Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Que pensez vous du debat sur l'identite nationale?

Témoignage d'internaute trouvé sur forumfr - 24/01/10 | Mis en ligne le 02/05/12
Mail  
| 167 lectures | ratingStar_249414_1ratingStar_249414_2ratingStar_249414_3ratingStar_249414_4
Il y a un grand paradoxe que peu de gens savent résoudre. D'un côté, tout le monde s'accorde à définir l'identité par le "caractère permanent et fondamental d'une personne qui fait sa singularité ". Mais de l'autre, beaucoup rejettent le fait qu'il n'y aurait qu'une seule manière d'être français. Du coup, la solution : "faire émerger ce qui est commun entre les gens d'aujourd'hui qui sont différents". -Ce qui est commun ce sont nos valeurs!! -Et que la France c'est le pays des Droits de l'homme!! -Liberté, Egalité, Fraternité!! En résumé, l'unité commune des français, l'héritage commun de Jean et de Daniel serait des concepts plus que des réalités. Personnellement, j'aimerais dire ce que je pense être mon patrimoine commun avec les autres français. Déjà, je suis français parce que j'ai une culture. Cette culture, mes parents me l'ont transmise et je prends plaisir à l'accomplir aujourd'hui. Accomplir non pas forcément des valeurs parce que j'estime que l'humanité, le partage, la fraternité peuvent être autant italiennes que françaises, cambodgiennes ou namibiennes. Mondiales. Non, cette culture, c'est celle qui coule dans mes veines. Elle me fait dire justement que suis français et pas italien. Elle se traduit plus en émotion qu'en action. J'arrive à Lyon et même si je n'y habite pas, je m'y retrouve. Je pars pour Quimper et même si je ne viens pas d'ici je m'y retrouve. Les éléments qui les composent me sont familiers. Premièrement au sens historique du terme, je sens qu'une civilisation familière, sur le même sol, y a bâti cette immense cathédrale qui m'oriente dans la ville. Deuxièmement parce que les gens avec qui je converse prennent plaisir à me faire découvrir leur patrimoine régional qui constitue au final un seul élément : la France, mon patrimoine. Mais eux-même en me parlant, ils m'offrent de leur personne, leur petit accent, leur tradition, leur histoire. Et je sens qu'ils sont mes semblables pourtant, et je suis fier que peu à peu, en visitant la France, ces milliers de parcelles humaines et culturelles se regroupent pour qu'au final je me sente fier qu'une ville soit Lille ou Perpignan fasse partie de mon pays. Et tout ce qui rattache ces villes, c'est non seulement l'Histoire de France, mais c'est leur langue commune, si riche car développée aussi originalement, pour qu'au final même si les cathédrales picardes sont gothiques et les églises en Auvergne romanes, au fond elles sont françaises. Et moi un homme athée, un homme passionné par les langues étrangères, comment puis-je me sentir si bien dans mon pays, aimer une culture dont je suis fier, un art commun et en même temps admirer la culture italienne ou la Grande moquée du Caire ? Est-ce finalement si incompatible ? Et pourtant on me reproche de penser comme cela, on me dit qu'être français c'est une manière d'être, que le monde entier peut être français, que des personnes se sentent mi-algériennes mi-françaises, un peu de chaque. "Je suis un français africain." Si, moi, un homme français simple et sans prétention, j'allais m'installer en Chine ? Je m'y fait même naturalisé chinois. Je proclame haut et fort à ma famille : je suis chinois désormais. Le temps passe. Les chinois ne semblent pas me faire de reproches, ils sont même fiers de me présenter leur culture, comme moi avec un touriste étranger je suis fier de lui montrer les trésors de ma terre. Je l'adopte cette culture parce que conventionnellement… Mais au fond, dans tout mon être, j'ai un écho. Un écho qui me rappelle comment je suis né, ce que mes parents m'ont enseigné, pourquoi ma place est là-bas. Il me détruit tout autant qu'il me rend nostalgique de cette communauté à laquelle je suis fier d'appartenir. J'ai le mal du pays. Et durant toute ma vie, j'aurai beau me forcer à me forger une nouvelle identité, à ce que les gens biens m'acceptent, je ne pourrai toujours qu'être moi-même. Je suis mal à l'aise. Parce que je suis sûr que des gens se sentent mal en France parce qu'ils ne sont pas accepté d'une part puis parce qu'ils ont mal. Ils ont une culture qu'ils ont en eux et ils doivent la modifier pour être comme ces personnes. Cela n'empêche. La portugaise est fière d'avoir dans son pays des pierres du passé, l'héritage d'une immense civilisation qu'elle porte et elle le clame. Sa nouvelle terre est une terre d'accueil, qui lui apporte beaucoup mieux que la misère de là-bas. Mais au fond, si là-bas, elle manquait aussi ? Si là-bas, les autres attendent son aide, son bras pour construire une Nation forte comme avant. Le Portugal d'aujourd'hui, qui se remet peu à peu, ne doit qu'à ceux qu'ils l'ont relevés. Retournera-t-elle pourtant là-bas ? "Ce n'était qu'en attendant, ici. Mais maintenant je peux". La France d'aujourd'hui se plaint mais elle est la conséquence de son développement. Industrialisation massive, erreurs coloniales, elle s'est détournée non pas de ses valeurs mais des valeurs mondiales. Elle a fait croire que chez elle, c'était pour tout le monde, du moment surtout à ce qu'on se tue pour la développer. Ça y est. Développée. Mais… plus besoin de vous. Mais, nous, on est comme vous, vous nous l'avez dit! Encore aujourd'hui, on naturalise une île et en une moitié de seconde tout le monde est français youpi. Mais personne ne parle français. Personne ne connais Rabelais. Et surtout, tout le monde s'en fout! Alors il faut faire un choix : -économique. Ou. -culturel. Les deux sont impossibles. Certes, on dira "les Etas-Unis ont fait du métissage un moteur". Les Etats-Unis sont une civilisation ou un mélange de civilisations ? Le Moma est l'un des plus grands musées au monde. Ses collections sont-elles le reflet d'une culture propre ou d'un assemblage d'oeuvres venues du monde ? Les Américains n'ont-ils pas des valeurs communes plus qu'un héritage commun ? Le pays américain souffre d'énormes divisions, d'abord sociales mais aussi identitaires. Il y a des communautés. Du coup soit être américain c'est être comme les "premiers arrivés" et être blanc et l'on comprend alors une société très instable. Cependant, si les communautés ont la possibilité de garder leur identité tout en étant américaines, c'est à dire regroupées sur une même "valeur", sur ce principe, le pays s'en sort bien. C'est un état d'esprit au final. Cela, est indéniablement lié à leur construction, leur Histoire et ils peuvent être considéré comme un pays. Mais les Etats-Unis, la France, au final c'est la même chose ? Pas encore. Cela pourrait devenir la même chose. Tout le monde sait que si différentes cultures sont associées à un même territoire, forcément l'une voudras revendiquer sa primauté sur l'autre ou bien elles acceptent leur égalité et dans ce cas-là il n'y a pas une culture mais des cultures. On voit d'ailleurs quel problème pose le fait d'obliger quelqu'un à se "convertir" à UNE culture. Cela reviendra à sacrifier le passé, l'héritage transmis, pour, pour… la paix. Et c'est déjà pas mal c'est vrai. Peut-être que ce sera la solution de dire France=valeurs. Comme si c'était si simple. Tout ce qui est sûr, c'est que la France doit assumer ses erreurs. Le moyen d'effacer ces blessures, qui touchent les français et les français d'origine étrangère, sera déjà la démagogie, pour bien faire comprendre que l'on accepte la diversité tout en revendiquant une même culture, plaire aux deux camps alors que c'est impossible. Et je suis blessé car le passé, qui a tant servi à l'homme pour se repérer, est réduit à néant et à la fois je suis blessé pour ceux qui ont intégré mon pays et qui se sentent mal. Je ne suis contre personne, comme tout le monde du reste. Je serai même prêt à sacrifier mon patrimoine pour l'Humanité, pour la paix du monde. Je suis contre ce racisme qui divise les hommes bien que de me sentir différent de ceux qui arrivent me rend raciste aux yeux de certains. Là est aussi le problème. Je peux aimer ma France et ne pas me sentir marocain mais trouver que le Maroc est une civilisation aussi riche que la France. Je ne l'abaisse pas en disant que je suis différent. Tout le monde souffre. Oui ce débat est utile pour nous exprimer, tous, mais j'espère qu'au moins il ne s'attend pas à trouver une solution pour tout le monde. La seule solution, on l'a dit, c'est l'Humanité. Rassemblons-nous s'il le faut mais pitié que personne ne me dise qu'on aura la même identité.
  Lire la suite de la discussion sur forumfr.com


249414
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages