Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Que lui dire?

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 26/07/11 | Mis en ligne le 15/04/12
Mail  
| 197 lectures | ratingStar_241740_1ratingStar_241740_2ratingStar_241740_3ratingStar_241740_4
Merci beaucoup vraiment pour vos avis. Je dois avouer que la qualité de vos réponses m'a surpris, car Je n'ai fourni qu'une description assez sommaire somme toute. Vous avez pris le temps de réfléchir sincèrement à la situation, alors je vous remercie pour cela. Mon opinion était celle que résume très bien leeroy29: elle m'apprécie, elle est un peu tactile, et pose les limites. C'est comme cela en effet que je me représente la situation. Ensuite phoenix et bulleoflove, vous soulevez plusieurs problématiques. D'abord ce que je veux. Ça, je dois dire que je m'attendais à être interpellé la dessus. C'est vrai, au début je n'étais pas capable de répondre à cette question, car ça m'est tombé dessus pour ainsi dire, sans que je le recherche. Mais j'ai eu le temps d'y réfléchir. Aujourd'hui, je sais que ne veux pas renoncer à ma famille. Et pas que pour de mauvaises raisons de stabilité ou de facilité. J'aime encore ma femme, même si la flamme amoureuse s'est dissipée. Quand je suis tombé amoureux de ma collègue, je me suis d'abord demandé ce qu'il m'arrivait. Je me suis demandé si le fait d'être tourmenté ainsi par une autre ne signifiait pas que mon couple était mort. Je me suis demandé s'il ne fallait pas que je quitte ma femme, même si ma collègue ne voulait pas de moi. D'ailleurs, sans trop rentrer dans les détails, nous avons eu une discussion ma femme et moi, car je n'ai pas réussi à tout cacher. Nous avons envisagé un break. Ma femme a très bien réagi aux événements. Elle a compris que j'étais perdu, et elle ne s'est pas braquée, même si elle a souffert. Je ne lui ait pas dit qui me tourmentait, mais je pense qu'elle l'a deviné. En gros, elle m'a donné son feu vert pour coucher avec elle. Elle pense que j'ai besoin de cet écart, qu'elle ne peut pas lutter contre cette attirance, et que si ça se faisait, je passerais peut-être à autre chose et cesserais d'être obsédé par elle. Ça peut paraître hallucinant, mais je trouve que c'est très sensé et très courageux de sa part. Pour moi, c'est aussi une sacré preuve d'amour. Nous avons été fusionnels à nos débuts, et ma femme a représenté beaucoup pour moi. Et puis elle a eu des difficultés que je ne veux pas évoquer, mais qui m'ont forcé disons à prendre mon indépendance. Je pense en effet, comme tu le dis bulleoflove, que j'ai besoin de retrouver cet état de fusion et que c'est ce que je recherche avec ma collègue. Quand j'ai compris ça, j'ai compris aussi qu'en réalité la question n'était pas que je n'aimais plus ma femme, mais que j'avais un problème affectif. En tout cas, que j'ai un déséquilibre, ou des frustrations en effet. Et que, à supposer que mes désirs les plus fous se réalisent, que ma collègue me déclare sa flamme, et que l'on file le plus parfait amour, au bout d'un moment, je me retrouverais face aux mêmes problèmes, et j'aurais simplement causé beaucoup de gâchis pour en revenir au même point. Alors non, rationnellement, même si ma collègue n'attendait que cela, ce qui n'est pas le cas, je ne voudrais pas quitter ma femme pour elle. Mais je n'ai pas résolu mon problème affectif pour autant, et je suis toujours très amoureux de ma collègue. Et puis cette analyse reste aussi un peu simpliste, ou en tout cas réductrice. Car ma collègue est belle et séduisante, certes, mais elle a aussi une personnalité qui sur certains points s'oppose complètement à la mienne. Ce n'est pas pour rien qu'on dit que les opposés s'attirent. Elle a les qualités qui me manquent le plus, et je réalise que ma passion n'est pas gratuite. Elle est aussi d'une certaine manière la personne qu'il me faut. Je veux dire par là qu'on pourrait disserter sur pourquoi je suis fragile et pourquoi je tombe trop facilement amoureux, il n'empêche qu'il y a du vrai et de l'authentique dans ce que je ressens pour ma collègue. Je suis donc aussi absolument sûr de mes sentiments pour ma collègue. C'est elle et pas une autre, et il y a des vraies raisons à cela. Et puis on peut rajouter aussi le fait que je n'ai connu que peu d'expériences amoureuses avant ma femme (même si j'en ai eu) , et que je fais une sorte de crise de la quarantaine un peu avant l'heure. Ça c'est le côté désir physique, besoin d'aventure, qui jouent aussi. Bref j'arrête là pour les digressions psychologisantes lol. Tout ça pour dire que même si j'ai réfléchi à la question, eh bien non, je ne sais toujours pas ce que je veux. Je sais une seule chose : je suis amoureux de ma collègue. Je gère donc le quotidien d'une façon qui ne m'engage pas : je suis poussé vers elle, et ça, c'est irrésistible. Je fais tout pour être avec elle et me montrer au top avec elle. C'est un tel bonheur, mais je le paye aussi de profonds accès de déprime quand elle se montre distante. Il y au eu des périodes où j'étais vraiment très mal. Et j'ai du mal à gérer mon couple évidemment, à protéger ma femme et à la retrouver tant que je suis dans cet état. Concrètement, je n'agis donc pas. Je reste éternellement dans la séduction et l'amitié sans passer la vitesse supérieure. Alors ensuite vous avez entièrement raison : je me défausse sur ma collègue, et je lui laisse prendre les décisions pour moi. Quoiqu'elle décide, je me rangerai à ses décisions. Je ne peux pas les prendre moi-même. J'ai conscience qu'il y a une forme d'immaturité de ma part la dedans, et c'est peut-être pour cela qu'il ne peut rien se passer avec ma collègue. En fait, c'est vrai, pour qu'il se passe quelque chose, il faudrait qu'elle fasse elle-même le premier pas. Mais quoiqu'elle ressente ou non, elle ne le fera pas. Ça je le sais aussi. Nous avons d'ailleurs déjà eu une discussion sur ce thème (générale lool, pas nous concernant directement). Elle est féminine, et elle a l'habitude d'être courtisée. Elle ne fera pas ce geste, je pense presque pour son égo et son image d'elle-même. Elle, elle joue parfaitement son rôle de femme. Elle sait se faire désirer, mais elle n'attaquera pas. Enfin, phoenix, tu m'as étonné en laissant entendre que ma collègue s'intéressait à moi. J'avoue que ça m'a fait trèèès plaisir de le lire lol. Même si cela était faux, c'est toujours agréable à lire. Mais malgré tout je pense que leeroy est dans le vrai. Elle pose les limites. Je vais donner 2 exemples de sa manière de recadrer notre relation. J'avais réussi à combiner il y a quelque mois d'aller boire un verre sous prétexte qu'elle me présente 2 de ses amies. Elle a accepté, mais elle a pris ses précautions, en demandant à son homme de nous rejoindre à la fin. Et le lendemain, elle m'a dit : la prochaine fois, vient avec ta femme ! Qd même loool ça veut bien dire : ok pour sortir, mais va pas t'imaginer un sens que cela n'a pas. Encore la semaine dernière, alors qu'on se faisait un restaurant le soir à 4 pour fêter un anniv, elle n'a pas voulu enchainer sur un verre car elle voulait retrouver son homme. C'est-à-dire qu'elle évite les situations qui seraient trop ambigües. Enfin, j'ai parfois timidement lancé quelques perches. QQ jours avant un départ en vacances, je lui ait dit une fois qu'elle allait me manquer. Elle a esquivé, elle a changé le sujet. Mais c'est vrai que le lendemain elle était quand même particulièrement amicale. Ça lui avait fait plaisir. Il y a aussi des choses très concrètes qui me montrent qu'elle n'est pas amoureuse : elle oublie mes dates de congés par ex, ou ma date d'anniversaire. En tout cas, ton discours sur le "jeu", et le fait que somme toute peu de gens jouent véritablement, je l'ai trouvé très convaincant. Si je résume mon histoire avec ma collègue, je dirais qu'on s'est d'abord bien entendu et que l'on s'est plu. Ensuite je suis tombé amoureux, et elle, elle a gardé la tête sur les épaules. Je lui ai alors beaucoup couru après, et elle m'a manqué terriblement. Elle ne m'a pas rejeté, et dès lors on est devenu proche. Je garde quand même de ce passé l'idée que je suis en situation d'infériorité par rapport à elle, parce que j'ai été très demandeur, et que je suis à l'initiative de notre relation. Mais peut-être a-t-elle finie pas se bruler un peu les ailes. Ce n'est pas tout-à-fait impossible. On se parle des heures et des heures, et ça depuis si longtemps. Si je ne vais pas la voir, je lui manque. Mais elle a continué de faire sa vie, et sa vie avec son homme est maintenant solidement construite. Que se serait il passé si j'avais eu l'énergie de forcer un peu le destin ? Après tout, peut-être bien que ses résistances se seraient envoler, ce n'est pas impossible. Mais je manque d'expérience et de savoir-faire, elle me tétanise trop, je ne sais de toute façon pas créer les conditions propices à l'action, je ne la domine pas assez, je ne suis pas suffisamment en confiance. Je pense quand même à cela parce que ce soir, nous sommes rentrer ensemble, nous avons pas mal papotés, et elle se rangeait à mes arguments que je trouvais moi-même légers, elle abondait quand même outrageusement dans mon sens, avec un regard, vraiment, un regard qui me fait douter, qui je trouve à changer, peut-être sent elle aussi le compte à rebours, ou est-ce moi qui divague parceque je suis trop charmé, comment savoir. Mais bon, c'est très bien comme cela, c'est sans doute pour le mieux. En fait, ce que je voudrais, avant de la laisser partir, c'est lui témoigner quand même un minimum combien elle a compté pour moi. Je n'ai pas envie de partir comme un voleur, mais je n'ai pas envie de l'accabler non plus d'une déclaration pathétique. Je pense que je vais agir un peu comme tu le suggères phoénix, c'est-à-dire lui dire combien je l'ai appréciée et qu'elle va me manquer énormément. De manière très simple. Et elle reste dans la même ville. Je ne pense pas que l'on perdra contact, je pense le contraire même, mais rien ne sera plus tout-à-fait pareil. Merci à vous. Je vous tiendrai au courant des derniers événements.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


241740
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages