un vrai handicap. Impossible de vendre mes services. Et dans mes relations sentimentales… le même rejet. Ça marche 3 ou 4 semaines, puis c'est le clash. Absence de communication. Là encore, impossible de lancer des sujets de conversation, impossible de me livrer, impossible de poser des questions personnelles à l'autre. Et, je me sens évidemment profondément blessée à chaque fois que ce problème de communication vient tout gâcher. Je me suis complètement enfermée, cachée derrière une énorme carapace que je ne parviens pas à faire exploser. A chaque échec je m'en veux un peu plus, j'ai beau être très consciente de l'absence de danger dans le fait de parler, que se planter n'est pas grave, que je ne risque pas grand chose, rien n'y fait… je me réveille pleine de bonnes résolutions et je panique littéralement dès qu'il faut ouvrir la bouche. Ma dernière histoire sentimentale s'est terminée il y a quelques jours… certainement la raison de ma présence ici. Je n'en peux plus de tous ces échecs. Je voudrais apprendre à m'exprimer. Si quelqu'un à le courage de lire ce long laïus (dsl) et peut me donner quelques pistes, je vous en serais extrêmement reconnaissante. Ruby.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


272747
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages