Histoire vécue Psychologie > Angoisses - Phobies > Autres      (2008 témoignages)

Préc.

Suiv.

phobies d'impulsion et colère refoulée!

Témoignage d'internaute trouvé sur france2
Mail  
| 5244 lectures | ratingStar_43980_1ratingStar_43980_2ratingStar_43980_3ratingStar_43980_4

Souffrant également de phobies d'impulsion depuis 5 ans je retrouve dans mon expérience énormément de points communs avec ce que tu as vécu et je rejoins ton analyse sur beaucoup de points. Dans mon cas, il s'avère que systématiquement dès que je me mets réellement en colère (ce qui est effectivement trés rare, comme chez beaucoup de personnes concernées par ce problème) je n'ai plus aucune pensée agressive ou violente envers mon entourage.  

Mais en temps "normal", lorsque cette colère ne sort pas quant il le faudrait c'est effectivement là où les pensées violentes affluent, celles-ci étant d'ailleurs principalement dirigées vers les personnes que j'aime le plus (en général).

 

Effectivement au sein de ma famille, de mes amis et dans mon boulot je passe pour quelqu'un de gentil, sympa, etc… et ça me gonfle de plus en plus car ces qualificatifs ne collent pas du tout avec une réalité qui serait plutot un mélange d'ombre et de lumière - Quand j'était petit exprimer sa colère était d'ailleurs mal vu, c'était l'émotion tabou il ne fallait pas la montrer.

 

Tu parles de la relation étroite qu'il y a entre personne phobique d'impulsion et parents fusionnels - c'est ce que j'ai remarqué aussi de mon côté, et à l'age adulte il y a souvent une relation fusionnelle avec le conjoint qui en rajoute une couche, besoin d'amour exclusif (résultat, attente de beaucoup trop d'amour de l'autre, et on est donc toujours déçu au final - et de son côté on aime mal l'autre parce qu'on est dans l'attente ! )  

 

Concernant l'emission, je ne l'ai pas vu, mais on m'en a beaucoup parlé autour de moi - Tu dis "personne n'a parlé de sortir sa COLERE" effectivement ça me parait être fondamental pour des personnes souffrant de ces troubles qu'elles apprennent à exprimer leur colère -  

Pour ma part, j'ai remarqué qu'au niveau des psy, et j'en ai fais quelques un ! Trés peu s'aventurent à travailler sur cette expression de la colère, à mon grand regret - ce sont des êtres humains avant tout et peut être qu'ils n'ont tout simplement pas envie qu'un de leur patient se mette à hurler de rage au milieu d'une consultation - il est apparemment plus facile de faire un simple diagnostic "anxio-depressif" passe-partout, et de filer une tonne de médocs.  

Ce n'est que trés récemment que j'ai appris que la saloperie dont je souffrais était une phobie d'impulsion, et pourtant j'en souffre et je me bats depuis plusieurs années.  

 

C'est comme si mon cerveau travaillait trop, et sur deux registres à la fois ; la première couche lissée du gars sympa qui contrôle la situation (le faux semblant) , et la deuxième couche produisant des pensées violentes épuisantes, trés energetivores, qui font irruption quand ça leur chante, pendant que je joue avec mon fils, en réunion de travail, pendant un repas en famille… et la honte s'installe, on se juge immédiatement et on réprime généralement toutes ces pensées que l'on refuse en bloc.

 

A l'origine de ces troubles, il y a trés souvent des parents toxiques, dans mon cas un trauma avec tentative d'enlèvement par mon père et relation "incestueuse inconsciente" avec ma mère, trop proche. Ensuite toujours dans mon histoire, j'ai été pris en otage en Papouasie, mais à cette époque aussi curieux que ce soit je n'ai eu aucune pensée violente envers mes ravisseurs, alors que la pour le coup y avait de quoi !!! Alors oui je pense trés sincèrement qu'à force d'encaisser du négatif sans avoir appris à s'en protéger et surtout sans l'exprimer entraine inévitablement cet état phobique.

 

Tu penses que le monde psy a beaucoup de mal à accepter ces émotions négatives - d'ailleurs ce terme m'énerve, en parlant de négatif on nie ces pensées - c'est de la négation - et la réalité c'est que se sont des pensées violentes - et je suis encore d'accord avec toi, c'est comme si ces pensées étaient trop honteuses même pour des gens dont le métier est d'être à l'écoute du patient.

 

Bon j'arrête là pour ce soir, en tout cas encore merci pour ton témoignage, je trouve ça vraiment chouette que tu n'ai plus de trouble phobique, je n'en suis pas encore là mais je compte bien en venir à bout ! A +
  Lire la suite de la discussion sur france2.fr


43980
b
Moi aussi !
7 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Phobies d'impulsion , voix dans ma tete - phobies

image

Bonjour a tous, je viens sur ce forum pour vous racontez mon histoire. Lorsque j'était petit j'ai subie un traumatise. Ma mère sait fais assassiner pendant mon sommeil. J'avais 9 ans lorsque sa c'est passé. Elle a était tuer suite de coup et...Lire la suite

Crises d'angoises frequentes ,comment m'en sortir.. - angoisse et phobie

image

Bonjour, j'ai 28 ans et voilà plusieurs Annes ou je faits des crises d'angoisses a répétition ! Au début j'angoisser a l'idée de ne pas m'en dormir le soir, palpitations, crises d'angoises avec sensation de " vapeur " et aucun contrôle de moi...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages