Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Vais être un peu long (comme d ?

Témoignage d'internaute trouvé sur e-sante
Mail  
| 223 lectures | ratingStar_277786_1ratingStar_277786_2ratingStar_277786_3ratingStar_277786_4
Bonjour, J ? Vais être un peu long (comme d ? Hab ? ) mais bon ? Z ? Êtes pas obligés de. Lire non plus. C'est l'avantage ici, on ne prend la place et la parole de. Personne. Si ça réagit, tant mieux, sinon pas grave ? J ? La met sur l'oreille. Et j ? La fumerai demain. "En vérité, je vous le dis ? " ? Je déteste profondément cette phrase et. Tout ce qui y ressemble. Je n'ai aucune assurance sur quoi que ce soit, Suis plutôt du genre sceptique et méfiant. Le mec qui doute quoi ? Les " Miracles" me font hurler de rire ou hurler de rage, mais surtout pas. Monter au ciel. C'est vraiment pas le genre de la maison ! Alors ne croyez surtout pas que ce message est celui d'un donneur de. Leçons ou de conseils en boite. Pas d'ambiguïté ou de procès d'intention. Je n'ai pas encore tout compris (heureusement) et je n'affirme rien du. Haut de ma tour d'ivoire (j'ai le vertige) et de mon expérience (ô combien. Réussie POUR L'INSTANT avec le baclofène) mais dont je suis loin d'avoir. Encore mesuré toutes les conséquences et les implications dans ma vie. Mais, vraiment difficile ? Vraiment ? De ne pas être "AGACE" ET LE MOT. EST FAIBLE, A LA LECTURE DE CERTAINS POST SUR CE FORUM. Difficile de. Constater que certains intervenants réagissent sans tenir aucun compte. Des témoignages précédents ? 260 pages, c'est long et parfois fastidieux. ?Ok ? Pourtant, à travers les peurs et les doutes, elles sont remplies. D ? Histoires édifiantes, de réussites incontestables, de victoires évidentes. Sur la dépendance. Toutes ces histoires qui, dans ou entre les lignes, Répondent aux questions que se posent encore et encore ceux qui se. Lancent dans le traitement. Normal. Ces questions sont légitimes. On se. Les ai toutes posées. Mais c'est à se demander si certains ont vraiment. Envie d'entendre les réponses aussi fragiles et incertaines soit-elles. Bien. Sûr, c'est la loi même d'un forum sur Internet, chacun y apporte et y. Trouve ce qu'il souhaite entendre, mais bon ? C'est dés fois vraiment " Too much" ! Les patients sous baclo depuis plusieurs mois, qui respectent un. Minimum et comme il le peuvent le protocole de posologie (tiré du. Bouquin d'Ameisen ou au mieux, de la prescription d'un spécialiste et. J'en fais partie) , QUI CONSTATENT LES EFFETS CONSIDERABLES DU MEDOC. SUR LEUR TETE ET SUR LEUR CORPS, et quand ils sont sincères. Évidemment (je ne parle pas des clowns mytho-pathologiques qui. Viennent ici régler leurs mauvais comptes et trouver un sens à leur petite. Vie bien triste, ennuyeuse et au fond plutôt pathétique) ? Bref, ceux qui. Veulent vraiment faire "avancer le schmilblick" interviennent de moins. En moins, et je crois que c'est normal. D'abord, ils vivent les effets du. Médoc en pleine tronche. Et c'est du genre violent. On a vu que c'était. Loin d'être évident à vivre physiquement et psychologiquement. Pour soit. Et pour son entourage proche. Alors ? Pourquoi continuer à lire ce forum et intervenir de temps à autre. ? Je ne sais pas vraiment. Envie d'écrire comme un journal intime, bien. Sûr, mais aussi envie de partager l ? Histoire et envie de savoir si ce que je. Vis est vécu par d'autres ? De vérifier si tout ça n'est pas une pure. Invention dans ma p ? Tite tête ? Le fameux effet Placebo, mais multiplié par. 1000. Les rencontres faites sur ce forum m'ont permis de découvrir et de. Comparer les effets du baclo souvent identiques entre les "patients" ? Et. Toujours d'y voir plus clair entre mes espoirs, mes désirs et la réalité, Parfois différente de ce que j'attendais, mais toujours surprenante. Donc, pour être tout à fait concret, sortir des peurs et des. Phantasmes, remettre les choses à l ? Heure et les pendules à leur place ? :-) ). La question n'est plus de savoir si le baclofène "marche" ou "ne marche. Pas" . Nous avons maintenant assez de recul pour affirmer sans aucun. Doute possible que la molécule agit au-delà même de ce que l'on pouvait. Attendre d'elle. Je ne parle pas ici d'un sondage réalisé à travers le forum. Entre 5 ou 6 personnes, mais de l'expérience de médecins dont certains. D'entre eux prescrivent jusqu'à 80 patients simultanément. A ce chiffre. (en réalité bien supérieur tant les nouveaux patients affluent en. Consultation) et sans être une étude purement scientifique, ça commence. À vouloir dire quelque chose ? À représenter quelques tendances lourdes. Comme on dit. (Je sais qu'Ameisen se tient très régulièrement informé de. Ces "tendances"). Bref ? Le baclo agit, et personne ne peut plus contester les effets. D'indifférence à l'alcool qu'il génère. Par contre, beaucoup de questions. Se posent encore. Parmi lesquelles (et d'après ce que j'ai pu comprendre). : 1) Quel dosage et quelle posologie pour quel patient avec quelle. Pathologie ? (C'est quand même le flou total. Certains atteignent l'indifférence à. 80mg/j ? D'autres à 180? On ne sait pas encore pourquoi. Il semble. Quand même qu'une majorité "tournent" autour de 150. Mais pas de. Règle générale.). 2) L'effet est-il permanent, régulier ou fluctuant ? (Majoritairement fluctuant. Après un dosage seuil ou le baclo fait effet. Pendant plusieurs semaines, il arrive que cet effet recule et diminue. On. Remonte alors de 30 mg/j pendant quelques jours et on observe. Généralement les effets se rétablissent rapidement. Mais pour combien. De temps ? On ne sait pas encore.). 3) Les effets "secondaires" sont très différents en intensité selon les. Patients. (Ils diminuent vraiment après quelque temps ? De quelques jours à. Quelques semaines, mais ils augmentent ou réapparaissent aux. Augmentation de dosage, puis re-disparaissent). 4) Les implications et interactions psychologiques sont importantes. (le soutiens des proches est important mais peut devenir "pesant" au fur. Et à mesure de la guérison. Dans les cas de diminution de l'effet, il est. Difficile d'admettre pour soit et aussi pour les autres que finalement, cela. Ne marche pas aussi bien que cela. D'où ? Retour de la trouille, de la. Culpabilité, de la dissimulation ? Pas le meilleur moyen pour adapter et. Poursuivre le traitement ? Pour certains, les effets physiologiques. S'accompagnent d'un très étonnant retour de la confiance en soit et de. L'envie de faire ou de refaire des tas de choses que l'alcool avait embrumé. Ou enfumé. L'arrêt de l'alcool n'y est pas étranger mais ça va bien au- Delà du simple sevrage. Mais cet effet n'est pas constaté chez tous les. Patients. Il va de soit que pour trouver son propre dosage et tester ses propres. Réactions au médoc il vaut mieux respecter des paliers de posologie (ni. Trop, ni trop peu) et surtout na pas faire le yoyo avec les cachetons (un. Jour j'en prend 1, 5 Le lendemain, puis je monte, puis je re-descend ? ). Non pas que ce soit forcément dangereux, mais surtout cela rend. Impossible tout repères pour définir sa propre posologie. Il va aussi de soit que vivre cette "aventure" seul, en automédication ou. Même avec un médecin pourvoyeur qui n'y connaît pas grand ? Chose ? N'est pas le moyen le plus efficace pour guérir. Mais bon ? Tout le monde. N'a pas la chance d'avoir prés de chez lui un spécialiste compétent ? C'est. Dégueulasse, révoltant ? Mais on en est là ? Pour l'instant. Enfin, je pense qu'il faut définitivement et très fortement affirmer que le. Baclofène n'est absolument pas un énième traitement d'aide au sevrage. Et à l'abstinence. Cette approche, et le cycle "cure, médoc, rechute ? " Sans cesse répété ne guérit personne. Au mieux, il fait survivre quelques. Années ? Et dans quel état ? La recherche de l'abstinence à tout prix n'est plus la seule issue offerte. Aux malades. L'abstinence est le choix de chacun. Respectable. Y compris. Pour les non alcooliques. Mais l'indifférence que génère le baclofène est. Une toute autre histoire. Boire de temps à autre, un verre ou deux ? Sans. Avoir envie du troisième, ce n'est pas être alcoolique. Ou alors tout le. Monde est alcoolique. Ou alors, on considère qu'un alcoolique l'est. Fatalement toute sa vie ? Et là ? Même les cures et l'abstinence imposée. N'y pourront rien. Le baclofène démontre le contraire. Si révolution il y a, elle est là. Dans la. Chimie du cerveau (science que l'on découvre tout juste) , et aussi dans les. Consciences et les idées reçues qui prennent un sacré coup de vieux. Ce. Que l'on croyait fatal et moralement répréhensible devient une maladie. Que l'on peut soigner et dont on peut guérir. Une découverte comme il y. En a eu déjà des centaine dans l ? Histoire de la médecine et des. Médicaments. Mais comme à chaque fois, des archaïsmes plus ou moins. Bien intentionnés refusent les évidences. Ce sera difficile pour certains de. L'admettre. Difficile de faire disparaître d'un coup les préjugés moraux, Les jugements imbéciles et les visions un peu courte sur l'évolution des. Sciences. On est tous encore fragile et on est pas sûr du bout de la route. Avec. L'alcool, au moins on connaissait la fin de l ? Histoire ? Avec le baclofène, On change le scénario et la distribution des rôles. On passe sans. Transition des saignées du temps de Molière à l'étude des neuro- Transmetteurs et des synapses. On a enfin une solution pour les malades. Alcooliques à portée d'intelligence et de bonne volonté. Pas sécur. Ou garantie à 100% ? Et alors ! On se pose la question pour les chimiothérapies, l'insuline ou le. Pacemaker ? A vous tous, détracteurs, sceptiques malveillants ou contradicteurs. Bornés (Désolé pour vous, mais contre ça, on n'a pas encore trouvé le. Médoc ? ) A ceux qui s'obstinent à croire encore que l'alcoolo- Dépendance est une maladie de la volonté et de la force de caractère, on. Va bousculer vos certitudes et votre confort moral un peu poussiéreux ? On va semer le trouble et le doute. Avec jubilation. Vous verrez, ça. Changera peut-être votre vie et nous, ça nous fera du bien. Juste un petit t'est-jeu pour ceux qui hésitent encore : On dessine un tableau. Genre une colonne "plus" et une colonne " Moins" . Avec le baclo, on perd quoi ? On gagne quoi ? On risque quoi ? Avec l'alcool, on perd quoi ? On gagne quoi ? On risque quoi ? J'ai rempli les cases, honnêtement, et fais le calcul. Tout seul dans mon. Coin. Comme un grand. Pour moi, y ? A pas photo. Bien à vous.
  Lire la suite de la discussion sur e-sante.fr


277786
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages