Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Pour les croyants uniquement...

Témoignage d'internaute trouvé sur forumfr - 17/08/10 | Mis en ligne le 10/05/12
Mail  
| 149 lectures | ratingStar_253135_1ratingStar_253135_2ratingStar_253135_3ratingStar_253135_4
Miq, Notre intelligibilité n'est pas limité au sensible direct. Nous pouvons penser l'atome sans le voir. Mais notre discussion montre qu'il n'y a pas d'intelligibilité de l'être en soi, mais une fiction de cet étantité. Ce n'est pas notre intelligence rationnelle mais notre imaginaire qui comble les trous de notre rationalité pour nous rassurer sur le monde. Car, paradoxalement, ce sont le croyant et / ou le platonicien qui ont besoin de donner une forme totale au monde, d'y placer des réponses à toutes questions en renvoyant si nécessaire l'absence de réponse à l'inconnaissable auquel il donne le nom de dieu, dont à un connu qui comble le risque de manque d'explication. Le matérialiste postule un monde matériel unique et composé d'éléments, au plus profond du sens. De fait il n'y a pas de sens, uniquement de l'existence. Les trous, les explications qui ne suffisent pas ne sont pas un problème. Lier la relativité à la théorie quantique n'est pas encore possible, et alors ? Nous travaillerons pour comprendre. Il y a des chainons manquants dans l'histoire de l'évolution ? Bien travaillons à les trouver. Certains sont plus résistants à telle toxine ? Bien cherchons à comprendre comment… Il y a de la patience dans le matérialisme, et aucune inquiètude sur le monde, pas d'arrière monde, pas de fantôme, pas de monstre tapis dans l'ombre de la chambre etc… Il est vrai que cela implique moins d'enfance donc moins d'émerveillement, puisque moins de crainte. Moins d'émotions simples et instinctuelles. Je crois que c'est en cela que beaucoup voit une déshumanisation et insiste alors sur la nécessité pour l'homme de la spiritualité. Une sorte de peur de perdre tout le charme de l'enfance. A la fin du XIXème siècle, on observe bien cette crainte. Daudet dans un des "contes du lundi" parle par la voix d'une vieille fée : Il y avait des petits enfants qui nous connaissaient par nos noms, nous aimaient, nous craignaient un peu ; mais au lieu des beaux livres tout en or et en images, où ils apprenaient notre histoire, Paris maintenant leur a mis dans les mains la science à la portée des enfants, de gros bouquins d'où l'ennui monte comme une poussière grise et efface dans les petits yeux nos palais enchantés et nos miroirs magiques… De manière générale, la bourgeoisie et l'aristocratie avant elle ont toujours légitimé la foi contre la connaissance, l'obéissance à un ordre établi via l'absence de questionnement. Or il n'y a pas de questions à se poser si dieu n'est pas mis en question. Et s'il est mis en question il n'existe plus car il ne peut pas être un étant parmi d'autre, ce qui n'est plus tout n'est rien. Cet impératif, soit, est une nécessité de notre espèce. Rien ne dit qu'une autre espèce ne possède pas d'autre sens, une autre relation au monde, mais donc un autre monde. Mais cela relève pour l'instant de l'imaginaire. Un imaginaire qui invite le matérialiste, non pas à se dire qu'il s'agit d'un état de fait acquis et indiscutable ou objet d'une poétique sur la forme de cet autre monde, mais à aller y voir un jour et à construire pour ce faire, en ce monde, les moyens pratiques d'y arriver. A ce point, le scepticisme sur le pragmatisme sera de mise car il est utilisable et utilisé aussi bien pour cette poursuite de la quête humaine de soi (le soi de l'espèce) que pour un utilitarisme infantile (l'économie étant la non-science du nombril, de la contingence du foyer, ou du ça pour le dire freudiennement). S'il y a autre chose, donnons-nous les moyens de la savoir mais les suppositions sur sa nature doivent être bien compris comme des suppositions, de l'imaginaire et ne pas être des outils de domination qui d'ailleurs ralentissent l'accès à cette connaissance… Outre la souffrance qu'elles produisent entre temps pour le plus grand nombre. Nissard. Le totémisme, auquel ont cru des centaines de générations d'êtres humains durant des milliers d'année était-il une énorme farce ? (qui a parlé de farce ici ? ).
  Lire la suite de la discussion sur forumfr.com


253135
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages