Histoire vécue Psychologie > Angoisses - Phobies > Autres      (2008 témoignages)

Préc.

Suiv.

Secret de famille, en parler ou pas?

Témoignage d'internaute trouvé sur france5 - 08/10/10 | Mis en ligne le 03/06/12
Mail  
| 287 lectures | ratingStar_263166_1ratingStar_263166_2ratingStar_263166_3ratingStar_263166_4
Bonjour à toutes… J'aurais aimé avoir des témoignages de maman ou papa, ayant dans leur famille des histoires dures et qui se demandent s'ils doivent en parler à leurs enfants, et s'ils l'ont fait ou non, qu'est ce que cela a eu comme répercussions. Ma petite puce de 6 ans est bourrée d'angoisse (de maladie, de séparation,…) , c'est une petite fille très mature (apparemment précoce) et très curieuse. Seulement on est déjà allé consulter 3 psys rien que pour son angoisse de séparation l'année dernière qui prenait des proportions inquiétantes (elle hurlait de terreur si je ne répondais pas de suite quand elle m'appelait alors que nous étions toutes les 2 dans la maison et que j'étais juste occupée au téléphone, ou bien je ne pouvais pas la laisser dans la voiture dans notre cour, le temps de vite courir récupérer un jeu de clefs ou un sac dans la maison, c'était impressionnant comme crise et inquiétant) … Entre temps elle a dépassé cette peur (en partie) , elle a cette force que lorsqu'elle décide de maitriser ou dépasser ces peurs, elle le fait avec détermination, j'en suis bien souvent admirative. Elle avait une phobie du périscolaire et un jour elle m'a demandé de l'y inscrire, "tout de suite", peut être pour qu'elle ne perde pas le courage je pense de prendre le taureau par les cornes. Et en un midi à la cantine elle avait dépassé sa peur. Sauf que ses angoisses sont constantes et touchent à chaque fois autre chose. En ce moment c'est la peur de la maladie (on a eu 2 décès en mars et juillet dans la famille, et voulant répondre à sa curiosité nous n'en avons pas fait un sujet tabou, sauf que cela a fait émerger une grosse angoisse de la mort après coup et énormément de questions sur le commencement du monde, l'après mort, la fin du monde…). J'essaye de creuser (j'ai vu l'émission des maternelles sur la peur, cela nous a permis à mon mari et moi de relativiser un peu) , mais dès qu'on aborde la peur (pas à tout bout de champs mais uniquement quand elle surgit (et qu'on utilise les mots de maladie, qu'elle nous dise avec ses mots de quoi exactement elle a peur (réponse : "d'avoir mal à la gorge, d'avoir chaud, d'être pas bien, de vomir") le truc c'est que cela avive tellement ses angoisses qu'elle se bouche les oreilles et refuse qu'on lui parle en disant qu'à cause de nous elle avait à nouveau peur (donc on respecte et on passe à autre chose) … Donc parler ne résout pas, hier elle m'a dit : "tu crois que si je parle de ma peur elle va partir, ben non c'est pas la peine, ça marche pas" (donc elle avait bien saisi ce que j'essayais de faire). Rationaliser non plus. Prendre à la rigolade, elle rigole des fois aussi, mais la peur ne part pas. Elle sélectionne les aliments pour ne pas tomber malade, parce que selon elle sur certains il y a des microbes, ou bien dans le cas éventuel où elle aurait une gastro ou un "mal de gorge" qu'elle n'a pas encore mais qu'elle pourrait avoir, elle refuse de manger certains aliments (produits laitiers par exemple) … Même si ça commence à aller mieux (je me suis vraiment inquiétée car elle n'avait pas pris un gramme depuis un an du coup j'ai longuement discuté avec elle…) je me demande comment faire pour qu'elle n'ait plus toutes ces angoisses qui la "bouffent" (elle dit qu'elle en a tout le temps). Moi j'ai mis ça sur le compte de sa précocité, sur son hyperémotivité et hypersensibilité… Ce qui fait qu'elle est hyper réceptive à tout ce qui se dit, comprend tout, "sent" beaucoup de choses, comprend même nos intentions sans qu'on les lui dévoile… Et j'ai aussi mis tout ça que le compte d'une expérience négative à la crèche quand elle était âgée entre 12 et 36 mois (une fois par semaine) , mais elle était déjà dans une problématique de séparation difficile ce qui fait qu'elle a très mal vécu ses journées là bas. Sauf que… plein de mamans sur un autre forum me disent que je ne peux pas faire abstraction de mon histoire (enfance très difficile : divorce difficile de mes parents qui a duré plus de 10ans et nous étions pris en otage par chacun d'eux avec dénigrement de l'autre parent à l'aide de mots très durs… , enfant battue, inceste, mère destructrice…). Après avoir coupé les ponts à l'âge de 20 ans, et après avoir fait quelques années de psychothérapie, je suis heureuse, sereine, bien dans mes baskets, et maman comblée de mes 3 enfants. Donc selon les mamans de ce forum, les angoisses de ma fille pourraient prendre naissance dans mon histoire qu'elle connaît de manière allégée, puisque sont venue ses questions au fur et à mesure (de plus étant précoce, elle disait les choses très clairement : "peut être que si ta maman ne t'a pas aimée, c'est parce qu'elle ne te voulait pas toi… " qu'elle m'a dit à l'âge de 5 ans). J'ai répondu sommairement aux questions de ma fille en ces termes : "mes parents n'ont pas su m'aimer ni me protéger alors que c'était leur rôle, qu'ils m'ont fait beaucoup de mal et que donc j'ai décidé de me protéger (parce qu'il faut se protéger de ceux qui nous font du mal) en ne les voyant plus, et puis que de toute façon ils ne souhaitent plus me voir non plus. Mais que moi je ne suis pas comme eux, que je l'aimerai toujours quoi qu'il arrive". Je lui montre à sa demande les photos de sa famille qu'elle ne voit plus, et ceci depuis qu'elle a commencé à demander qui était sa 2è mamie… vers l'âge de 2 ans et demi… parce que c'est important pour elle de savoir qu'elle a une famille ailleurs, même si on ne la voit pas et qu'elle est nocive. Mon petit garçon de 3 ans commence aussi à vouloir savoir et m'a demandé l'autre jour de quel ventre je suis sortie… du coup on a ressorti les albums photos. Seulement je me pose la question : Notre histoire même classée et digéré grâce à une psychothérapie, peut elle être à l'origine de la souffrance de notre enfant ? Ou bien est ce chercher trop loin et ses angoisses ne prennent elles naissance que dans son histoire et son vécu à elle ? Comment y remédier ? (je précise qu'elle a déjà vu 3 psys, qu'on n'a pas envie non plus de la stigmatiser en courant aller voir encore un psy, et puis elle ne croit pas en leur aide, et elle est tellement mature qu'elle sait leur répondre quand elle pense qu'ils font fausse route : Une des pédopsychiatre qu'on a vue a tout de suite demandé à ma fille lors de la première séance en tête à tête, alors que on avait bien mis les points sur les i avec la psy : on n'aborde pas la question de ma famille, cela ne regarde pas ma fille, ne la concerne pas, je veux qu'on parle de son histoire à elle, de ses soucis à elle, les miens je les ai gérés toute seule avec un psy et ma fille n'a rien à voir la dedans. Sauf que première séance ma fille ressort toute bizarre, droite comme un i, sans parler. Et finalement elle me dit que la dame lui avait demandé pourquoi moi sa maman, je ne voyais plus ma maman… Et ma file très lucide lui a répondu en voyant où elle voulait en venir qu'elle, ma fille donc, voyait encore la maman de mon mari, et que donc son angoisse (de séparation) que sa maman à elle disparaisse ne venait pas du fait que moi je ne voyais plus ma mère." Bref concernant notre propre histoire, que leur dire, et pas leur dire ? Les secrets peuvent ils se transmettre sans être dit ? Au contraire si on les dit, peuvent ils encore plus faire souffrir l'enfant ? Les mots que j'ai mis sur mon histoire ne sont ils pas suffisants ? Devrais je un jour aborder avec mes enfants l'inceste que j'ai subi ? Voilà ça me culpabilise énormément de me dire que mon histoire est à l'origine de son mal être et je n'ai pas envie de reparler de tout cela à mes enfants… je me convaincs que leur peur est à puiser dans leur histoire… Mais peut être ai je tord… Merci de m'aider.
  Lire la suite de la discussion sur france5.fr


263166
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Phobies d'impulsion , voix dans ma tete - phobies

image

Bonjour a tous, je viens sur ce forum pour vous racontez mon histoire. Lorsque j'était petit j'ai subie un traumatise. Ma mère sait fais assassiner pendant mon sommeil. J'avais 9 ans lorsque sa c'est passé. Elle a était tuer suite de coup et...Lire la suite

Crises d'angoises frequentes ,comment m'en sortir.. - angoisse et phobie

image

Bonjour, j'ai 28 ans et voilà plusieurs Annes ou je faits des crises d'angoisses a répétition ! Au début j'angoisser a l'idée de ne pas m'en dormir le soir, palpitations, crises d'angoises avec sensation de " vapeur " et aucun contrôle de moi...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages