Histoire vécue Psychologie > Angoisses - Phobies > Agoraphobie      (378 témoignages)

Préc.

Suiv.

C'est pourquoi je choisis d'ouvrir une autre fenêtre pour te répondre).

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 14/04/10 | Mis en ligne le 13/07/12
Mail  
| 231 lectures | ratingStar_274920_1ratingStar_274920_2ratingStar_274920_3ratingStar_274920_4
Calliope2 merci a toi aussi. (j'ai un peu de mal en répondant en me servant des citations quand il y en a beaucoup. C'est pourquoi je choisis d'ouvrir une autre fenêtre pour te répondre). En effet il faut savoir et connaître un peu les mécanismes de la dépression suffisamment, pour comprendre ce que vivent d'autres personnes un peu dans le même cas que nous . Personne n'a les mêmes raisons, mais beaucoup d'entre nous ont les mêmes ressentis. Même si je n'ai absolument pas les mêmes expériences que toi en ce domaine : Je ne suis jamais allée voir un psychiatre pour moi même et je vois que malheureusement c'est ton cas… Difficile de savoir, de connaître la différence entre un mal de vivre et une dépression . Et c'est justement ce que je reproche a beaucoup de spécialistes, qui ne le savent pas eux même, et qui mettent tout le monde dans le même panier… Un peu comme si les médecins généralistes donnaient les mêmes médicaments pour soigner une entorse de la même manière qu'ils soigneraient une angine . C'est pour celà que je méfie des thérapeutiques médicamenteuses. Mais je sais que parfois ont est obligé de passer par cette étape… En parler à un psychiatre ne guéri peut être pas . Mais en parler a des personnes qui comprennent et qui essayent de donner un tant soit peu de joie de vivre, c'est différent. Parler uniquement de la maladie n'est pas bon pour le moral. Mais justement parler d'autre chose, de certains centres d'intérêt, ouvre des fenêtres sur la vie, et sur le plaisir, le bien être… Je suis sûre que tu en as des centres d'intérêt. Comme tout le monde . Il suffirait peut être de savoir reconnaître ceux qui sont les plus aptes a te redonner le goût de vivre… En ce qui concerne le fait d'être cyclique, je le définirait comme étant très sensible aux coups du sort, au changement de saison par exemple (j'ai horreur de l'automne) , mais aussi sensible a des paroles blessantes… (ça va d'un évènement complètement minime, a la peur de l'avenir professionnel d'un de mes enfants par exemple). Je m'inquiète facilement pour mes enfants (encore eux) , mais aussi mon entourage et ma famille . Et si parfois je prends les choses avec philosophie, d'autres fois je m'inquiète tellement que je suis incapable de voir un seul point positif dans ce qui arrive… J'ai l'impression que tout tombe sur ma tête et que je m'en sortirai pas . Après discussion avec quelqu'un, où même un simple rayon de soleil, je vois les choses complètement différemment . En bref : Une semaine peut me sembler complètement différente de l'autre sans qu'un évènement majeur soit survenu. J'analyse ce comportement en me disant que mes parents étaient un peu pareils. Ils s'inquiétaient facilement pour notre avenir ou notre santé a mon frère et à moi. Et le fait qu'ils ne soient plus là, me donne parfois l'impression d'un manque, d'un vide, une impression d'être a la merci de tous les évènements, sans que je puisse avoir leur aide… Mais même quand ils étaient là, je ressentais des angoisses. Alors je me dis que ça vient de plus loin que cela… Je n'ai jamais pris de médicaments, a part le Lexomil pour mieux dormir la nuit… D'ailleurs je suis agoraphobe également (tant qu'a faire, pourquoi pas aussi cela) ) et je n'ai jamais consulté… J'ai pris sur moi pour sortir le plus loin possible et ça a marché. Mais j'ai toujours des crises de panique quand je dois aller loin de chez moi toute seule. La seule idée de parcourir les couloirs d'une clinique seule par exemple me terrifie. Mais là aussi j'ai mes petites victoires. L'humour me sauve souvent. D'ailleurs il y a une citation que l'aime beaucoup : il faut beaucoup d'amour pour vivre et beaucoup d'humour pour endurer (j'espère ne pas me tromper en vous disant cette citation que je contrôlerai) ). Et oui justement, beaucoup de médicaments paraissent avoir des effets très courts sur les déprimes, dépressions ou tout autre pathologie . J'ai même l'impression que les rechûtes risquent d'être plus graves. C'est aussi cela qui ne me donne pas envie d'en prendre . Je dois partir a présent mais je reviendrai vous voir, et répondre à elfline. Bonne fin de journée si vous passez par là !
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


274920
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Plusieurs phobies, comment s'en sortir? - angoisse et phobie

image

Bonsoir, Voici plusieurs années que je souffre de plusieurs phobies. Je suis agoraphobe mais je fais des efforts, quand il y a pas trop de monde ça peut aller, mais dès qu'il y a foule, je ne me sens pas bien du tout, à en faire pratiquement des...Lire la suite

Angoisses, agoraphobie a l'etranger - phobies

image

Je peux vous apporter le mien. J'ignore s'il vous sera bénéfique mais partager mon expérience peut néanmoins vous prouver qu'il est possible de s'en sortir. J'ai eu de 2002 à 2007 ce que je croyais être de l'agoraphobie mais qui était en fait...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages