Histoire vécue Psychologie > Angoisses - Phobies > Autres      (2008 témoignages)

Préc.

Suiv.

Anxieté: à 21 ans rien ne va plus dans ma vie

Témoignage d'internaute trouvé sur forum-depression
Mail  
| 1246 lectures | ratingStar_136325_1ratingStar_136325_2ratingStar_136325_3ratingStar_136325_4

Voila j'ai 21 ans et cela fait quelques années que c'est le bazar.

(autant dire que j'ai eu du mal à choisir la catégorie dans laquelle poster ce message).

Pour résumer, il y a 3 ans tout allait plutot bien pour moi, et en une semaine tout s'est écroulé :

- j'ai "forcé" un ami à m'avouer qu'il avait fait une tentative de suicide, de le voir craquer sous mes yeux m'a beaucoup bouleversé.

- à l'époque j'étais sur le point de démissioner de mon école.

- j'habite à 600 bornes de chez moi, et mes relations avec ma famille étaient devenues inexistantes.

- je suis sorti avec ma meilleure amie qui m'a plaqué 4 jours plus tard parceque je lui rappelé son ex qui s'était suicidé (j'ai depuis tout fait pour disparaitre de sa vie, en dépit de nos nobreux emplois du tps communs, j'ai même déménagé).

- et 2/3 autres trucs qui se sont ajoutés encore.

(j'abrège un peu les détails, pcque si je racontais tout vous vous diriez, sérieux même dans le truman show t'oserais pas coller autant d'emmerdes sur la tête d'un mec).

À la suite de ça, je me suis "enfui" qqs jours à marcher n'importe où puis je suis plus sorti de chez moi, bref j'étais dans un salle état.

À l'époque je travaillais au 3x8 et comme j'avais des tendances insomniaques, tout cela n'a rien arrangé.

J'ai fait une première tentative de suicide qui m'a beaucoup choqué, mais je n'en ai parlé à personne, j'ai dit que c'était un accident (cicatrice au poignet gauche).

J'ai essayé de voir des médecins : cmp, urgences… à chaque fois je me suis dis que c'était pas possible que je sois comme les gens dans les salles d'attentes et je n'y suis jamais revenu.

Et aussi j'avais peur qu'ils me shootent à coup de médicament, je pensais m'en sortir tout seul comme un grand.

Bref 2 mois plus tard, rebelotte, dépression, plusieurs automutilations (torse) pendant 2 ans sans que je sache vraiment pourquoi, mais ça me "calmait". Beaucoup de crises violentes ou d'angoisse dans mon huis-clos, mais toujours un grand calme en dehors de ça, même si bien sur je souriais moins qu'avant.

Parralèlement, j'ai commencé un traitement contre l'insomnie (stilnox) qui n'a pas marché, ça m'a énervé et j'ai finin par prendre la boite d'un coup, ce qui n'a pas changé grand chose.

Même chose avec un second médicament plus sérieux (imovane) , des absences de plusieurs jours dont je ne me rappelle rien et surtout des débuts d'addiction. Je pouvais faire plusieurs km a pied pour aller voir un médecin chaque semaine et prendre chaque we un mois de traitement d'un coup.

Au bout de deux ans, j'étais sur le point de terminer toutes les activités auxquelles je m'étais engagé avant cette fameuse semaine et cela faisait longtemps que j'avais pensé à me suicider "pour de bon" juste après. Pendant deux ans c'était devenu mon seul objectif personnel : tenir parole, et surtout tenir jusqu'à cette date là. Au pasage, cette obstination m'a permis de faire des choses dont je ne me serai jamais cru capable en terme de boulot, mais je ne crois pas que ce soit une émulation très positive, et encore moins un exemple à suivre.

Et la veille de la date que j'avais fixé depuis deux ans (la vie a parfois de surprenants rebondissements) j'ai fait un malaise qui m'a conduit direct aux urgences et refroidi un peu par la même occasion.

A nouveau, grosse déprime, plus une seule activité sous la dent, gros abus de somnifères et autres drogues légales et illégales.

J'ai un ami qui m'a à mon tour fait "craqué" pour me confier (la seule fois en 3 ans) , mais j'ai l'impression que ça na pas changé grand chose.

Accalmie quelques mois, et puis tout recommence : dépression, mutilations, et un trou noir de plusieurs jours (Imovane toujours). A la suite de ça j'ai déménagé pour essayer de changer de vie, mais bon tout n'est pas aussi simple.

Après un dernier (gros) pic de consommation, j'ai cessé de me droguer.

Par contre j'ai l'impression d'avoir perdu le sommeil définitivement (5-6h / 2j) ce qui laisse encore beaucoup de temps aux idées pas terribles, en dépit de nouveaux projets dans lesquels je me suis lancé.

Je refuse de m'alimenter pendant plusieurs jours (je sais c'est débile) mais au moins ça me fait dormir et puis je pense plus à rein d'autre que la faim, puis je mange un truc et du coup je dors plus pendant 30h, etc…

Mardi j'ai pris une boite entière d'Atarax avant d'aller en cours l'aprem, j'étais plus capable de démarrer une phrase sans que mon cerveau m'abandonne au bout de deux mots et en rentrant j'ai dormi 12h d'un coup. Puis nuit blanche.
  Lire la suite de la discussion sur forum-depression.com


136325
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Phobies d'impulsion , voix dans ma tete - phobies

image

Bonjour a tous, je viens sur ce forum pour vous racontez mon histoire. Lorsque j'était petit j'ai subie un traumatise. Ma mère sait fais assassiner pendant mon sommeil. J'avais 9 ans lorsque sa c'est passé. Elle a était tuer suite de coup et...Lire la suite

Crises d'angoises frequentes ,comment m'en sortir.. - angoisse et phobie

image

Bonjour, j'ai 28 ans et voilà plusieurs Annes ou je faits des crises d'angoisses a répétition ! Au début j'angoisser a l'idée de ne pas m'en dormir le soir, palpitations, crises d'angoises avec sensation de " vapeur " et aucun contrôle de moi...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages