Histoire vécue Psychologie > Angoisses - Phobies > Crise d'angoisse      (510 témoignages)

Préc.

Suiv.

Abilify pour calmer le stress?

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies 21 ans
Mail  
| 5477 lectures | ratingStar_121236_1ratingStar_121236_2ratingStar_121236_3ratingStar_121236_4

D'un naturel très anxieux et voyant que ça m'embarrassait sérieusement dans ma vie sociale et scolaire, je décide de consulter en CMP il y a quelques mois. Devant le manque d'implication du médecin (à mon sens) , je décide de ne plus le voir. Cet été, j'ai commencé à multiplier les montées d'angoisses (fin des exams, job d'été enchainé direct, anxiété sociale intense). Je démissionne et je suis amené à revoir le même médecin à qui j'expose la situation. Au bout de 5 minutes, il me prescrit abilify sans vraiment d'explications. Inquiet, vu qu'a priori la prescription d'un neuroleptique implique l'existence d'une psychose, je lui demande de m'expliquer. "non vous n'êtes pas psychotique, c'est pour calmer l'angoisse, on se revoit dans 3 semaines". Autant dire que je me suis debarrassé de l'ordonnance - me balancer un truc pareil au bout de 5 minutes, faut pas deconner. Vu l'importance d'un tel geste, j'imagine qu'un diagnostique approfondi et qu'une évaluation sérieuse de l'impact du médicament sur la vie du patient sont nécessaires. Blasé par ce système irresponsable je laisse tomber l'idée de consulter. Mais, la situation s'est plutôt dégradée depuis, mes angoisses ne sont pas parties et j'ai tendance à m'isoler de plus en plus- ça devient limite pour communiquer avec les autres, je me suis pas inscrit à la fac et je suis incapable de prendre une décision sur ce que je vais faire. Je dois me résoudre à me faire aider, pour éviter de me saborder davantage, mais je sens que ça va être la même affaire si je retourne au CMP - vu la connivence qu'il semble y avoir entre les médecins, je risque de passer pour un parano à cause mon scepticisme. Pour autant, j'ai pas les moyens de voir un médecin libéral - qui je pense, serait un minimum plus consciencieux. Que pensez-vous de la prescription du médicament et de ses effets, sachant qu'ils varient considérablement d'un individu à l'autre ? J'ai pu lire qu'il pouvait avoir un effet sédatant ou anxiogène, ce qui dans les deux cas ne peut me convenir - apprentissage, mémorisation… Abilify pour "calmer le stress", aberrant ou pas ?
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


121236
b
Moi aussi !
10 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.



Commentaires pour cette histoire  Ajouter un commentaire

Par Cacaroline | le 08/02/14 à 03:58

Bonjour,

Je trouve votre démarche saine.
J'aurais eu la même réaction.

La prescription de l'abilify est expéditive, démontre un désintérêt de la part du psy du CMP.
Aussi suivie en CMP, étant donné que c'est gratuit pour nous, les psy se désintéressent de leurs patients.
Mon psy ne me dit pas un simple bonjour parfois.
Pour changer tout cela, il faudrait une pétition pour sensibiliser le ministère de la santé.

Revenons à l'abilify : j'ai eu ce médicament, et elle ne m'a même pas dit pourquoi elle me le prescrivait ... C'est hilarant la psychiatrie, très mauvaise dans le monde entier. Il n'y a rien d'autre ou alors si moyens financiers des médecines alternatives.

Prendre un psy en privé, mais la déception peut-être au RDV : séance de 5 à 10 minutes max ! C'est possible une psychothérapie en 5 minutes voire 10 ??
Bref système médiocre car psychiatrie médiocre, il n'y a qu'à lire leur DSM pour se rendre compte qu'il n'a aucune crédibilité scientifique ou empirique !!!

Histoires vécues sur le même thème

Methode edmr pour vaincre les phobies et traumatismes - angoisse et phobie

image

Bonsoir , Je suis super impressionnée par tes réflexions alors je voulais juste te donner un petit tuyau si ta psy ne te l'a pas déjà dit : Juste pour te dire qu'en fait la peur de la mort c'est tout simplement la peur de l'abandon. Est-ce que...Lire la suite

Temoignage : mon sevrage au prozac - antidepresseurs, anxiolytiques

image

Bonjour, Je voudrais témoigner de mon sevrage au Prozac, pour celles et ceux que ça pourrait aider. J'ai pris des AD et surtout du Prozac à différentes périodes de ma vie depuis l'âge de 25 ans. J'ai aujourd'hui 36 ans et je prenais du prozac...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages