Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Waw, il y a du boulot.

Témoignage d'internaute trouvé sur madmoizelle
Mail  
| 230 lectures | ratingStar_284293_1ratingStar_284293_2ratingStar_284293_3ratingStar_284293_4
Quelles ont été (sont) tes différentes identités ? Waw, il y a du boulot. La parfaite. Binoclarde, coupe Chantal Goya, appareil dentaire, surdouée. "trop intelligente" pour ma classe. Souvent seule de ce fait. Mais dés 9 ans, plus besoin de personne pour mes devoirs et la lecture sous le bureau au lieu d'écouter l'instit. En primaire (bon je parle en système scolaire belge, primaire c'est de 7 à 12 ans). La timide de service, comme beaucoup. Celle qui se laisse fringuer par sa mère et donc celle qui n'est pas à la mode, ouhlala, la honte. Celle qui est toute seule et ose à peine parler, et que donc, pour la réconforter, on lynche (ouh la martyre). En 1ère et deuxième secondaire (je pense que ça fait 6ème et 5ème pour les françaises). La folle qui parle fort, à partir de la 4ème (seconde ? ). J'ai profité de mon déménagement campagne - centre ville pour changer complètement de personnalité. Un peu à mon désavantage car j'en faisais des tonnes. La gothique (vers la seconde aussi) , je me cherchais à cette période là. Bon, gothique et tous les préjugés qui vont avec donc. La chtarbée, en sorties. Je n'ai pas vraiment l'occase de faire mumuse chez moi, je me déchaine quand je sors, je danse le hip hop, j'ai mon propre style, je bois un peu trop, je crie, surtout quand j'ai bu, mais du moment que je ne bois pas trop ça ne déplait à personne, sauf aux cons (^^). Et puis, celle que j'ai pour le moment… Chai pas trop… Pour mes amis du secondaire je suis toujours la même, un peu folle, de bonne humeur très souvent (même si c'est pas toujours vrai mais ça ils le savent rarement) , et sans vouloir faire mes éloges, à l'écoute de tout le monde, un peu docteur love, un peu psy. A la fac, c'est plutôt la fille du coin, qu'il n'y a pas grand monde qui remarque, à part ses potes, et je me caserais dans la catégorie normale-un petit peu délurée-feignasse (ok ça c'est pas seulement une réputation). Comment les as-tu vécues ? Quand j'étais considérée comme la nulle de service, je l'ai très mal vécu. J'étais toujours seule et souvent lynchée alors que j'avais rien fait à personne. Sûrmement pour ça que je suis devenue si timide, renfermée sur moi-même, "mon journal intime est mon seul ami", ce genre de truc. Par après, je m'en suis peu à peu foutue. A présent, à part pour mes amis, la réputation qu'on me donne n'a aucune espèce d'importance. Ont-elles eu sur toi une quelconque influence (positive ou négative, facteur d'épanouissement dans un domaine, ou au contraire facteur d'inhibition) ? Tu t'en es servi ? Je me suis servie des premières impressions pour les changer radicalement. Maintenant, je sais ce que je ne veux plus être. Je vais faire les gens, je fais beaucoup de rencontre, je présente les gens entre eux… En fait je me suis épanouie alors qu'au départ ça me bouffait, on peut dire que c'est en quelque sorte positif. Les as-tu intégrées à ta personnalité ? Malgré tout, ma personnalité m'est propre. Même si ça m'a légèrement poussée dans un sens ou dans l'autre, je ne les ai pas accepté, encore moins intégrés. Je suis ce que je veux être. Du moins j'essaye. T'en es-tu détachée ? - Si oui de quelle façon ? - Si non, elles te pèsent ou tu t'en fiches ? Je m'en suis détachée en changeant complètement de monde. Le déménagement m'a permis de tout recommencer sans a priori, ça a été ma vraie chance. Estimais-tu qu'elles étaient justifiées ? On juge beaucoup trop vite les gens. Au fond de moi je n'étais pas une "ringarde", j'avais des rêves de révolutions, je savais comment je voulais m'habiller mais je n'avais pas le cran de le dire à ma maman, et les rares fois où je sortais je devenais une autre. Si quelqu'un avait pris la peine de regarder sous la croute il l'aurait vu, mais personne ne l'a fait avant que je ne le fasse moi même. Enfin : quelles sont les étiquettes que tu te colles toi-même sur la tronche ? Personnellement, je ne pense pas souvent à moi, ce que je suis, à quoi je ressemble pour les autres. Je veux me plaire, un maximum. Mais si je devais me coller des étiquettes, même si d'un point de vue extérieur je comprends celle qu'on m'attribue, étant la seule à tout connaitre de moi je sais déjà que je suis infiniment plus mature que ce que je ne laisse paraitre, beaucoup plus stressée de choses simples, très inquiète pour ceux que j'aime, limite mère poule, et je continue à porter un passé et un présent qui pourraient me faire paraitre tout à fait autre si je ne les dissimulais pas. De quelle façon en tires-tu du bon ? Etant donné qu'aujourd'hui, je m'en fiche, je n'en tire ni bon, ni mauvais, si ce n'est la qualité de pouvoir m'en ficher, contrairement à d'autres qui ne vivent que pour avoir une bonne image d'eux mêmes chez les autres.
  Lire la suite de la discussion sur madmoizelle.com


284293
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages