Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Place de la gare, à charleville.

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 11/09/11 | Mis en ligne le 16/07/12
Mail  
| 189 lectures | ratingStar_276297_1ratingStar_276297_2ratingStar_276297_3ratingStar_276297_4
À la Musique. Place de la Gare, à Charleville. Sur la place taillée en mesquines pelouses, Square où tout est correct, les arbres et les fleurs, Tous les bourgeois poussifs qu'étranglent les chaleurs. Portent, les jeudis soirs, leurs bêtises jalouses. ? L'orchestre militaire, au milieu du jardin, Balance ses schakos dans la Valse des fifres : ? Autour, aux premiers rangs, parade le gandin ; Le notaire pend à ses breloques à chiffres. Des rentiers à lorgnons soulignent tous les couacs : Les gros bureaux bouffis traînent leurs grosses dames. Auprès desquelles vont, officieux cornacs, Celles dont les volants ont des airs de réclames ; Sur les bancs verts, des clubs d'épiciers retraités. Qui tisonnent le sable avec leur canne à pomme, Fort sérieusement discutent les traités, Puis prisent en argent, et reprennent : "En somme ! … " Épatant sur son banc les rondeurs de ses reins, Un bourgeois à boutons clairs, bedaine flamande, Savoure son onnaing d'où le tabac par brins. Déborde ? Vous savez, c'est de la contrebande ; ? Le long des gazons verts ricanent les voyous ; Et, rendus amoureux par le chant des trombones, Très naïfs, et fumant des roses, les pioupious. Caressent les bébés pour enjôler les bonnes… ? Moi, je suis, débraillé comme un étudiant, Sous les marronniers verts les alertes fillettes : Elles le savent bien ; et tournent en riant, Vers moi, leurs yeux tout pleins de choses indiscrètes. Je ne dis pas un mot : je regarde toujours. La chair de leurs cous blancs brodés de mèches folles : Je suis, sous le corsage et les frêles atours, Le dos divin après la courbe des épaules. J'ai bientôt déniché la bottine, le bas… ? Je reconstruis les corps, brûlé de belles fièvres. Elles me trouvent drôle et se parlent tout bas… ? Et je sens les baisers qui me viennent aux lèvres… Arthur Rimbaud. Prétexte. Comment écoute-t-on la musique, et les chansons ? Est-on attentif, curieux et ouvert pour écouter voire entendre la proposition d'un autre, dans le noir et l'immobilité ou n'est-on intéressé et captivé que par ce qu'elle révèle ou relève de soi ? La musique met en relief sa propre vie : on croit parfois qu'elle marque des instants alors que ce sont nos instants qui viennent la marquer, façon PNL. Faites l'amour plusieurs fois sur la même chanson et elle devient petite madeleine proustienne. Ecoutez un morceau sur le pâle trajet du matin qui vous mène au boulot et ce minuscule déplacement prendra une dimension qui nous rend moins transparent en le sortant de sa banalité ridicule : "Good bye lovers" de James Blunt et aller travailler devient dramatiquement décalé avec le relent de nos abandons, de nos histoires foudroyées : si vous saviez collègues aveugles de quoi j'arrive "pleine" ! "Angie" des Rolling Stones et une salve de réminiscence adolescente nous met au palais l'amer d'une capacité à rêver donnant à la route un arrière gout de conformisme. "Rain" de Mika et les essuie-glaces deviennent complices du balayage de nos larmes de fond et la pluie : notre destination, comme une intention personnelle du ciel. "Party rock" de LFMAO et une irrésistible envie de donner son corps à des mouvements dont on se sait pourtant incapable nous met le popotin et le bout des doigts en joie. "le repos du guerrier" de Mes aïeux et par un effet magique de synchronicité on sent que l'on n'est pas un inconnu mais que quelqu'un quelque part a croisé nos pensées et nous les restitue en cadeau. "Hallelujah" par Kate Voegele et sans rien comprendre aux paroles on imagine que sa vie, là, pourrait avoir sa musique tel un générique de film, et ce trajet alors parcouru en guess star devient étape vers le captivant destin d'une histoire dont on est le héros. La musique, souvent, n'est-elle pas qu'un prétexte à se donner une autre dimension ?
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


276297
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages