Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Un mensonge, mille fois martelé, n'en reste pas moins un mensonge.

Témoignage d'internaute trouvé sur france2
Mail  
| 115 lectures | ratingStar_281320_1ratingStar_281320_2ratingStar_281320_3ratingStar_281320_4
RETOUR VERS LE FUTUR. Par Claude Bensoussan. Un mensonge, mille fois martelé, n'en reste pas moins un mensonge. Et pourtant, dans le contexte moyen oriental, il est vite devenu vérité. Surtout quand il est repris en boucle sur tous les vecteurs de l'information. Information outrancière souvent. Combien de fois, n'avons-nous pas été frustrés lorsqu'un reportage à charge contre Israël, mensonger, et nous y avons-nous-même cru parce que les images parlaient d'elles-mêmes, était démenti quelques jours ou semaines plus tard, sous la forme d'un entrefilet en page 30 du quotidien ? Souvenez-vous de ce palestinien, la tête en sang, soit disant tabassé par un policier israélien, sur le Mont du Temple, il y a quelques années. C'était une immense photo en première page du journal. En réalité c'était un étudiant juif américain, presque lynché par des arabes et que le policier protégeait. N'oubliez jamais. Dans la même veine, le 4 février au journal de 20 heures, sur France 2, un reportage remet les pendules à l'heure, ou tente de rétablir une parcelle de vérité. Les hôpitaux bombardés par Tsahal, et les écoles aussi, étaient bien utilisés comme bases de lancement de roquettes, Et comme entrepôts d'armes. Des témoins arabes, sous couvert d'anonymat, le visage flouté par la caméra, désignent le Hamas comme directement responsable des carnages. Un ambulancier, sur place au moment des faits, se fait tancer juste après le reportage, est ensuite attiré à l'intérieur de l'établissement et en ressort blessé. Il s'adresse ensuite au caméraman de la chaîne française en criant "je ne vous ai rien dit hein, je ne vous ai rien dit ! Dites leur que je ne vous ai rien dit ! " . Ses jours sont comptés… Il en est de même du responsable en chef de l'UNRWA qui accuse ouvertement l'organisation terroriste du califat hamassien, d'avoir volé des milliers de couvertures et de denrées alimentaire destinées aux habitants de Gaza. Si ces barbares sont capables de priver de nourriture leurs propres frères, ils sont aussi coupables d'avoir utilisé des ambulances pour transporter leurs armes. A l'assertion "les soldats de Tsahal ont-ils volontairement tiré sur des ambulances ? " , la réponse est "Oui lorsque celles-ci servaient de transport aux terroristes armés" . Et comme nous n'avons pas vu dans les reportages hautement "objectifs" du conflit, un seul de ces vandales, blessé, les ambulances ne leur étaient d'aucune utilité médicale. CQFD. D'un mensonge à l'autre. La capacité de l'Iran à fabriquer des armes nucléaires est une énigme. Non parce que nous ne savons pas ce qu'il se trame aux confins de Chiraz et Bushehr, mais bien pour le poker menteur qui s'y joue. Et c'est El Baradei, directeur général de l'AEIA qui a la main. Il a toutes les cartes et sait très bien s'en servir. Il y a quelques jours, il déclarait que la bombe iranienne était pour cette année. Puis, quelques heures plus tard, il parlait de trois à quatre ans. Et encore, qu'il n'est pas sûr de la présence de composants militaires dans le programme nucléaire iranien. On se demande pour qui roule El Baradei… Les américains ont déclaré, paradoxalement, que le volet militaire avait été abandonné depuis 2003, pour dédiaboliser le nucléaire iranien et rendre politiquement correcte une entente irano américaine. Cette entente est vitale pour les Etats-Unis car elle permettrait aux compagnies pétrolières américaines de supplanter définitivement leurs deux rivales britanniques Shell et BP pour devenir les maîtres mondiaux du pétrole. Contrôlant ainsi son prix, cela leur permettra de devenir l'arbitre de la croissance économique de leurs adversaires. Tout au long de ces dernières années, El Baradai a montré un certain intérêt pour des informations d'origine britannique sur l'existence d'un volet militaire non désactivé en 2003. A un moment où les Américains multiplient les initiatives pour aboutir à des négociations en direct pour une entente exclusive avec Téhéran, El Baradei intervient sur CNN (dans les foyers américains) dans une déclaration faussement pro-mollahs pour insister lourdement sur ce volet militaire anxiogène qui rend toute entente avec les mollahs très politiquement incorrecte. Dans le contexte de la crise mondiale actuelle, d'une gravité sans précédent, une tentation vers le malthusianisme se fait jour. C'est ce protectionnisme outrancier qui fit basculer l'Amérique dans la Grande Dépression de 1930, précipitant le monde dans un orage financier mémorable. Suivi très bientôt par une Seconde Guerre mondiale qui laissa la planète exsangue. Le peuple Juif y a laissé les meilleurs de ses enfants. Aujourd'hui, c'est un tsunami qui déferle sur toutes les économies, sans exception, puisque tous les pays, y compris ceux qui avaient une croissance à deux chiffres, sont frappés de plein fouet. Et rien ne dit que les Etats-Unis continueront de soutenir Israël, quoiqu'il arrive, surtout si l'Iran se dote de l'arme nucléaire. Quand l'Europe, nous l'avons vu ces dernières années, se vend au plus offrant, elle ne risque pas de changer de politique, alors que le besoin en pétrole est plus important que jamais. Des voix, et pas n'importe lesquelles, osent imaginer que si une bombe partait de Téhéran, elle n'aurait pas décollé que le pays des mollahs serait réduit en cendres. Médiocre vision des choses, et courte vue en plus. Dans la famille Menteur, je demande le Père… Je l'ai ! Williamson. Père Williamson. Encore un coup de poker menteur. C'est l'exemple même de l'ambiguïté vaticane. Car qui nous fera croire que Benoît XVI n'était pas au courant du négationnisme pur et dur de ce prêtre alter catholique ? Les décisions papales sont, paradoxalement, collégiales, et les sherpas du successeur de Pierre n'ont pas manqué de prendre tous les renseignements sur les us et coutumes des disciples de St Lefèvre, avant de déposer les demandes de levée d'excommunication devant l'auguste locataire de la chapelle Sixtine. Dans la mouvance traditionaliste, les uns pensent les autres éructent. Si le pape n'était pas au courant, le Shin bête de la Curie s'est lamentablement raté. Et quel gouffre entre la réaction horrifiée de Ratzinger et son silence total face à l'antisémitisme le plus abject, quotidien, répété, depuis des années, du monde arabo musulman ! "Heureux les simples d'esprit, le Royaume des Cieux leur est acquis" . Permettez-nous de douter. Si le prélat réhabilité se prend le temps de la réflexion – "Je vais continuer mes recherches, et si je trouve des éléments qui me prouvent le contraire, je veux bien présenter mes excuses" - c'est qu'il était dans sa première nature de ne pas croire un seul instant à la vérité historique. Je vous avouerai que ses recherches ne nous intéressent pas et que l'homme est bien dans la lignée de l'extrême droite catholique, apostolique et anti romaine. Et le restera. Comme les adhérents de son église qui sont légion et ne se privent pas de dire lorsqu'on les interroge, tout le bien qu'ils pensent des Juifs et de leur présence partout dans les médias et la finance. Williamson n'est ni sulfureux, ni méthanoleux. Il est pestilentiel. Et ferait d'ailleurs un excellent disciple d'Ahmaddinejad. Lequel Ahmadinndjad, par Larijani interposé, a enfoncé le clou, en proclamant haut et fort, à la conférence sur la sécurité à Munich, ce qui est maintenant une vérité d'Etat : la Shoah est un grand mensonge. L'Iran, ne vous y trompez pas, s'adresse, comme le leader qu'elle voudrait être, à tout le monde musulman. Cela fait quand même 1.5 milliard d'êtres humains. Avec les sympathisants de la cause négationniste dans le monde, la propagande de plus en plus ouverte et officielle, dans quelques années, ce sera une grosse majorité de la planète qui mettra en doute la réalité de l'Holocauste. Munich pour Munich il faut aller jusqu'au fin fond de Munich : on réécrit le discours du président de l'assemblée iranienne sans y insérer le passage sur la Shoah. C'est fort de roquefort ? Non ça pue le déshonneur d'un monde qui se prend chaque jour à délégitimer un peu plus Israël. Et pour ne pas bouder son plaisir, voilà que dans une envolée, qui, s'il elle n'était pas tant chargée de menaces nous ferait exploser (c'est bien le cas de le dire) de rire, le minus de Téhéran nous gratifie d'une déclaration digne du calife de Bagdad. Ecoutez bien, c'est la nouvelle version de la "foi par le glaive" : "La présence spatiale de l'Iran, avec l'objectif d'étendre le monothéisme, la paix et la justice, est désormais officiellement attestée dans l'Histoire" . Cette phrase est d'un enseignement inouï. A elle seule, elle résume la folie hégémonique à l'échelle mondiale du Führer chiite. C'est ce même monothéisme que les épées islamistes ont semé partout il y a 15 siècles. Heureusement, car que serait devenue l'Europe sans les armées arabes et leur foi conquérante ?! Un continent d'idolâtres sans D'ieu ni loi…C'est bien grâce au sang versé que les versets ont pénétré les consciences et que le D'ieu unique et Son Envoyé s'imposèrent aux populations primitives qui vivaient dans les cavernes de la Gaule à l'Andalousie et du Piémont au Maghreb. Sans ces cavaliers valeureux, nous n'aurions eu ni Rabelais, ni Montaigne, ni Voltaire ou Rousseau, et encore moins Léonard de Vinci et Velasquez, sans parler de Maïmonide ou Rachi… Depuis que ce monothéisme attesté aussi par l'Histoire s'est imposé à "l'ancien monde" , c'est une paix et une justice universelles qui régnèrent partout où les nouveaux convertis venus du Machrek au cri d'Allah Ouakbar ne coupèrent que les mains des voleurs et ne lapidèrent que les femmes et les hommes adultères…Ce sont ces mêmes paix et justice qui rayonnent partout aujourd'hui, là où la Charia est reine… Mais il est vrai que celle-ci était sunnite. Faudra goûter maintenant, grâce à la fulgurante ascension des satellites persans, à la Charia chiite… D'ieu est Grand et Ahmaddinejad est son prophète ! C'est en cette même Perse, qu'il y a 3000 ans, un premier ministre du Roi Axasertès II, se leva un matin, sans satellite, avec une pulsion meurtrière, génocidaire, pour trouver une fois pour toutes la solution au problème juif. Lors d'un Wansee d'avant Wansee, Hamann, opta pour l'extermination, trois millénaires avant Ahmaddinejad. Et finit comme vous le savez, après qu'Esther eut gain de cause, épuisée par un jeûne de trois jours et dans un superbe plaidoyer pour son peuple face à Axasertès, pendu haut et court. Le récit de ce génocide avorté, la Meguila, est rapporté dans le détail. Il fait l'objet d'une lecture annuelle le jour de Pourim, du nom de la fête instaurée en mémoire de l'évènement. Tout a été dit depuis par les commentateurs de ce texte, mais il est intéressant de noter une interprétation qui sort de l'ordinaire. Celle-ci affirme que l'obligation d'écouter la Meguila, toujours ce devoir de mémoire qui nous colle au corps, ne se fait pas n'importe quand ni n'importe comment. Ainsi celui qui la lit à rebours, de façon non chronologique, n'est pas quitte de son obligation. Le fondateur du Hassidisme, le Baal Chem Tov, va plus loin en jouant sur l'expression "à rebours" : celui qui pense que cette histoire est une histoire ancienne, un fait du passé, fait fausse route. C'est un évènement qui nous suit tout au long de notre Histoire. Cette interprétation peut se décliner pour le récit précédent l'Exode, dans le Pentateuque. Les hébreux vivent en Egypte depuis des années, ils y sont intégrés. Le vice Pharaon est lui-même juif. C'est Joseph, le fils de Jacob. Il a apporté la prospérité à ce pays en prévoyant les terribles années de disette, et les années d'abondance qui les ont précédées. Il a réussi à mettre des réserves de côté et assurer la subsistance de tout un peuple. La première puissance au monde sert même de grenier à tous les peuples alentours et on vient de loin pour acheter du blé. L'économie égyptienne se porte bien et la croissance est à trois chiffres. Même pendant la récession, les affaires continuent. Les hébreux, installés à Goshen, dans le shtetl, ne sont pas mal lotis, ils occupent même des places de choix dans l'administration, les papyrus (ancêtres des médias) et la fabrication de la bière, la Ramsès blonde et brune. La vie est belle au pays d'Horus. Mais le Pharaon n'est pas éternel et à sa mort, un drôle de climat d'après-règne s'installe. Le nouveau monarque voit d'un mauvais oeil ces hébreux qui ont accès à tous les rouages de l'Etat, se sentent heureux comme dieux en Egypte…Survient alors l'imprévisible et l'impensable : le texte nous dit que "se leva sur l'Egypte, un roi qui ne connut point Joseph" . Chose étonnante s'il en est. Au pays où tout est dans l'écrit et les hiéroglyphes parfaitement maîtrisés, pas un seul souvenir du vice pharaon ! Joseph ? Quel Joseph ? Les hébreux ? Combien de divisions ? … Le premier négationnisme de l'Histoire est en marche. Des millions d'êtres humains, n'en déplaise aux égyptologues, vont ainsi se voir rayer du monde des vivants. Ce peuple, hier encore au sommet de l'Etat, libre de pratiquer n'importe quelle profession, apparaît maintenant comme un danger, une cinquième colonne qui pourrait se joindre aux ennemis de l'Egypte en cas de conflit. On va le parquer et l'asservir pour faire tomber toutes velléités de rébellion. Cela ne suffit pas. Le taux de natalité de ce peuple, prodigieusement élevé, ne trouve pas grâce aux yeux du Pharaon. La servitude a, comme par magie, décuplé les naissances. Une seule solution finale : l'extermination. Ordre est donné à toutes les sages-femmes, sous peine de mort, de signaler tout mâle venu au monde. Il sera jeté dans le Nil. Plus d'hommes, plus de descendance. C'est un "planning familial" , dans toute son horreur. Bientôt, les enfants de Jacob, vont se retrouver seuls, si seuls au milieu de la planète Terre qui appartient à tous, à tous sauf eux, les Hébreux. Et le génocide va être effacé des tablettes à hiéroglyphes que les Egyptiens ont pris pour habitude de remplir sur tous les faits marquants des différentes dynasties. Cela ne vous rappelle rien ? La volonté négationniste n'est pas qu'une retombée de l'après-guerre, ce n'est pas le propre d'une secte nostalgique du troisième Reich ou de je ne sais quelle obédience catholique de quelque sainte trinité, mais le fait des assassins eux-mêmes, au moment où ils commettent leurs crimes. Le négationnisme n'est pas un à-côté de cette histoire, il est consubstantiel au génocide lui-même. C'est la graine semée par les génocidaires qui a donné vie à un Faurisson, un Williamson et à tous les autres négationnistes qui se sont engouffrés dans le sillon ainsi creusé. C'est dans ce contexte d'un peuple mis hors humanité, qu'un homme providentiel, qui lui a bien connu Joseph, qui ne peut pas l'avoir oublié, va apparaître sur le devant de la scène, et il se nomme Moïse. Il a grandi et a reçu une éducation dans le palais du Pharaon, lequel ne peut plus dire "Je ne le connais pas" . Mais Moïse n'est pas un politique. Il avoue à Celui qui l'envoie pour sauver Son peuple : - "Je n'ai pas la parole facile, j'ai la bouche et la langue embarrassées…" . Moïse bégaie vraiment, comme nous le laisse croire le texte ? Assurément non. Sa langue est lourde car elle n'est pas de bois. Il faut un homme rompu aux discours de …Cour. Un homme sachant plaider face à des politiques menteurs et fourbes. Des hommes, fussent-ils Pharaon, qui renient les documents qu'ils viennent de signer l'instant d'avant. Qui disent tout et son contraire. C'est une longue bataille qui s'engage face à des gens qui ont planifié le génocide, l'ont effacé de la mémoire collective et affirment ne voir dans le peuple hébreu qu'une main d'oeuvre indispensable, des sujets qui doivent avant tout leur obéir. Il échoit à Aaron, le frère aîné de Moïse, de mener ce combat verbal pour la libération. L'autre combat, le combat moral, c'est le cadet qui va le prendre en mains. Il a peut-être la langue embarrassée, mais pas lorsqu'il s'agit de transmettre le Message Universel, celui qui va être donné au Sinaï et qui s'adresse au monde entier. Le Midrash, pensée libérante d'Israël, voit en Moïse, le premier et le dernier libérateur. C'est à lui, le visionnaire, au crépuscule de sa vie, que D'ieu va montrer l'étendue de la Terre Promise. Il en connaît les limites et sait que les "territoires occupés" le sont par des peuples soumis à des divinités inanimées, qui leur enjoignent de sacrifier leurs enfants au Moloch parce qu'elles aiment plus la mort que le peuple juif n'aime la vie. Si Moïse sait dire, en s'adressant aux enfants d'Israël, "Kadima ! " , il ne cherche pas, comme certains le font, à s'assurer une majorité de sièges à l'Assemblée des Anciens. Il est prêt à laisser sa place à qui voudra bien la prendre. Se sentant si petit devant la plus petite des créatures, il fut le plus grand parce qu'il ne rechercha jamais la gloire pour lui-même. Et tout naturellement, l'unanimité se fit autour de lui. C'est de ce dirigeant là qu'Israël a besoin aujourd'hui. Au dessus des partis. Visionnaire et incorruptible. Pas de ceux qui osent prétendre qu'ils sont indestructibles… C'est bien en se hissant sur les épaules de nos Géants passés, que nous scruterons le mieux l'avenir promis par Celui dont la Main Invisible n'a jamais cessé de tracer notre route. La route de l'Israël du Futur…
  Lire la suite de la discussion sur france2.fr


281320
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages