Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Pourquoi je ne sais pas me faire des amis...

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 22/07/11 | Mis en ligne le 18/05/12
Mail  
| 203 lectures | ratingStar_256574_1ratingStar_256574_2ratingStar_256574_3ratingStar_256574_4
Je cite une conclusion d'un ami ayant vécu une régression… " je ne suis pas une victime pour l'Enfant, ---- Étant encore enfant, je suis toujours dans cet état d'inconscience, Donc je suis à chaque souffle de mon existence coupable, tout le temps, sans raison, inconsciamment méritant s'un chatiment). Oui, ça c'est l'adulte qui le sait par programmation et information, mais il est figé dans l'âme encore enfant, donc il véhicule dans ses cellules inconsciente ce fameux --- je ne suis pas une victime pour l'Enfant. " L'enfant n'est pas victime mais coupable… L'état d'être adulte refoule cela… et ne "veut" pas le recconaître, d'où la résistance psy. Autre chose… Lisez. La solution que je défend pour soigner l'abandon, est de combler le manque alimentant cette sensation d'abandon… Devenir "bébé", régresser mentalement, en se rendant fusionnel et dépendant d'un être aimant représentant le père et la mère pour se combler des câlins, se faire consoler… et ainsi combler ce besoin qui est toute la résistance… Évidémment, il faut oser. ATTENTION PIÈGE. L'être aimant qui vous aidera spontanément, celui qui répond à votre demande, aura de grandes chances d'être un NÉVROSÉ de la peur d'abandon. Névrosé de la peur d'être comme vous… Il conjure cette peur ainsi : il cherche à aider et consoler les gens pour extérioriser les manques refoulés (pour être gentil et aimable : refoulement des besoins de pleurer, pour ne pas être abandonné par les parents. Les câlins en attente supports d'une ambivalence PEUR//BESOIN se voient souvent sur le corps : peau sèche et eczéma ou fragilité du poumon (tristesse refoulée). . Tendance à masquer son être par des parfums, tenue impeccable, gentil, séducteur, aide tout le monde sans attendre de retour : il vous consolera et vous aidera… et il saura pas dire NON… (celui qui aide comme ça tout le monde ne sait pas dire NON, et se confie peu. Il termine souvent des mails courts portant aucunne information sur lui par des bzz ou "bisous" (même entre même sexe). Mais alors, vous, abandonné et en besoin, résolvant ceci avec ce partenaire et en devenant alors en sa compagnie ce qu'il a eu peur d'être vous devenez dans cet échange le support de sa névrose de transfert… de sa peur fondamentale qui lui empêche de dire NON : avoir des besoin et être abandonné. Et si il n'est pas prêt, après vous avoir consolé et comblés, il vous abandonnera au pire moment… quand vous y avez pris goût et avez le plus besoin !! Il est donc à prévoir une phase de latence… et avoir à pleurer tout seul. Abandonné mais déjà comblé, si vous avez eu le temps, cette épreuve difficile est à prendre comme l'épreuve du détachement de la relation fusionnelle. Appliquez là les principes de sagesse des religions qui vous inspirent… Votre partenaire fuyera plutôt que de dire NON sans recconaître qu'il y a un problème : pas le temps, oubli, pas de réponses, il n'y a pas de problème, mais… il ne vient pas. Si votre partenaire de "chialer sa vie" dépasse cela il suffira de lui rendre plus tard la consolation qu'il vous a donné pour qu'il guérisse aussi de sa compulsion inverse de la vôtre par comblement des besoins non résolus de câlins d'enfant qui alimentent la peur d'être abandonnée en évitant l'intimité et l'amitié véritable. Je réfère au document qui incitent à prendre cette voie. Les deux racines des noeuds. Pour bien comprendre ce texte il est préférable d'avoir lu "Les noeuds dans nos relations" . Dans ce texte, j'ai présenté ce que j'appelle "les noeuds" que nous rencontrons constamment dans nos relations les plus importantes. Ces noeuds se manifestent sous la forme d'insatisfactions chroniques devant lesquelles on a une impression d'impuissance. Nous butons régulièrement sur ces difficultés. C'est pourquoi je leur ai donné le nom de "noeuds". Ces noeuds qui nous étouffent et nous empêchent d'avancer autant qu'on le voudrait, prennent racine dans deux genres d'expériences. Aussi étonnant que cela puisse paraître, ils proviennent de nos tentatives de relever des défis de croissance personnelle. Ils proviennent aussi des expériences émotives du passé que nous avons négligé de vivre complètement. Le combat "contre" un besoin est une lutte parfaitement stérile car l'existence du besoin n'est pas soumise à la volonté. À cet égard, les besoins psychiques fonctionnent sur le même modèle que les besoins physiques : on ne le choisit pas. . Céder donc à la dépendance d'une relation fusionnelle et dépendante pour en faire une thérapie… (il y a des règles sinon ça n'aboutit qu'à répéter la "névrose d'abandon). Les règles que j'ai cru découvrir… Faire des séances pontuelles, de durée d'au moins 3h, est espacées de 3 à 6 semaines… et consacrer, environ 1 à 2 ans. Ne pas mélanger cette relation avec la vie, l'amitié… en lui réservant un cadre. Après cette phase de comblement vient la phase… de détachement et d'indépendance. Je laisse parler. Vécu dernièrement… Par mail avec un autre traumatisé de l'abandon, qui lui optait pour la voie du détachement et de l'indépendance (long travail sur lui, méditation, tout ce que j'ai moi même essayé durant 15 ans) mais n'a pas comblé comme moi j'ai pu enfin faire… J'ai defendu et exposé ce que je vous résume ici : accepter l'aide, combler en accepter la dépendance d'abord, se détacher et se rendre indépendant ensuite… Les mails ont en 3 jours tourné en conflit et il a coupé court à la relation rejetant la faute sur moi de l'agresser avec ma démonstration… À quoi bon répéter en effet ce qui… n'avait pas marché à moi. Je défendait une solution qui a fonctionné et qui certes me tient peut être trop à coeur il est vrai… Mais j'ai eu par cet échange de mails une démonstration d'un point essentiel de la rupture de relation de l'abandonnique. Ce sont des gens demeurés à un stade primitif, où toute force instinctuelle et affective semble drainée dans un seul sens, s'assurer l'amour et par là, maintenir la sécurité. Il y a primauté de l'image maternelle et paternelle maternisée pour les deux sexes. Je ressens personnellement cela et fait un lien avec un besoin "androgyne" (ne pas faire de différence entre hommes et femmes dans les échanges de câlins infantiles). Extrait d'un échange de mail avec un autre "abandonné" M'est pas bien loin de p sur un clavier de eeepc701! Je te laisse sur ta phrase. "ma mère a été frustré par mon mère" Que je te renvoie comme preuve de l'enfermement dans l'interne. Il est hautement improbable que je re-réponde avant longtemps. On radote déjà tous les deux, autant trouver des voie avec issue plus profitable a nos énergies respectives. - la peur de la responsabilité : pour éviter ce risque, l'abandonnique ne s'engage affectivement vis-à-vis de rien ni de personne à moins de garanties sérieuses. D'une manière générale, il redoute la responsabilité et a tendance à la rejeter sur autrui. Il est hautement improbable que je re-réponde avant longtemps. On radote déjà tous les deux, autant trouver des voie avec issue plus profitable a nos énergies respectives… Après t'avoir exprimé je ne ne voulais pas poursuivre, il faut que je te demande maintenant explicitement de concevoir mon existence propre qui vit l'intensité de ton besoin de justification comme une agression. J'ai vécu cette échange comme si j'étais un objet pressé pour apporter de l'eau a ton moulin. Et voilà… comment se faire des amis…
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


256574
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages