Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

On est seul...

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 11/01/10 | Mis en ligne le 23/04/12
Mail  
| 175 lectures | ratingStar_245687_1ratingStar_245687_2ratingStar_245687_3ratingStar_245687_4
Salut, Je ne sais pas si je vais répondre à côté ou pas… Le fait est que ce qui me trouble dans cette histoire, ce sont les parallèles… et les perpendiculaires, on va dire. Cette femme, cette mère que je décris, est faible. Incapable de se faire obéir et respecter de ses propres enfants. A côté de ça, s'occupant d'enfants et étant compétente et respectée d'eux. Comme incapable de s'occuper des siens. Elle a été mariée à un salaud intégral, un jobard incapable de se contrôler, un dingue moins cinq, en gros. Tous les dingues ne sont pas enfermés, on le sait. Bref, ce qui me frappe c'est qu'avant de me rencontrer, il a fallu qu'elle se tape ce gros taré pendant des années. Et moi, avant de la rencontrer, je me suis tapé une barge pendant des années. Et elle comme moi, on avait pigé depuis longtemps, mais entre le moment où on pige et le moment où on réussit enfin à sortir de la relation pourrie, passe du temps… Des fois trop de temps… Bref, on se rencontre et chacun sort d'une relation avec quelqu'un de visiblement dérangé, avec qui il y a eu des enfants. Lesquels sont porteurs du côté dérangé à des degrés divers. Et là, notre relation fonctionne parce que chacun ayant "goûté" à l'enfer d'une relation pourrie avec un manipulateur et un pervers narcissique, apprécie à sa juste mesure une personne saine et gentille… Peut-être trop. Bref, moi je suis un brave gars, gentil, je ne deviens méchant que si on m'emmerde et il en faut. Quand à ma compagne, elle est incapable de devenir méchante, même quand elle essaie. Nous étions, elle et moi, des victimes faciles à aliéner, manipuler, enchaîner. Sauf que dans mon cas de figure, je n'avais pas de problèmes d'autorité. Mes gosses, je m'en faisais respecter mon ex était la copine, la confidente, mais que dalle pour l'autorité, quand il y en avait besoin, on venait m'appeler au secours. Elle a donc chauffé à blanc mes gosses contre moi, lesquels ont trempé dans la combine, ce qui fait que je les ai perdus… Par contre, dans le cas de ma compagne, c'est elle qui a gardé les enfants mais le père fait tout pour les monter contre elle et y parvient plus ou moins, ça dépend qui et à quelles périodes. Bref, ce qui me frappe, c'est que si ma compagne et moi on s'est si bien trouvés, c'est qu'il a fallu qu'on bouffe de la vache enragée avant. Et du coup, elle m'apprécie parce qu'elle voit que je suis respectueux avec elle, pondéré, rien à voir avec son taré d'ex. On est deux braves gens qui se sont trouvés enfin, après avoir morflé et usé notre vie avec des cons bien balèzes, du genre con et content de l'être, qui se croit mieux que tout le monde, etc. Et si mes gosses sont maintenant out of control, c'est que mémère les a fait déraper grave dans le délire et que moi je n'ai plus du tout mon pouvoir de contrepoids. Discrédité, je suis hors du circuit, je ne peux qu'assister au naufrage éventuel. Quand à ma compagne actuelle, on va dire qu'elle "gère" au mieux des gamins qu'elle a fait avec un jobard, et qui sont comme des grenades dégoupillées, des demi-fous (dixit, ce sont ses propres termes). La différence, c'est que les gamins de ma compagne n'ont pas eu l'occasion d'être manipulés pour être poussés vers la procédure. Quel que soit le ressentiment qu'il peut exister (ou quoi que ce soit d'autre) de la part de ma compagne pour son ex, jamais elle n'emploierait des moyens pareils, parce qu'elle est pondérée et sait que ça ne se fait pas, que c'est mauvais pour les enfants. Donc, en fait, les symétries me frappent. La différence, c'est que dans mon histoire j'étais mec gentil contre femme tarée, la configuration idéale pour que ça finisse en eau de boudin, en l'occurrence en accusations infondées. C'est bien connu, quand on accuse le père de viol, les pandores ont tendance à le croire. Le psychiatre Paul Bensussan s'escrime, le pauvre, depuis des années, pour démonter le mécanisme des accusations mensongères. A mon avis, il n'a pas fini d'en baver. Remarque, c'est son fond de commerce, faut bien qu'il bouffe et paye les traites de sa BMW, hein ? Ma compagne, c'était nana gentille contre mec taré, donc elle ne l'a pas fait, d'abord parce que ce n'est pas son genre, ensuite parce que plein d'autres choses elle aurait pu et du les faire contre lui, elle n'a pas osé car il est fou et elle a peur de lui. Je suis en train de montrer que ça ne pouvait donner que des résultats divergents. Mon ex savait très bien qu'elle pouvait y aller, même dans les pires moments je n'aurais pas porté la main sur elle. Pas dans mon éducation ni mon tempérament. Par contre, ça, elle ne l'a pas pigé, c'est que je m'étais juré de lui faire la peau si elle réussissait à me coller en taule… Elle ne sait pas à quoi elle échappé. Mais passons. Je suis cool mais je fixe une limite dans ma tête et une fois qu'elle est franchie, il n'y a plus de retour en arrière possible. Et ça, elle ne s'en est pas doutée, sinon elle n'aurait pas joué avec le feu. Elle a du bol que son coup n'ait pas marché, vraiment. Parce que j'ai accepté beaucoup de choses dans ma vie, mais aller en taule pour rien, je ne l'aurais jamais accepté, jamais. Donc dans tous les cas de figure, les gamins, esquintés par une relation bastarde et boiteuse, se trimballent un héritage lourd car un des deux parents est à moitié foldingue. Mais dans un cas, ils sont instrumentalisés par la mère qui en a la garde et essaient de bousiller la vie du père. Dans l'autre, ils sont manipulés par le père, mais ça ne pisse pas loin parce qu'il est incapable de s'occuper d'eux. Exemple, il a voulu reprendre sa fille et l'a chauffée à blanc contre nous… Elle nous a emmerdés tant et plus, a tout fait pour nous séparer, mais quand enfin elle est partie chez son papa chéri, comme elle est aussi givrée et extrême que lui, ça a chauffé entre eux, et ça a fini qu'un jour il l'a tabassée grave, a failli la tuer, et du coup maintenant elle est revenue en se disant que maman était pas si mal que ça, et moi pas que le mec qui râle et essaie de mettre un peu d'ordre dans ce boxon sans être le père. Incidemment, elle commence à se rendre compte que je ne suis pas que le type qui saute sa mère, mais un mec qui tient à elle, un mec qui, en passant, est plasticien, écrivain et musicien, pas le gros plouc du coin… Donc similitudes psychologiques dans les composantes de départ, dans le désaccord parental et dans le fait qu'un des deux aliène les enfants et est un déséquilibré limite à être enfermé… … et différences de configuration sociale : le pervers étant le père dans le cas de ma compagne, elle a pris sa clique et évité le reste des claques (car c'est un violent) et elle s'est tirée loin avec ses (tarés de) gosses. La perverse étant mon ex dans mon cas, j'ai morflé plein pot l'accusation mensongère d'abus sexuels sur mineurs et un peu plus, je ne serais pas là pour vous donner la réplique. Et tout le reste de ma chienne de vie, va falloir que je vive avec cette merde collée sur moi. Que je me trimballe ça dans mon karma. Je suis fiché au FNJIS (Fichier National Judiciaire des Infractions Sexuelles) car toute personne accusée d'abus sur mineurs y est fichée à vie, même en cas de non-lieu après, faut le savoir, et quelle se soit l'issue des procédures engagées à son encontre. Et ça, je le dois à ma putain d'enculée de roulure d'ex femme. Qu'elle crève, qu'elle chope le cancer du trou du cul et qu'il la ronge jusqu'à la racine des cheveux. Voilà ma première réflexion. Je ne sais pas si c'est de la géométrie psychosociale ou l'arithmétique de la bassesse humaine, mais c'est ainsi. Je crois profondément, j'en ai la preuve, que les gamins de ce type (celui avec qui elle a été pendant des années, l'ex mari, quoi) sont des taches comme lui. J'ai la démonstration qu'un mec siphonné fait des gamins siphonnés. Je le savais, mais là j'en ai la preuve. Bon, il est tard, je vais peut-être aller pioncer et laisser tous ces connards se démerder entre eux. Quand à vous, ben je vous tire ma révérence nocturne. Ubik. P. S. : que ceux qui pensent qu'un enfant est la plus belle chose au monde continuent et en fassent plein : de toutes façons, au point où on en est, la planète est pillée, surpeuplée, on n'en est plus à faire des détails, hein. Et surtout : qu'ils se les gardent chez eux, se démerdent avec… Moi j'ai déjà donné, merci. La nature est bien faite, c'est l'instinct de survie de l'espèce, les gens se font plein de jolies idées sur les enfants, ils sont obsédés par le "besoin" d'en avoir, par l'idéalisme nunuche que la société refile à leur propos… Ils en font, après ils pigent que c'est une aliénation mais ils sont baisés : trop tard, c'est fait. Et la nature a gagné… Sauf qu'avec Sapiens sapiens, elle se baise, la nature, parce qu'à force de proliférer, cette putain d'espèce va détruire toute les autres. … AMEN… Je compatis mais n'y peux rien…
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


245687
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages