Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Premier chapitre de mon roman, besoin d'avis !

Témoignage d'internaute trouvé sur forumados - 06/11/10 | Mis en ligne le 20/04/12
Mail  
| 137 lectures | ratingStar_244221_1ratingStar_244221_2ratingStar_244221_3ratingStar_244221_4
Bon, alors tu vas te calmer. Tu postes un truc, t'a reçut des compliments, je te réponds pour t'aider. Proust a écrit "A la recherche du temps perdu" en plus de 20 ans, je ne te demade pas d'écrire comme lui mais prendre un peu plus le temps peut être ? Ensuite, tu met ton texte face a la critique, tu assumes. Je te donne mon avis sur ta surexploitation, je ne m'annonce pas comme diseur de vérité absolue. Tu veux écrire un bouquin ? Tu sais le nombre de personnes qui essaient de se faire publier et n'y arrive pas ? C'est un minimum de savoir se remettre ne question. Je ne suis pas obligé d'aimer ton texte, ok ? Tu l'aimes, bah tant mieux, c'est être fier de soi le plus important. Je pense t'avoir donner mon avis (un avis est subjectif, sale enfoiré de merde ) de manière très sympathique. Reconnais que beaucoup d'internautes auraient pu te donner leur opinion de manière beaucoup plus agressive. Pour mes textes, j'ai écrit celui la dans un style surréaliste pour l'école l'année passée (c'est ce que j'ai fait qui ressemble le plus au tien). Note que je n'ai aucune raison de te le montrer, je ne veux pas t'écraser et j'accepterais que tu ne l'aimes pas du tout. J'ai juste l'a prétention et l'irrespectuosité de te le montrer a ta demande : La commune avait acheté un soleil privé pour le Collège du Tournesol, les passants qui marchaient dans la rue étaient priés de ne pas le regarder. C'était un assez petit soleil, à peine plus grand qu'une étoile, mais il brillait beaucoup plus fort que n'importe quel lampadaire. Les lampadaires étaient d'ailleurs devenus complètement inutiles et la commune les avait revendus à un collectionneur pour offrir des distributeurs de barbe à papa à chaque enfant de l'orphelinat. Seulement, le bourgmestre comprit assez vite que cela se révélerait plus rentable d'acheter des parents aux orphelins et il donna le surplus de distributeurs de barbe à papa ainsi que des anneaux à créer des bulles de savons au Collège du Tournesol. Il avait fallu plusieurs décennie pour créer le Collège du Tournesol et la sénilité grandissante de l'unique architecte avait permis d'inventer une nouvelle forme géométrique, un zigzaguone, qui était composé de courbes et d'angles aigus. Vu du ciel, le Collège du Tournesol ressemblait à un nuage poilu. L'architecte avait fini par mourir, comme tout le monde (sauf vous et moi) , mais personne ne sut exactement dans quelle salle de classe il fut enterrer alors on ne put pas lui remettre sa médaille. Le Collège du Tournesol étant accessible à strictement tout le monde, il avait fallu construire un parking pour les hélicoptères. Certes, certains élèves venaient parfois en bateau mais ils devaient prendre le métro du port à l'école. Les élèves ne suivaient que très rarement les cours quand ils faisaient beau (sauf pour écouter de la musique) car ils préféraient manger des oeufs ou jouer du ukulélé. La devise de l'école étant "n'ennuie personne" (qui avait été, pendant longtemps, exprimé dans un vocabulaire nettement moins poli mais le langage familier manquait singulièrement de classe) , le piano avait été interdit dans la cour de récréation, les toilettes et les couloirs. Les pianistes devaient donc entrer sur la pointe des pieds dans une salle de classe pour ne réveiller personne s'il voulait jouer de leur instrument. Il était évident que chaque élève entrant dans une classe devait saluer le professeur qui s'y trouvait et lui dire ‘au revoir' lorsqu'il en sortirait. Quand il faisait froid, les élèves se ruaient à l'intérieur des salles de classe surchauffées et le professeur devait lâcher son journal et son cigare pour faire bonne impression. Les cours portaient sur les choses utiles pour réussir sa vie professionnelle, tels la corruption, l'abus de pouvoir, la tyrannie et l'hypocrisie. L'on apprenait également à cracher, à faire des sourires forcés et à froncer les sourcils. Ces cours là étant terriblement ennuyeux, les élèves sortaient tous en même temps de la salle de classe et cela formait des embouteillages. Pour passer prioritaires, certains élèves utilisaient le Bidule. Le Bidule était une sorte de tuba attaché au micro-onde, derrière le bureau du professeur, et lorsqu'on soufflait dedans, on vomissait instantanément. Les brancardiers prenaient alors le malade sur une civière. Vu qu'ils avaient une sirène, tout le monde les laissait passer et le malade ne devait pas faire la file pour sortir. Seulement, à force d'être constamment utilisé, le Bidule devenait plein de bactéries. On pria alors les élèves de se faire vomir aux moyens de leurs doigts. Mais il fallut acheter des lavabos pour équiper chaque classe car beaucoup d'élèves avaient leurs doigts sales. Pour trouver les fonds nécessaires à la création des lavabos, l'on vendit les corbeilles a papier. Le Collège du Tournesol équipa le plafond des salles de classes d'aimants (pour remplacer les corbeilles). Les boulettes de papiers, interrogations ou avions en papiers dont les élèves voulaient se débarrasser étaient censé s'y coller mais l'on se rendit compte que l'aimant n'était pas assez puissant alors l'on attacha les bancs des élèves à 3 mètres du sol pour que l'attraction de l'aimant sur les déchets puisse fonctionner. Mais le collège dût équiper les chaussures de chacun de ses élèves de ressorts pour qu'ils puissent atteindre leurs sièges. Malheureusement, certains élèves furent collé au plafond, comme des chewing-gums, à cause de l'aimant. Vu que les concierges ne voulaient pas prêter leurs paillassons volants, le Collège du Tournesol engagea une demi-douzaine de girafe pour retirer les élèves du plafond. Comme personne ne savait comment se nourrissait une girafe, les 6 animaux africains finirent par mourir, après avoir dérangé tout le monde en criant de faim. Personne n'en fût réellement attristé (à part les filles, car elles ont un coeur) car élèves et professeurs étaient d'accord pour dire que "ces bêtes idiotes prenaient un air supérieur en regardant tout le monde de haut" Le Collège du Tournesol avait également des serres incroyables. Des plantes comme des fontaines, avec des fruits salés de la taille de gros abricots mais sous forme de grappes, des fougères rouge sang, des orties et plantes carnivores mortelles pour l'homme ou toute autre espèce vivante. Il y avait des fleurs à rayures ou sans pétale, des arbres sans branche et en spirale, des cactus avec des morceaux de chair au bout, des palmiers violets et un tournesol gigantesque, en marbre, qui avait été bâti en même temps que le Collège. Il y avait également des centaines de plantes produisant des drogues mais, comme les élèves passaient leur temps à les voler, le Collège avait décidé de les commercialiser. Le Collège n'avait ni heure de fermeture, ni heure d'ouverture. Les élèves y allaient quand ils le souhaitaient et en sortaient quand ça leur plaisaient. Mais le Collège, n'ayant pas pris compte du système biologique humain, n'avait pas pensé au sommeil des étudiants et n'avait prévu aucune chambre. Ainsi, des matelas jonchaient le parc, le fond de la piscine et les pistes de bowling. Il y avait également un nombre incroyable de hamacs, terriers ou lit à baldaquin dissimulés un peu partout dans le Collège. Une rumeur prétendrait même qu'un élève aurait installé une tante, quelque part dans la forêt. En été, la neige des pistes de skis collégiales avait fondu et des randonnées étaient prévues pour remplir les caisses du Collège. Chaque élève qui tombait était donc entièrement dépouillé avant que le Collège n'envoie la carcasse du pauvre étudiant (nu) aux familles, en exigeant des frais de port. Cet argent se faisait ensuite multiplier par deux grâce à de subtils placements socio-économiques illégaux. La somme obtenu permettait alors au Collège d'acheter des actions à l'entreprise mondiale Coca-Cola. Il se faisait enregistrer sous différentes nominations mais, à lui seul, il possédait 70% de l'entreprise Coca Cola. Coca-Cola ne se doutait de rien et versait ses bénéfices sur des millions de comptes bancaires différents. En tant qu'actionnaire majoritaire, le Collège du Tournesol dépensait, dans l'ombre, des millions de dollars de la société pour assurer l'accroissement de Coca-Cola. Des publicités étaient diffusées simultanément partout dans le monde et des milliers de cannettes étaient bues à chaque seconde sur le globe. Mc Donald, qui avait été aidé à ses débuts par un mystérieux inconnu, avait signé un pacte avec un certain Monsieur "Fleur" , multimilliardaire aux activités inconnues, pour distribuer Coca Cola dans chacun de ses menus. Ainsi, le Mc Donald devenait une nouvelle sorte de publicité et de propagande pour le Coca-Cola. Les bénéfices distribués aux actionnaires étaient colossaux, plusieurs milliards de dollars, mais le Collège ne s'arrêtait pas là. En se faisant passer pour la Chine, il prêtait des sommes inimaginables aux Etats-Unis d'Amérique. En se faisant passer pour Ben Laden, le Collège détruisit le Walter Center qu'il avait acheté, il y a quelques années, mais qu'il ne trouvait plus assez rentables. Etant donné qu'il avait au préalable assuré ses deux tours, de nouvelles rentrées, que de quelques millions cette fois, accroissaient son patrimoine. Mieux encore, Bush, qui était trop idiot pour que le Collège n'ait eu besoin de le manipuler, avait décidé de lancer une guerre débile sans raison apparente. L'emprunt qu'il fit à la Chine pour organiser une guerre fut tellement grand que le Collège put à peine lui prêter la somme demandée. Mais la quasi-totalité des puits de pétroles du globe appartenaient au Collège, ce qui permis de rentabiliser les coûts, en attente du remboursement de l'Amérique. Les milliards de dollars que le Collège gagnait mensuellement étaient dépourvus d'impôts mais les ASBL et autres associations caritatives bidons que le Collège avait créées pour accroître encore ses bénéfices étaient fortement régulées. Le Collège dépensait généralement la totalité de ses bénéfices en une semaine ou deux pour accroître la taille et le confort de l'école. Ainsi, à chaque début de mois, le Collège était considéré comme l'une des plus imposantes puissances économiques mondiales avant de se retrouver ‘sans un radis' ou ‘dans la dèche'. Le Collège dépensait une énorme partie de son argent dans l'alimentation. A tout moment, il devait être capable de servir un des 53 000 plats qu'il proposait en moins de 10 minutes. Il suffisait d'un s'il vous plaît pour la plupart des plats mais la truffe et le caviar exigeait un merci. En tout cas, le collège se promettait de servir n'importe quel plat qui puisse exister en un temps record, en quantité illimitée et sans faire payer les élèves. Les spaghettis bolognaises à eux seuls avaient douze recettes différentes, le sandwich à l'américain dix-sept et le steak frites quarante-deux. Tous les plats étaient écris à la craie sur un tableau de suggestion qui s'étendaient sur un bon kilomètre et que personne n'avait réellement lu jusqu'au bout. Il était évident que si les seuls cours qu'offrait le Collège consistaient à se préparer à devenir adulte, peu d'élèves continueraient à aller à l'école. Il était possible d'apprendre des choses intéressantes, tels l'écriture de la poésie, jouer au bilboquet, dessiner, peindre, faire du cinéma, de la danse, de la musique ou tout autre domaine s'approchant de l'art. L'on apprenait également à aimer, à gagner confiance en soi et à se faire aimer. Il était possible, dans n'importe quelles matières, de prendre des devoirs à emporter. Les cours qui avaient le plus de popularité était ceux où l'on apprenait à rêver…
  Lire la suite de la discussion sur forum.ados.fr


244221
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages