Histoire vécue Psychologie > Angoisses - Phobies > Autres      (2008 témoignages)

Préc.

Suiv.

Agoraphobie : lettre au ministre

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 2566 lectures | ratingStar_17123_1ratingStar_17123_2ratingStar_17123_3ratingStar_17123_4

LE GARD, le /2007.

À Madame La Ministre,

OBJET : Demande dune prise en charge pour toutes les personnes souffrant de phobies invalidantes.

Madame La Ministre,

Je vous adresse ce courrier afin que vous preniez connaissance des conséquences que suppose au vue une non prise en charge des personnes phobiques.

Je vous développe, je suis agoraphobe depuis de nombreuses années avec une pharmaco phobie bien spécifique qui mempêche de me soigner correctement et ce depuis 1984 suite à un problème pancréatique (ci-joint certificat).

Comme tout agoraphobe à leur début, j'ai été diagnostiqué au départ comme dépressive avec crises de spasmophilie et j'ai eu droit à un traitement lourd et ceci jusquen 1995 où ces troubles de comportement ont commencés à être médiatisés avec des associations qui se sont créées. J'ai été reconnue à un taux dincapacité de travail à 50 % par la COTOREP EN 1990 (ci-joint la copie de décision).

Il faut que vous sachiez que lagoraphobie est classée au même rang que la phobie sociale et lanxiété généralisée. Que cet état dangoisse continu est vécu comme un réel handicap par les personnes qui en souffrent au quotidien ainsi que par leur entourage totalement mobilisé eux aussi et surtout impuissant face à ce trouble. Par manque de compréhension de la phobie par lentourage ceci peut parfois conduire à la rupture dun couple car un agoraphobe ne fait rien seul, il est abandonné face à ses problèmes et se retrouve exclue de la société.

En 2000, j'ai pris sur moi et j'ai créé une association, avec une grande souffrance et de laide venant de lassociation Mediagora Lille, sur cinq départements pour les personnes souffrantes de phobie. Ceci ma permise de mettre fin à mon isolement et davancer sur moi-même durant ces deux années.

Suite à une agression physique, en 2002, qui ma remise dans une position psychologique très affaiblie, j'ai dû dissoudre mon association.

A ce jour, ma plus grosse difficulté est ma pharmaco phobie qui nuit incontestablement à mon état de santé.

Je me trouve confrontée à dimportant problèmes de santé : ostéoporose sévère pour mon âge (56 ans) , une capsuline à lépaule gauche depuis des mois, arthrose diffuse, des grosses douleurs que je ne peux soulager à cause de cette peur intense des médicaments.

Je nai aucune autonomie, je ne peux rien faire seule, ni course, ni papiers administratifs. Je suis incapable dhonorer un seul rendez-vous chez un médecin ou autres.

Je suis prise en charge actuellement par une association qui une fois par semaine menvoie une personne à mon domicile pour maider à avoir un contact avec le monde extérieur.

Mon problème est le même pour toutes les personnes touchées par une phobie invalidante.

Et donc je me retrouve depuis octobre 2007 avec un état de santé qui sest aggravé et ceci dû aux conséquences de ma pharmaco phobie que je ne peux faire soigner par manque de thérapeutes dans ma ville.

Mes médecins, psychiatre, généraliste et rhumatologue ont demandés un taux dinvalidité de 80 % que je viens dobtenir par le tribunal de lincapacité de Montpellier (ci-jointe copie de la décision).

Madame La Ministre, après ce résumé de mon état de santé physique et psychologique, mes revendications auprès de vous se portent sur :

- la mise en place de structures pour des comportementalistes qui traitent vraiment ces troubles du comportement (par exemple au sein des hôpitaux) ou des antennes de psychiatrie dans les petites villes. Les personnes souffrantes pourraient avoir plus de facilité pour se faire soigner et moins de distance à parcourir ;

- le remboursement des psychologues qui eux aussi pratiquent ces thérapies comportementales et cognitives.

Les forums de phobiques sont remplis de jeunes et moins jeunes qui demandent de laide pour pouvoir sen sortir.

Comme la phobie scolaire qui est aussi un très grave problème dont certains sont obligés dinterrompre leurs études.

La phobie sociale aussi est très invalidante dans le monde du travail et dans la communication.

Cela touche toutes les classes sociales, ils ne peuvent en parler par honte et surtout par peur de lincompréhension.

Une phobie invalidante bien diagnostiquée au départ et pris en charge par des spécialistes peut éviter des aggravations de santé conduisant trop souvent à des invalidités.

Ces personnes souffrantes le disent, moi comprise, nous sommes obligées de vivre dans notre maison que nous considérons comme une prison doù nous ne pouvons sortir. Il ny a quà aller sur tous les forums de phobie où ces personnes ne demandent quà sen sortir avec de laide bien sûr.

Je vous prie dagréer, Madame La Ministre, lexpression de ma haute considération.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


17123
b
Moi aussi !
28 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Phobies d'impulsion , voix dans ma tete - phobies

image

Bonjour a tous, je viens sur ce forum pour vous racontez mon histoire. Lorsque j'était petit j'ai subie un traumatise. Ma mère sait fais assassiner pendant mon sommeil. J'avais 9 ans lorsque sa c'est passé. Elle a était tuer suite de coup et...Lire la suite

Crises d'angoises frequentes ,comment m'en sortir.. - angoisse et phobie

image

Bonjour, j'ai 28 ans et voilà plusieurs Annes ou je faits des crises d'angoisses a répétition ! Au début j'angoisser a l'idée de ne pas m'en dormir le soir, palpitations, crises d'angoises avec sensation de " vapeur " et aucun contrôle de moi...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages