Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Retrouver confiance

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 24/07/10 | Mis en ligne le 14/05/12
Mail  
| 147 lectures | ratingStar_254953_1ratingStar_254953_2ratingStar_254953_3ratingStar_254953_4
Bonjour Lilama, En réalité les inconscients s'attirent. Le hasard n'existe pas vraiment, les attirances sont créées par deux inconscients qui cherchent a régler des problèmes, aussi et même surtout, avant qu'un véritable travail de connaissance de soi même aie eu lieu. Quand ces deux inconscients se retrouvent, si je puis dire, il y a une sorte d'idéalisation de l'autre, un manque de réalisme, une difficulté a reconnaitre l'autre pour ce qu'il est vraiment, projections intenses et souvent totalement inconscientes, petit a petit elles s'effondrent, les illusions tombent, les déceptions commencent et les inconscients se révèlent avec leurs bagages de vie, le vrai travail débute, il y a alors possibilités de régler ses vieux conflits, mais beaucoup de gens ne comprennent pas ce qui se rejoue. C'est ce qui provoque tant de séparations. Ce qui n'est pas réglé chez soi et chez l'autre, qui reste inconscient, s'attire comme deux aimants qui se rencontrent. Et il y a de multiples combinaisons possibles. Je trouve la réponse de passagerre tout a fait juste et je pense que les "peut être" n'ont même pas de raison d'être. La piste est correcte, libératrice et a approfondir. Il n'y a pas seulement manque de confiance en soi, mais aussi manque de confiance en l'autre. De toute manière le manque de confiance en soi, induit le manque de confiance en l'autre et réciproquement. Nos comportements provoquent chez l'autre des réactions et récriproquement aussi. Quand le problème avec le père est encore vivant mais pas assez mis en lumière, il se reproduit dans le couple sous une forme parfois légèrement différente, afin que la problématique de l'enfant en soi, du manque d'amour et des émotions ressenties par l'enfant en soi, puisse être résolue par les prises de conscience. Quand l'autre s'en va et ce même si nous avons contribué par nos comportements a son départ=>la souffrance du petit enfant ressurgit, la peine, la colère, ainsi que ce qui a été capté dans l'ambiance familiale par l'enfant lors de la séparation des parents. Il y a donc un tri considérable a faire, entre soi et les autres, entre la situation présente et la situation passée, entre les divers émotions qui nous assaillent. C'est un travail de conscience, sans jugement, accueillir, voir en face, trier, parler, poser les mots sur les maux du moment mais surtout du passé qui ont fini par créér une situation similaire, qui provoque le même type d'émotions, de ressenti, de comportement parfois. Le manque de confiance en soi ne fait pas forcément partir l'autre, en effet, mais quand le père s'en est allé, alors la femme (ou l'homme) provoque inconsciemment une situation similaire pour rejouer et faire ressortir sa souffrance enfantine afin de pouvoir la soigner a l'age adulte. Parfois l'enfant a été bien entouré, écouté, compris dans sa souffrance intime, le père a été présent malgré son départ de la cellule familiale, un autre homme a pu être la, etc etc, alors cela est revécu autrement. Cela dépend de ce que l'enfant a reçu aussi dans ce moment éprouvant pour lui, toujours… Quand cette souffrance est soignée, il se passe deux choses, soit l'autre part pour des raisons qui lui appartiennent, il y a alors tristesse naturelle, un deuil passager a faire, mais on se sent fort (e) ,capable, autonome, la vie reprend vite ses droits, on n'est minimement touché dans notre estime de nous mêmes, on retrouve un compagnon si l'envie est, on assume sans problème majeur. Mais quand la souffrance n'est pas soignée, il y a alors blessure d'abandon répétée, cela touche directement dans la souffrance encore vivante même si refoulée dans l'inconscient ou a mi conscience, il y a souvent dépression, sentiment de ne rien valoir sans le regard de l'autre, perte de confiance en soi, perte d'estime de soi, isolement social, colère intense et parfois refoulée a nouveau, peine disproportionnée, etc etc etc… C'est le bon moment pour accueillir tout cela, pour oser demander l'aide qui n'a pas été reçue enfant, pour poser ses mots sur ses maux, pour faire grandir ainsi la part en soi qui est restée infantile et qui a besoin de murir pour pouvoir vivre enfin une relation de couple ou il est possible de se réaliser en tant qu'individu pour s'épanouir ensuite. Le hasard comme tu dis, n'en est plus un, parceque la conscience est établie, le choix est désormais différent. Ce n'est pas affaire de culpabilité, la culpabilité est aussi un sentiment enfantin, c'est affaire de conscience, de conscientiser les processus, de conscientiser ce qui a vraiment été, de conscientiser la souffrance refoulée de l'enfant qui induit forcément des souffrances a l'age adulte. Je suis affirmative, c'est vrai, désolée ; c'est un processus éprouvant mais que je connais bien et que j'ai observé a de multiples reprises.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


254953
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages