Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Pb de maison en copropriété

Témoignage d'internaute trouvé sur net-iris
Mail  
| 173 lectures | ratingStar_262824_1ratingStar_262824_2ratingStar_262824_3ratingStar_262824_4
Un copro m'assigne en référé pour. -- une fresque que j'ai peinte sur un mur dans l'entrée commune (donc un mur mitoyen) à un moment où nous allions engager des travaux lourds (le mur où j'ai peint se décrochait à la suite d'une démolition par un voisin de sa maison attenante, voisin qui a été peu après condamné à le reconstruire -on a gagné le procès-) et où on ne pensait pas pouvoir le sauver. Cette fresque a nécessité auparavant des travaux conservatoires pénibles (enduissage et rebouchage du mur qui se décollait, sur deux côtés, sur 5 mètres) et finalement ce pan là a été miraculeusement préservé. -- Il me reproche aussi une planche de 10 cm sur 12 ! Dans le couloir (reste d'un compteur [électrique] mien, depuis des lustres déposé à l'extérieur comme le veut la loi… alors que les siens sont intérieurs donc inaccessibles [pour les relevés d'électricité] ou aux pompiers et sans boîtier de protection). -- ainsi que des livres dans le couloir commun (très vaste) que j'enlèverai dès que les travaux seront finis (ils ne le sont pas pour ma partie, qui a subi beaucoup plus de dégâts que la sienne car elle est plus haute.). -- Et le clou c'est qu'il veut que je dépose un escalier de meunier (une sorte d'échelle en bois léger) qui dessert nos combles parce que écrit-il "les siens et notamment le mur et le voûtain sur lesquels elle s'appuie sont prêts à tomber" donc … l'échelle est dangereuse ! 1 Ma question : si une simple échelle en bois suffit à faire tomber le mur où elle s'adosse (!) n'est-ce pas moi qui serais en droit de l'attaquer pour m'avoir fait courir un danger dont je n'étais absolument pas consciente ? Car mes propres combles sont solides et aménagés… et j'y ai une chambre et un atelier, seulement accessibles par cette échelle de meunier qu'il veut enlever. -- Il exige aussi que je dépose un local au rez de chaussée (des WC) qui durent réalisés il y a 43 ans avec l'accord de l'ancienne copropriétaire, mais je n'ai pas trace de document sur ce point, ça fait un mètre carré à peine et les actes ne disent rien à ce sujet, ni pour ni contre d'ailleurs, ce qui le fonde à plaider que ça n'existe pas légalement. J'ai des attestations cependant de gens qui ont vu et usé de ce cagibi (fermé par une porte dont j'ai la clef) depuis plus de 30 ans. Combien en faut-il ? Par ailleurs : -- Il a réalisé récemment (il y a un mois) un mur en béton cellulaire blanc éclatant sur un palier commun qui jure, c'est un faible mot, avec l'ensemble, (une maison de 300 ans dont l'escalier est en pierres de taille) sans me demander d'autorisation, -- et y a ouvert une fenêtre type hublot sur les parties communes (le palier). -- Il a déplacé sa porte d'entrée sur un autre coté, avec une imposte ouvrant sur le palier, le tout sans me demander d'autorisation. -- il avoue benoîtement qu'il va louer l'appartement sis juste au dessous de ses voûtains qui sont "limite de tomber" tel que, sans effectuer de travaux de consolidaiton sur le sol de ses combles. (Raison de sa hâte à me voir enlever les livres du couloir, la planchette, la fresque, l'échelle et le local WC). Et réclame une expertise… de l'échelle. Ma question : Bravo pour l'expertise, car elle comprendra forcément celle de ses voûtains. Comment juger de la dangerosité éventuelle d'un échelle si ce n'est en appréciant aussi celle de son appui, et là il l'a dans l'os ? Mais puis-je également demander qu'elle s'étende non seulement à ses voûtains, ce qui va de soi, mais à ses combles tout entiers (car ce n'est pas seulement UN voûtain qui lâche chez lui mais tous, je le sais par le maçon) , sur la base qu'il fait courir un danger à son locataire et à moi ? Il a mis un faux plafond pour le masquer mais bon… En ce cas, qui va payer ? Si, comme je le crois, il se rend compte qu'il s'est mis le doigt entre deux pierres et renonce à l'expertise, onéreuse… et qui va à tout coup se retourner contre lui, suis-je alors, moi, en droit de l'attaquer pour abus de procédure et exiger des dommages, plus mes frais d'avocat ? Et surtout exiger qu'il fasse refaire ses combles qui font courir un danger à ses futurs locataires et à moi même ? Merci. En des cas aussi courtelinesques (il met sur un même plan des éléments de sécurité essentiels comme ses commpteurs, le sol de ses combles… et des éléments d'une futilité innénarrable comme une planchette, des livres, une fresque… et priorise les premiers dont il est responsable sur les seconds qu'il m'impute) le tribunal ne peut-il pas considérer qu'il y a usage abusif de procédure voire même outrage à la cour ? Ça urge car le référé est pour mardi et mon avocat, très performant cependant, semble avoir en ce moment d'autres soucis en tête. HL.
  Lire la suite de la discussion sur net-iris.fr


262824
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages