Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Trop gentil pour être heureux. le syndrome du chic type

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 19/10/11 | Mis en ligne le 18/04/12
Mail  
| 381 lectures | ratingStar_243091_1ratingStar_243091_2ratingStar_243091_3ratingStar_243091_4
Suite à mon expérience perso et mes rencontres, le tout renforcé par mes lectures, j'ai eu l'envie de faire partager ces quelques réflexions sur une tendance comportementale de plus en plus répandue : Le bon garçon (réf : Robert Glover "Trop gentil pour être heureux. Le syndrome du chic type"). -Les bons garçons sont charmants, tendres, à l'écoute, pleins d'humours et de fantaisie… les mâles doux seraient donc de plus en plus nombreux… malheureusement, après avoir donné le meilleur dans leur couple, ils s'en échappent dés que possible et soudainement. Ils ont la fâcheuse tendance depuis toujours à se conformer aux exigences et normes féminines jusqu'au moment où ils lâchent ce personnage, et ce tout à coup. -Les femmes veulent des compagnons attentifs (il ne se passe pas une journée sans que je l'entende ! ) mais ces derniers, dans l'intimité n'osent guère exprimer leurs désirs-notamment sexuel- ni parler de leur problème professionnels. Serviables, ils se plieraient en quatre pour que leurs compagnes soient satisfaites. Ils ont peur des conflits et veulent avant tout se faire aimer, rejouant là une forme de séduction qu'ils ont développée face à leur mère. Mais soudain, parce qu'ils ont toujours refoulé leur agressivité, ils se retrouvent parfois à faire le pire : et oui, après avoir tout donné à sa compagne vénérée, le bon garçon quitte parfois le navire… pour une autre ! "Mais attention, prévient le Dr Jean-Paul Mialet, dès que la nouvelle femme a repris la main, le gentil toutou réapparaît."Autres échappatoires à leur profil si lissé pendant tant d'années : l'infidélité, l'addiction au jeu ou à l'alcool, le harcèlement envers leurs collègues de bureau… Le postféminisme a donné naissance à cette nouvelle catégorie d'hommes "préadultes". À force de leur envoyer des messages contradictoires : "le rôle du père est fondamental" et, en même temps, "les pères sont une option" ; ou "nous aimons les hommes qui ont confiance en eux" et "nous refusons toute marque d'autoritarisme" , les femmes auraient accentué la crise identitaire d'un mâle incertain. La solution ? Pour le Dr Jean Paul Mialet "il faut répartir les pouvoirs entre les deux sexes, cet équilibre se basant sur le respect de l'autre et par le besoin de préserver le lien. Mais certains, par défaut de construction, sont incapables de défendre leur territoire. Cela se rencontre aussi bien chez la femme que chez l'homme. La crainte de perdre son conjoint, quand il y a une fragilité abandonnique, place dans un état de dépendance qui justifie toutes les concessions. Trop de concessions rendent la situation irrespirable et dès qu'une ouverture (souvent illusoire) se présente, on lâche ! " Autrefois, il suffisait de suivre le mode d'emploi pour fixer les rôles. Aujourd'hui, chacun doit oser affirmer ses désirs, sans agresser l'autre. Les bons garçons sauront ils muer ? Je précise que je ne me reconnais pas dans ces "bons garçons", je n'ai pas leur pathologie… mais il m'est arrivé à quelques reprises, par faiblesse ou suite à une trop longue solitude, d'user de leurs stratagèmes pour obtenir et essayer de maintenir une relation… au final, ça ne fonctionne pas, en tout cas pour moi, car ma vrai nature ne tardait pas à reprendre rapidement le dessus. Cet état de dépendance "de circonstance" ne me convenait pas et étant mal à l'aise dans ce type de relation, je n'avais qu'une envie, reprendre ma liberté ! Mes références : -Dr jean Paul Mialet "Sex Aequo" -Robert Glover "Trop gentil pour être heureux. Le syndrome du chic type" -Maryse Vaillant "Les mères font des fils, les femmes font des hommes.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


243091
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages