Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Vous pourriez me dire si le début de mon récit est bien ?

Témoignage d'internaute trouvé sur forumados - 18/07/11 | Mis en ligne le 28/03/12
Mail  
| 128 lectures | ratingStar_233223_1ratingStar_233223_2ratingStar_233223_3ratingStar_233223_4
Je voulais vous demandez si vous pouviez me dire ce que vous pensez de mon récit s'il vous plait. L'âge des cavaliers-dragons. Chapitre 1: Larmes et rencontre. Je m'appel Bastien et je vais vous raconté l'histoire de la fille la plus puissante qui mais été donné la chance de rencontré. Nous vivions à une époque peu connu des livres d'histoire l'âge des cavaliers-dragons. Les cavaliers dragon était des hommes si puissant qu'il pouvait s'unir avec des dragons et de les chevauchez. Tout commença le soir de la fête en honneur de ses hommes exceptionnel tous le monde riais et chantai dans le village. Les enfants du troisième âge (les âges dans ses tribut ne se compte pas en années mais en maturité le troisième âge se situ a l'adolescence) courait et s'amusait a se battre en duel avec des bâtons. Je m'approchai donc d'eut et leur demandait-je : - Pui je joué avec vous ? L'un d'eu me répondit sévèrement : - Tu n'es pas de notre âge, tu n'es pas assez immature pour joué avec nous, alors va tend ! Tu es au quatrième âge maintenant tu n'as plus rien a faire avec nous ! - Oui c'est vrai, qu'il parte ! Qu'il aille retrouver seut de son âge. Je venais de passez mon quatrième âge et seut du troisième âge men voulaient car la moitié d'entre eu étai né avant moi et donc aurait dut passez au quatrième âge avant moi. Je partis donc avec cette désagréable sensation d'être rejeté par les quelque ami que j'avais réussi à me faire. Je marchai tranquillement vers la table des personne de mon soi disent âge. Ils s'étaient regroupés autour d'une table ou s'entassait les carcasses de plusieurs pichets de vin vide. Ils avaient tous leurs épées au côté ou leurs arcs en bendolière. Ses armes montre que nous faisons bien partit des adulte mais moi je préférai laissez mon épée chez moi. En jour de fête je trouve qu'il n'y a pas trop d'intérait à la prendre avec moi. Je les rejoignis et m'assit a leur côté. Ils parlaient très fort et je pense que beaucoup d'entre eux avait abusé de cette boisson. Soit leur propau était incohérent, soit ils parlaient de chose pas vraiment répétable. L'un d'eux me dit soudain : - Barre toi petit tu n'as pas l'âge, hic, pour cette boisson. Une femme sortit même son couteau et s'exclafat : - Je suis sur qu'il est la pour nous boire notre vin. Mais se n'est pas parce qu'il est du quatrième âge que nous allons tant donner. Elle se levât et tituba jusqu'as moi en brandissant son couteau. Je partis donc rapidement et les entendit rigoler de plus belle. J'étais tout seul se soir et mais bon cela ne change guère des autres jours. Je m'assis contre le mur d'une maison, dans l'ombre. Si personne ne voulait rester avec moi je resterai donc seul. Quelques minutes passairent et je vis passez de loin des amis, ils s'approchaient. Eux, ils voulaient bien de moi. En tendant un peu l'oreille je pus entendre se qu'il disait avant qu'ils n'arrivent vers moi. - J'espère que l'on ne va pas croisé Bastien se soir dit celui que je croyait ètre mon meilleur ami. - Oui c'est vrai c'est un vrai il est complètement idiot se type. En plus il croit toujours que l'ont est ses amis et que nous l'aimons bien. Je nan croyais pas a mes oreille même eu me détestai. Le village entier était contre moi. Personne au monde ne m'appréciait. Je mis ma tête entre mes genoux et me mit a sangloté. Quelqu'un s'assit à côté de moi et me dit doucement : - Qu'est ce qu'il y a, sa ne va pas ? Cette vois était celle d'une jeune femme. Elle était si douce et si paisible. Je s'aichait mes larmes et lui répondit comme je put. - Tout va bien ne vous en faite pas. Mon interlocutrice ricana doucement et me dit : - Tu peu me tutoyé, je ne suis pas si vieille que cela après tout. Aillant gardé ma tête entre mes genoux je ne pouvais pas savoir qu'elle âge elle avait. Quand je la relevais je pus contempler cette jeune femme avec qui je parlais. Elle devait être gère plus âgé que moi, et je fus frappé par sont incroyable beauté. On ne pouvait pas trouvé une fille plus belle. Ses cheveux brun tombai un peut plus bas que ses épaule. Son visage était si magnifique. Je n'arrivais plus à le quitté du regard. Ses yeux verts croissait les mien. Je ne sais combien de temps nous restâmes comme sa a nous contemplé mutuellement. Quand toute a coup elle me dit avec sa voix envoutante : - Comment t'appel tu ? Moi c'est Cristal. - Je m'appel Bastien. - Tu veut manger quelque chose Bastien, car moi j'ai pas encore mangé et je commence a avoir faim. Me dit-elle en me faisant un sourire qui aurait réchauffé le coeur du plus endurcit des soldats. - Oui volontiers, je lui répondis en lui rendant son sourire. Cristal sortit alors de son sac une gourde, un morceau de pain et une magnifique portion de viande séché. Elle ment offrit la moitié et me demanda : - Sa va mieux ? - Oui merci. Voyant que j'étai geiné de l'état dans lequel elle m'avais vu, elle changea de sujet. - Tu ne serais pas ou je peu dormir se soir. Je viens d'arrivé et je n'ai pas trouvé d'auberge dans ton village. Une question me vint alors si elle voyageai quel âge avait tel. Normalement on peut partir de son village que lorsque l'on est arrivé au cinquième âge. Mais cette femme paraissait si jeune. Le plus simple était encor de lui demandé. - Tu peu dormir chez moi. Mais seulement si tu veux bien répondre à une de mes questions ? - He bien, tout dépendra de la question mais si elle n'est pas trop dure, je suis d'accord. - Quel âge a tu ? - C'est ça t'as question ? Me répondit-elle. Et elle se mit rire. - Qu'est ce qu'il y a de drôle ? Je n'arrive pas a déterminé ton âge car tu a l'aire aussi jeune que moi. Mais si tu voyage c'est que tu as au moins atteint le cinquième âge. - Je m'attendais à quelque chose de plus dure, mais bon, c'est assez embarrassent. J'ais quitté mon village lorsque j'étais a mon deuxième âge. Donc je n'ais pas vraiment d'âge. Mais je vois les lunes rouges depuis quatre années maintenant. Cela te suffira t-il comme réponse pour que je puisse dormir chez toi se soir ? Me dit-elle sur un ton qui me fit frissonner. - Oui, je suis vraiment désolé je n'aurais pas dut te posé cette question. - Non, non c'est pas grave me dit-elle et elle me gratifia encor d'un de ses magnifique sourire. Puis elle prit son morceau de pain et commença a mangé. - Et toi quel âge a tu ? Me demanda t-elle. - Je viens de rentré dans le quatrième âge. Mais on peut dire que je suis entre deux age. Car les personne de mon âge dise que je suis trop jeune pour resté avec eu. Et s'eut qui son plus jeune ne veule pas de moi. Mon père n'aurai pas dut demander au chef de village que je passe au quatrième âge. - Ta situation a toi aussi n'est pas terrible Mais bon ce n'est pas pire que moi qui est condamné a resté au deuxième âge toute ma vie. Me dit-elle en rigolant. Qu'importe l'âge tu c'est, ce n'est pas cela qui compte. Ce qui est important c'est de faire ce que l'on a envi. - C'est vrai, tu as raison. Les yeux de Cristal commençais a se fermé. - Tu n'es pas fatiguez toi ? Moi j'irais bien dormir, lui demandais-je. - C'est vrai qu'il se fait tard. Nous avons cat terminer de mangé en marchant pour aller chez toi. Nous nous levâmes et commentions a prendre le chemin de ma maison toute en continuant de discuté. - Ce n'est pas vraiment ma maison c'est celle de mes parents donc il ne faudrait pas qu'ils te voient. - Pourquoi, tes parents n'acceptent pas la venu d'une étrangère ? Me demanda t-elle. - Si, si mais ma mère dit que je ne suis pas assez grand pour ramener des femmes a la maison. - Je vois, me fit-elle en rigolant. - Tu c'est j'aimerai vraiment voyager comme toi, être libre, lui dit je. - Tu peu venir avec moi si sa t'intéresse. En plus je serais heureuse d'avoir un compagnon tel que toi. - Oui mais j'aime trop se village et je ne peu pas laissé mes parent comme ça. - Dommage, cela aurait put être amusant. En regardant son visage on pouvait y voir de la tristesse, cette fille était comme moi, elle n'avait aucun amis. - Ma maison est la regarde. Lui dit je en pointant dut doigt une petite bâtisse. - Alors c'est là que tu habite avec tes parents ? - Oui, entrons. Mes parents ne doive pas être rentré alors ils ne remarqueront pas ta présence. La maison était constitué de deux pièces Bastien invita Cristal a rentré dans celle de droite. - Tu n'as qu'as dormir ici, si tu veux : lui dit Bastien en lui montrant une couverture près d'une cheminé allumé. Elle posa son sac et s'allongeas dans le coin que je lui avais indiqué. Je n'avais qu'une seul couverture je m'étendu donc par terre. Il faisait froid malgré le feux, mais je réussit tous de même a m'endormir vite. Cette journée m'avait épuisé. Je me suis réveillé en plain milieux de la nuit, mes parents rentraient. Ce qui me surprit d'abor se fut que j'avais la couverture qui me recouvrai. Par chance mon père et ma mère n'étaient pas venue vérifier que j'étai rentré. Qu'aurai t'ils dit en voyant que j'avais ramené une fille a la maison. Ma mère se serai tout de suite affolé en me disant : que se n'étai pas parce que j'étai du quatrième âge que je devais faire n'importe quoi. Le lendemain je fus réveillé par les champs de quelque oiseaux bien matinaux. En regardant autour de moi je découvris que Cristal n'étais plus là. Je sortis en courant. Elle n'était pas non plus devant la maison. Comme toutes les autres personnes, elle m'avait abandonné. Je tombit a genoux et je me mis à crier de toutes mes forces. Cela d'ailleurs ressemblait plus a un rugissement qu'as un cri. Les larmes perlaient sur mes joues. La seul chose que j'avais en tête a se moment la était : Pourquoi ? Pourquoi est t'elle partit ? Pourquoi tout le monde me détestaient ? Je ne leurs avaient pourtant rien fait. Mes sanglots se transformèrent bientôt en rage. Puis ce que personne ne m'aimais, je haïrai chaque personne de cette terre. Une main se posa soudain sur mon épaule. D'un bond je me levi. Sans regardé de qui ils s'agissaient je tentai de lui m'être un coup de poing. J'avais mit toute mes force dans cette frape mais elle fut paré comme si se n'étai qu'une vulgaire gifle. La personne en face de moi me prit soudain dans ses bras. Quand j'entendis sa voix je ne pus m'empêché de fondre en larme. C'était Cristal.
  Lire la suite de la discussion sur forum.ados.fr


233223
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages