Histoire vécue Psychologie > Angoisses - Phobies > Autres      (2008 témoignages)

Préc.

Suiv.

Les solutions pour la dépersonnalisation et l'angoisse

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 14517 lectures | ratingStar_58814_1ratingStar_58814_2ratingStar_58814_3ratingStar_58814_4

 

En ce qui me concerne, c'est parti d'un gros choc dû à l'ingestion d'une plante "hallucinogène". Cette expérience ultra intense m'a profondémment traumatisé même si ellle fut particulièrement intéressante. Depuis, j'ai vécu des périodes de "dépersonalisation" et d'angoisse intense. Peur des gens, phobies nocturnes, peur d'être fou, de me dire que le réel n'éxiste pas, vide et sans exprimer les émotions etc…

 

J'ai vraiment exploré la chose, (j'en suis encore légèrement victime mais ça s'améliore car avantc'était tout les jours.) Et je vais vous faire part de mes conseils cat vivre ceci est la chose la pire qui soit :  se sentir ne pas "ETRE" !

 

Pour l'angoisse et dépersonalisation, il y a une solution !

 

PREMIEREMENT.

 

Ne pas penser que vous êtes fous, notre cerveau est très complexe et quand la partie qui gère votre raison interprète un stress, elle l'envoie direct à votre partie qui gère l'inconscient "cerveau émotionel".  Donc vous avez une sensation troublante, vous vous dîtes "-je suis fou" ou  "-ça va mal" et HOP ça renforce la partie inconsciente. Conséquence, encore plus d'angoisse donc encore plus d'interprétation et encore plus d'effets physiques, le cerle vicieux démarre !!!

 

Prenons l'exemple de  Tribaldread, tu t'es senti "fou" alors tu as eu peur d'être fou, le fait de paniquer a encore plus nourri les effets (angoisses et dépersonalisation) et encore plus interprété par la raison. Résultat, tu t'es vu correspondre au pire : L'hôpital psychiatrique.  

C'est une pure interprétation !  Tu es loin de cela, je te promets. Et dis toi que les fous ne savent pas qu'ils sont fous, si tu te rends compte que ça ne joue pas, c'est que tu es dans une mauvaise attitude et que tu vis quelques chose de nouveau qui est désagréable mais tu n'est pas fou. (Je sais que mon explication parait simple, mais dis toi que je me rend compte à quel point ces sensations sont intenses et étouffantes, a quel point tout s'effondre ! Je l'ai aussi vécu.).

 

La folie n'est pas une frontière définie. Chaque personne est constituée psychiquement d'une multitude de différences. Le "fou" à dépassé toutes ses fontières. Mais personne n'est totalement normal ou fou, c'est juste un équilibre !  Les stress nourrit tout cela.

Le plus grave c'est qu'en ayant peur d'avoir peur vous avez peur, prenez conscience de ceci et déjouez la.

 

TECHNIQUES.

 

Suite à mon traumatisme, pendant plusieurs mois, j'ai eu des crises d'angoisses puissantes durant lesquelles la réalité s'effondrait et j'avais encore plus peur !

Je vais vous mettre quelques techniques qui vont vous servir.Il faut être rigoureux, on ne peut pas faire ces techniques à la légère, si vous en choisissez, pratiquez la à répétition, l'angoisse et la dépersonalisation arrive, répondez lui avec ces techniques, à force, l'angoisse en aura marre et disparaîtra ! Patience et courage, je suis vraiment compatissant envers vous !

 

PREMIEREMENT - s'étudier :

 

Je me sens bizarre, ça me stress, je me demande pourquoi je me sens bizarre, j'ai encore plus peur et c'est parti pour la panique et l'état de conscience étrange !!!

 

Il s'agit de comprendre comment les choses démarrent, surtout sans interpréter, simplement en constatant, sans juger. Ceci vous permet de dire à votre inconscient : "Je Regarde ma peur passer sans me faire emporter." En raisonnant ainsi, vous epéchez de nourir votre cerveau émotionel. Car si votre raison essaie d'interpréter ou de comprendre, c'est l'angoisse. Il faut juste constater. Vous aurez très rapidement des résultats !

Je vous jure que si au lieu de fuire la peur, vous restez là. En la constatant, elle s'en va. C'est commen un chien, vous vous enfuyez il vous suit, vous restez sur place en le regardant, il se calme.

 

Bilan :

-ne pas interpréter ou essayer de comprendre.

-Se poser des questions nourrit la peur.

-il faut constater, observer.

-rester calme dans la tempête.

 

DEUXIEMEMENT.

 

Les médicaments, les psy et les gourous ne sont pas forcément utiles. Si les choses se compliquent, vous pouvez y aller, ils vous aide à résoudre les choses par vous même.  Ne croyez pas que quelqun à LA solution, elle est en vous il vous faut juste la découvrir même si certains peuvent vous y aider. La clé c'est l' ATTITUDE. On peut tout vivre mais si on a pas la bonne attitude, même le paradis semble être l'enfer. Il faut changer votre point de vue. Quand les sensations désagréables arrivent, pensez à ce que vous aimer (passions, hobbis ou personnes) vous pouvez aussi penser à quelque chose de totalement ridicule. Votre attitude doit changer votre point de vue des chose, quand ça allait très mal pour moi, je me disais, même si je suis au fond du gouffre et que je ne suis plus rien, et bien je me focalisais sur quelque chose : des choses simples peuvent être belles et détendantes, le chant d'un oiseau, lire simplement une BD alors qu'on a pas fait ceci depuis notre enfance. Et dès qu'on arrète, ça recommence, alors laissez la chose passer sans la saisir. Quelque chose est très efficace : fixez vous des activités. Ca peut être : aujourd'hui je mange ceci et cela, j'aime ça ou c'est saint, ensuite je vais courir un moment, même si je ne l'ai jamais fait, ça peut me correspondre, à telle heure je m'occupe de ma chambre, comment la ranger ou améliorer la décos etc.

Fixer de nombreuses tâches simples quotidiennes vous ancrent dans la réalité et disperce vos peurs.

 

Bilan :

 

-bonne attitude.

-changer de point de vue, patiemment.

-activités quotidiennes.

 

 

TROISIEMEMENT -Autoreprésentation.

 

Le pire c'est qu'on se dit "-Je n'est jamais été comme ça, c'est très grave".  En fait, on a déjà eu des moments ou l'on se sent étrange, fatigué ou stressé mais le fait de ne pas y porter d'attention ne faisait même pas remarquer la chose et ne sucitait pas la panique.

Je me disais"-Voilà, je suis fou, je ne suis plu le même, c'est finit ! "  Mais c'est faux, on est le même mais dans une mauvaise passe, le sentiment de dépersonalisation est du au stress continu.  

Dans ces moments on croit que tout se referme sur nous même, on veut rester seul sans personne, dormir, on se sent sans élan vital et paresseux, on cherche continuellement quelque chose qui nous soulage mais BRISEZ cette chaîne ! Ca ne tient qu'à vous, forcez vous à avoir l'attitude de vous bousculer vous même, en cous pensannt en Chef !  Et quand ça revient, persevérez, l'espoir combiné avec la motivation, ça gagne !!!    

 

Quand on se dépersonalise, on part, on est rien, c'est terrible !! Il y a quelques chose d'efficace : SE DIRE : "- je suis ICI, sentir le contact de vos pied sur le sol ou bien prendre conscience de l'endroit, je suis dans telle pièce et je fais ceci, vous verrez que la dépersonalisation se réduira petit à petit à une simple impression d'étrange qui s'éstompera avec le temp.

 

Le fait de parler de votre problème vous allège, il ne faut surtout pas le refouler ou le garder pour soi. Si la discussion avce les parents est trop dure (peur d'être pris pour un fou, parfois ce sont les autres qui vous conditionne s'ils l'apprennent) alors trouvez la personne appropriée, un ami ou un psy, quelqun de confiance qui vous écoute sans juger. Parlez-en pour expirer la chose mais pas pour la renforcer. Il y a des techniques de Yoga, Tai-chi etc qui sont utiles mais dans ces périodes, on a vite tendance a tomber sous l'emprise de quelqun (gourou) alors attention il faut trier.

 

Bilan :

 

-Briser le renferment et la paresse.

-Parler à quelqun de confiance.

-prendre conscience de soi sans se poser de question, je suis juste ici et je fais ça.

 

 

QUATRIEME :  Je suis fou ? Alors je fais le fou !

 

Quand j'étais mal, j'avais très peur d'être fou et c'est etouffant, ça devennait une idée fixe. J'ai pensé alors à certains rituels cham, aniques dans lesquels on prend le rôle d'un fou pour pratiquer une transe curative.

 

Alors là, une chose radicale !  Vous allez dans un endroit tranquile, en pleine nature ou dans une pièce isolée. Et vous vous dîtes : " J'ai peur d'être fou, qu'est ce que c'est dêtre fou ?  C'est si je crie n'importe quoi le plus fort possible ? "  alors criez !  " C'est gigoter n'importe comment ? " Alors allez-y gesticulez ou dansez tout seul, vous êtes dans un endroit tranquil, défoulé vous !

 

Moi, j'ai fais ceci, j'ai dansé et chanté n'importe comment, au début j'avais honte puis ensuite tout s'exprimait ! Vous êtes avec vous mêmes et vous dansez votre angoisse, vous lachez tout…

 

Après ceci, on se sent défoulé, on se rend compte qu'on est loin de la folie car par votre propre raison vous avez intentionnellement fait le "fou". Puis avec quelques temp de recul on en rigole, ce n'est plus qu'un mauvais souvenir.

Il faut sortir de cette dynamique.

 

 

 

 

 
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


58814
b
Moi aussi !
38 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Phobies d'impulsion , voix dans ma tete - phobies

image

Bonjour a tous, je viens sur ce forum pour vous racontez mon histoire. Lorsque j'était petit j'ai subie un traumatise. Ma mère sait fais assassiner pendant mon sommeil. J'avais 9 ans lorsque sa c'est passé. Elle a était tuer suite de coup et...Lire la suite

Crises d'angoises frequentes ,comment m'en sortir.. - angoisse et phobie

image

Bonjour, j'ai 28 ans et voilà plusieurs Annes ou je faits des crises d'angoisses a répétition ! Au début j'angoisser a l'idée de ne pas m'en dormir le soir, palpitations, crises d'angoises avec sensation de " vapeur " et aucun contrôle de moi...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages