Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Vide et désepérant. ne pas lire cela si fragile

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 159 lectures | ratingStar_273103_1ratingStar_273103_2ratingStar_273103_3ratingStar_273103_4
Citation : La vie, le sens c'est quoi. Une succession de vides que l'on remplit, puis qui s'empilent, Finalement quoi, je suis né, j'ai une enfance plutôt confortable. Je me suis plutôt laissé porter par la vie que le contraire. Faute sans doute d'y trouver un peu de sens. Mais tout de même avec optimisme. Et puis, des gens ont commencé à partir autour de moi. Des proches ou des inconnus. Certains dans l'ordre des choses, d'autres beaucoup trop tôt. Des histoires ont commencées qui ont toutes échouées. Des belles espérances il ne reste à la fin que les cendres d'un invivable et insupportable quotidien. Moi je vais continuer à vieillir. Voir grandir et s'envoler mes enfants. Me réjouir de leurs bonheurs, maudire leurs malheurs. Les perdre eux aussi si la vie est cruelle. Voir vieillir et accompagner mes parent jusqu'à leur fin. Connaitre à nouveau quelques bonheurs pourquoi pas. Et voir partir autour de moi, proches, amis, connaissances, ceux qui font mon univers. Peut être me serais je avant cela définitivement noyé dans l'alcool, ou écrasé de tous le poids de tous les excès, et ce sont les autres qui me verront partir. J'en ai déjà tellement vu partir, autant de cicatrices qui refusent de se refermer. Puisque rien ne perdure, puisqu'on ne peut compter que sur soi, puisqu'à la fin quel qu'en soit le terme, je me retrouverai seul face à mes peurs, face au néant ; comment trouver un sens à tout ça ? Comment transmettre à mes enfants la foi dans la vie plutôt que ma désespérance ? Mon coeur saigne de tous mes morts. Cela me coupe des vivants. Cela paralyse mon quotidien. Arcturus. [/quotemsg] Je comprends et je connais ta souffrance. Mais peut on refuser de vivre de peur de voir partir ceux qu'on aime ? La vie c'est ça une succession de joie, de bonheur, de peine, de souffrance, d'échecs et de renouvellement et à chaque fois on y croit parce que la vie nous pousse à croire au bonheur et à l'amour. Il faut parfois plusieurs échecs, plusieurs souffrance pour arriver à voir enfin le bout du tunnel et puis des fois aussi tu arrives enfin à trouver un peu de paix, tu réussis à sortir enfin à la lumière et tu penses que tes années de galère sont derrière toi et puis l'inacceptable arrive et tu tombes à nouveau. Mais j'ai remarqué qu'à chaque fois on se relève, l'être humain a une force extraordinaire pour souffrir et continuer à vivre malgrè tout. Alors qu'est ce que c'est cette force qui nous pousse à rester en vie malgrè tout… C'est l'amour des autres, de la famille, des enfants, du conjoint ou conjointe et malgrè notre souffrance, malgrè cette douleur qui nous brise, qui nous broie, on continue à avancer… Ce n'est pas facile, il y a des jours ou on aurait envie de s'endormir et de ne plus se réveiller pour enfin arrêter de souffrir, mais chaque matin on se réveille, on se lève et on cherche un but pour la journée à venir. Quand on est en souffrance, en grande souffrance, il ne faut pas se donner de trop gros challenge il faut se contenter de vivre chaque jour en espérant que demain sera meilleur et chercher dans cette journée ce qui nous pousse à continuer à vivre. Les enfants et le conjoint sont, je crois, le facteur essentiel parce qu'ils ont besoin de nous, parce qu'ils nous aiment et parce qu'ils souffrent de nous voir souffrir et qu'ils souffrent de ne pas pouvoir nous aider plus. Les enfants sont la plus grande source de joie et de douleur… Les regarder vivre, les voir grandir, au début tu leur donnes une éducation, tu les aides à comprendre, à respecter, à aimer, et puis en grandissant tu deviens un guide, ils savent qu'ils peuvent compter sur toi, tu as une vraie complicité d'adulte à adulte. Il y a une chose qui est sûre c'est que nous sommes toujours seul dans notre souffrance, personne ne peut la vivre à notre place, et nous seuls pouvons la dépasser ou l'apaiser en regardant le positif et non le négatif de notre vie. Nos échecs, nos souffrances font que nous sommes différents, nous devenons plus fort et nous apprenons petit à petit à relativiser et à ne regarder que le plus important. Cette souffrance nous la porterons peut-être toute notre vie en nous, nous les fragilisés de la vie, mais nous nous devons pour nos enfants de nous montrer fort car il ne faut pas oublier que l'enfant se reconnaît souvent par rapport à ses parents. Et même si c'est très dur il faut laisser les morts reposer en paix parce que quoi que tu fasses, quel que soit ta souffrance ils ne reviendront jamais et il faut à un moment se résigner à ces départs et continuer à vivre avec les vivants… Moi qui t'écrit aujourd'hui j'ai encore beaucoup de mal à me résigner et je me sens parfois si fatiguée de continuer à vivre, mais il suffit que je regarde mes enfants, mon mari et je me dis que je dois me battre pour eux et pour moi aussi parce que quand je serais morte ce sera trop tard.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


273103
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages