Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Playboy, la chair et les canons

Témoignage d'internaute trouvé sur forumfr - 26/05/10 | Mis en ligne le 10/05/12
Mail  
| 169 lectures | ratingStar_253149_1ratingStar_253149_2ratingStar_253149_3ratingStar_253149_4
Le mariage jusqu'au 20ème siècle était lié pour l'essentiel à des stratégies matrimoniales qui dépassaient le choix individuel, même s'il l'accommodait parfois. Je ne défends pas le retour à cet état de fait, mais en revanche la 'liberté', assez illusoire de 'choisir' réellement son conjoint (Alain Girard, le choix du conjoint) devrait être éclairé des déterminants et des conséquences à long terme de ce choix. Ce n'est peut-être pas très glamour, mais le glamour, comme toute réduction de l'être humain à son immédiateté, fait de larges dégâts. Il faut donc de l'éducation sentimentale et sociale. Des couples improbables que l'on croise parfois… Déjà tu utilises une forme occasionnelle, car effectivement ils sont rares. De plus je les crois de courte durée pour la plupart. Quoiqu'il en soit les exceptions font les règles… Il y a près de 8 millions d'inscrit (e) s sur les meetic-like en France. Si tu enlèves de la population les moins de 13 ans et les plus de 70 (ils sont encore rarement inscrits) ça fait un pourcentage non négligeable de la population totale. Nous savons que les femmes qui ne trouvent pas l'idéal sont très nombreuses à former les célibataires de plus de 30 ans qui préfèrent "être seule plutôt que mal accompagnée". Donc la sélection est effective et je rappelle que les hommes seuls de + de 40 ans sont deux fois plus nombreux que les femmes… Ils faut aussi savoir ça pour apprécier qui a le choix et les conséquences de ce choix… Tu oublies de préciser que beaucoup d'hommes commencent leur " vie " 5 à 10 après les femmes, qui, chacun le sait (c'est un peu ironique de ma part) sont beaucoup plus mûres, beaucoup plus jeunes… Et qui de ce fait s'intéressent à 15 ans à des 'hommes' de 20 à 30 ans. Ce n'est pas des exemples que je pourrais donner, c'est une liste de plusieurs dizaines de pages, rien que pour mon expérience depuis le collège. Comme je te le disais, les exceptions ne font que confirmer les règles. Il y a deux fois plus d'hommes célibataires après 40 ans que de femmes… Mais comme seules les femmes ont le droit de cité dans les médias, on ne 'connait' donc que le phénomène des femmes célibataires (alors que pour la majorité d'entre elles il s'agit d'un choix comme je l'explique plus haut - voire également Kaufmann, la femme seule et le prince charmant). Qui plus est le célibat féminin est très consommateur de relations occasionnelles (non ce n'est pas du phantasme). Le célibat masculin l'est beaucoup moins puisqu'un petit nombre d'homme concentrent les relations sexuelles avec un grand nombre de femme. C'est bien ce qui explique la prostitution féminine si nombreuse… Une forte misère sexuelle masculine au-delà de 40 ans. Même Mossuz-Lavau est obligé de constater qu'il existe des hommes qui totalisent à 50 ans seulement plus de 4000 partenaires différentes (exemple d'un animateur club-med). Un score que n'égale que des prostituées… (c'est tout dire). Mais les femmes moyennes ont des scores moyens entre 1,5 et 3 fois supérieurs à la moyenne des hommes moyens. Pacahontas, je t'escagasse car tu reprends une doxa que les féministes, depuis les précieuses, utilisent. Celle du pouvoir masculin. Oui, les hommes dans beaucoup de civilisation ont accaparé le pouvoir mais pas sur les femmes, sur les autres, point. Marx disait que la femme était la prolétaire du prolétaire, pourquoi ? Parce qu'il fallait faire comprendre que la position de la femme se situe dans une plus vaste forme d'organisation qui est l'exploitation des plus faibles par les plus forts. La civilisation est une entreprise de domination de l'autre, depuis ses origines. C'est même son fondement : l'inégalité, la hiérarchie. Et depuis les origines, elle est fondée sur la force physique (éventuellement déléguée - gens d'armes…) , la violence, la coercition etc… Les femmes qui avaient le pouvoir, dans la Rome ancienne, au XIIème siècle, au XVIIème et de nos jours sont tout aussi agressive, violente et dominatrice que les hommes. Les femmes ont simplement été moins souvent en mesure d'exprimer cette force. Essentiellement parce qu'elles ont été parmi les premiers "plus faibles" dont un critère commun rendait possible une norme d'organisation sociale qui leur imposerait une place spécifique (la discrimination physique étant la plus facile et la plus justifiable pour les esprits assez sommaires d'il y a quelques milliers d'année (le relativisme culturel a ses limites). Mais cette domination n'a réellement été mise en coupe réglée qu'avec la bourgeoisie du XIXème siècle. Les places de chacun y étaient paradoxalement bien plus serrés et verrouillées qu'auparavant. Il y a toujours eu beaucoup d'hommes bien plus dominés que la majorité des femmes, à presque toutes les époques (hormis le XIXème). Beaucoup plus d'esclaves masculins, de mendiants que de mendiantes, etc, etc… Pourquoi ? Parce que le corps de la femme (la plupart) est important alors que celui des hommes est une vulgaire chair à canon ou à travail… Cette réalité forte est toujours perdue de vue par le féminisme, très opportunément d'ailleurs. Il y a eu des progrès significatifs de la condition des femmes du fait des luttes sociales et de l'amélioration des conditions de tous durant le XXème siècle. Et les innovations technologiques (pilule, avortement) ont fait le reste. Le réel cheval de bataille de beaucoup de féministe est l'accès au pouvoir, à la domination sur d'autres hommes ou femmes, peu importe… Je n'y vois rien d'intéressant. Pas plus que quand un noir est heureux de se faire cirer les pompes (au sens propre) par un blanc. Tout change alors pour que rien ne change… _________________ Au final, ce qui revient le plus dans toute ces discussions, c'est que ce sujet est des plus sensibles, mais qu'il est dominé par une vision sociale féministe, qu'accentue d'ailleurs parfois les stupidités masculinistes. Je ne suis pas pour un retour au bon vieux XIXème siècle. Celles et ceux qui militent pour ça sont le plus souvent des républicains et libéraux conservateurs qui veulent revenir également sur tous les acquis sociaux, car ça va de pair (ils sont très cohérents). Mais je suis pour une éducation sur les enjeux réels et profonds de la relation entre les sexes. Une espèce est fortement déterminée par cette relation. Les changements sont des séismes. On peut se dire "advienne que pourra", une vision logique dans l'ancien système religieux où l'histoire était le produit du divin plus que des hommes. Mais l'accumulation historique créé un vaste mouvement de saturation qui n'est pas pour rien dans les recompositions culturelles, sociales, politiques, sexuelles etc… contemporaines. Et leurs interdépendances rend la nécessité de les penser, de les rendre conscientes au plus grand nombre car les marges de manoeuvres à venir nous sont de plus en plus étroites. L'égalité, c'est avant tout la connaissance de soi, de l'autre et du 'nous'.
  Lire la suite de la discussion sur forumfr.com


253149
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages