Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Sensibilité au monde différente ? quel avenir ?

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 02/03/10 | Mis en ligne le 18/05/12
Mail  
| 141 lectures | ratingStar_256544_1ratingStar_256544_2ratingStar_256544_3ratingStar_256544_4
Et bien Val&rie… Dis donc il me parle ton message. Je ne comprends pas tout à fait quand tu dis "Mais croire à la "dure loi de la jungle" n'est qu'une manière de justifier son propre comportement" ? Tu veux dire quoi par justifier son comportement ? POur ce qui est de lui faire prendre conscience de ses responsabilité, oui, mais c'est difficile. Avec ma thérapeute j'en ai discuté, et elle me dit que je suis très lucide sur ses mécanismes, et que ma difficulté est de ne pas entrer dedans… parce que. 1/ je vais vers le conflit, on s'engueule, on met de la distance, chacun chez soi, et ça lui donne raison "c'est le pauvre malheureux tout seul, je le laisse, je suis la méchante qui va très bien avec ça (croit-il oui oui !! Alors que ce n'est pas vrai je suis profondément triste, je lui ai dit, mais la raison n'a plus lieu dans la prise de pouvoir de la névrose). 2/ j'arrête les choses, j'essaye de lui faire voir le mauvais fonctionnement, je refuse d'entrer dedans, et là encore il a du mal, parce qu'il a l'impression que c'est moi qui dicte le rythme de la relation discussion, que j'impose ce que je veux ou non, et qu'il n'a pas le choix. Il a l'impression de devoir battre sa couple sans cesse, et que moi je ne fais rien !! Or c'est faux, je refuse d'entrer dans le jeu de victimisation. Je lutte pour conserver une certaines sérénité entre nous. Et si en discutant, car c'est quelqu'un qui discute énormément, qui est beaucoup dans la parole, on commence à discuter de ses ressentis de mes ressentis, si je commence à poser des hypothèses des peut être ? Sur sa violence ses révoltes (évidemment il y a des liens flagrant avec son vécu son père, absent, qui ne s'est jamais révolté de situations révoltantes de sa jeunesse, d'un grand père qui a décidé pour la vie du père de mon ami… une mère qui en plus a muselé ce père qui n'avait pas la force de s'affirmer, une mère qui a manipulé les enfants pour mettre ce père sous silence, en solitude seul…). Alors là, parfois, ma tentative d'approche d'éléments pouvant apporter un peu d'éclairage de cette situation, par mes expériences d'années de thérapie, d'intérêt pour cela, j'ai moi aussi beaucoup lu sur les mécanismes relationnels, de communication,… et bien, il se sent rabaissé, car "je sais" dit-il, avec mes années de thérapies, il a l'impression que je pense et lui donne des réponses à sa place !! Or ce n'est pas le cas, mais là dessus, j'ai vite renoncé, et j'ai refusé à tel point d'entrer dans son jeu de tentative de culpabilisation/victimisation, que c'est cela, qui l'a incité à commencer à consulter… Ce n'est pas mon job, et comme il y a des affects entre nous, ça ne peut rien donner que le renvoyer à ses problèmes face à moi. J'ai parfois l'impression que je suis contrainte au silence… - silence sur cette révolte sociale, car ça ne m'appartient pas et quand même je vois et constate et suis d'accord avec son message de fond, le fait qu'il n'arrive pas à transmettre la violence qui selon lui en fait partie intrinsèquement, lui pose problème… ne pas accepter de prendre tout, est synonyme de "se suffire de ce que la société nous apporte" or il ne veut pas cela… et ne peut pas cela ! - silence sur lui, car il se sent "jugé" oui, "écrasé" "enfermé" même dit-il !! Si je pose un peu trop ce que je suis… - silence sur moi, car ce que je suis lui pose problème. J'ai donc décidé de voir ce que la thérapie apporte, et de rester moi, même si ça lui pose problème, ce n'est pas mon prioblème, et si ça pose trop de problèmes à la relation, si ça ne change pas malgré des mois de thérapie, j'envisagerai à ce moment là. J'ai commencé aussi à noter, des choses des situations paradoxales, ou avec certaines situation, j'ai l'impression de devenir folle. Un jour il dit "ah moi j'aime ça, j'ai envie de cela" et 2 semaines après je l'entends dire le contraire "ah non ça c'est pas pour moi"… Des situations où il tente de me mettre dans la situation de venir le culpabiliser. Il culpabilise d'une chose et je ne m'en rends compte que quand il vient me chercher dessus, une façon de faire, pour SE donner à LUI même raison, de quelque chose qui ne m'appartient pas du tout… (genre il n'a pas fait une chose qu'il a dit faire en journée, moi je m'en fiche, en plus car c'est pas forcément pour moi, ou pour nous, et il vient poser des mots, des phrases, pour arriver à une situation où il aurait l'impression que je lui reprocherait ça" C'est hallucinant. Enfin bon j'essaye de rester zen mais ce n'est pas facile.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


256544
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages